Lunel

(26 260 Lunellois, 2 390 ha) est un ancien chef-lieu de canton de l’Hérault dans à 24 km ENE de Montpellier, sur la N113 et la grande voie ferrée, en relais entre Montpellier et Nîmes. Son nom, d’origine inconnue, a prêté dans l’histoire à de nombreuses plaisanteries et rêveries autour de la lune, les habitants se désignant eux-mêmes comme «Pescalunes», c’est-à-dire pêcheurs de lunes. Peut-être de fondation juive, Lunel se signalait au 12e siècle par la présence d’une académie hébraïque et d’une école de médecine, et a souffert de l’expulsion des Juifs en 1298. La ville a de grands boulevards circulaires, des maisons anciennes, un théâtre, un lycée polyvalent et deux collèges publics, un collège privé, une maison des entreprises, un hôpital (160 emplois, 28 lits), une clinique Via Domitia (75 sal.), une maison de retraite (Korian, 120 sal.), des installations militaires (caserne, entrepôts) et une prison; grande bibliothèque de beaux livres anciens du fonds Médar. Ses arènes taurines San Juan sont réputées et fréquentées; festivals de jazz et de théâtre amateur.

Les principales entreprises sont les hypermarchés Intermarché (160 et 50 sal.) et Leclerc (130 sal.), plus des magasins comme MrBricolage (45 sal.), machines de traitement des eaux Bio-UV (50 sal.), reconditionnement de cartouches pour imprimantes (Innotech, 40 sal.), mécanique LPF Aéro (30 sal.), menuiserie métallique SVM (25 sal.). Plusieurs zones d’activité le long de la N113 accueillent notamment des plates-formes de distribution (groupe Lidl, 220 sal.); vente sur catalogue d’habillement Dessus Dessous (40 sal.), transports Berto (120 sal.), gardiennage Loomis (55 sal.), La Poste (100 sal.).

La commune est limitrophe du département du Gard, puisqu’elle longe à l’est le Vidourle. Sa limite nord suit la Via Domitia juste à l’ouest du site d’Ambrussum. Vers le sud, le finage s’arrête au canal de Lunel, qui mène à l’étang de l’Or et date de l’époque de Philippe le Bel; aucun pont ne le franchit. Toute la périphérie sud et sud-ouest du centre-ville (la Roquette, l’Abrivado) est classée en «zone urbaine sensible». Le territoire communal est traversé par le canal du Bas-Rhône-Languedoc et porte de nombreux vergers et des serres, une coopérative fruitière et des négoces de fruits et légumes. Une usine de conserves de fruits Lenzbourg y avait été inaugurée en 1967, mais elle est entrée en difficulté dès 1975 et a été fermée, marquant la limite des ambitions d’irrigation et de transformation de l’ancien vignoble de plaine.

C’est aussi que la notoriété de Lunel reste largement liée à sa spécialité de muscat et à la solidité de sa cave coopérative, même si elle ne compte plus que 300 ha de vignes dans son propre finage (en partie AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-vérargues). Le muscat de Lunel est produit dans quatre communes habilitées, Lunel, Lunel-Viel, Vérargues et Saturargues; l’AOC date de 1948; la production annuelle est de l’ordre de 8 000 hl.

La ville avait déjà 5 000 hab. au début du 19e siècle, 7 500 à la fin; mais sa population a surtout augmenté après 1950: elle est montée à 10 000 hab. en 1966, 20 000 en 1995 et s’est encore accrue de 3 680 hab. depuis 1999. Lunel est le siège de la communauté de communes du Pays de Lunel (Lunel (Pays de)) (15 communes, 46 000 hab.). L’Insee estime qu’unité urbaine et aire urbaine se confondent et comptent 9 communes, 50 000 hab. Le nouveau canton de Lunel a 15 communes, 47 600 hab.


Lunel

v. Labastide-Saint-Pierre