Melle

(6 630 Mellois, 6 534 ha dont 250 de bois) est un ancien chef-lieu de canton des Deux-Sèvres dans l’arrondissement de Niort, 29 km ESE de la préfecture. La ville est au bord de la Béronne, affluent de la Boutonne, et passe pour «petite cité de caractère». Son centre ancien, très bien entretenu, est riche en monuments. Il conserve des restes d’enceinte, trois belles églises romanes classées à nombreuses sculptures — le chevet de Saint-Hilaire est particulièrement harmonieux; et d’anciens hôtels bourgeois, dont l’hôtel de Ménoc, à deux tours et façade en gothique flamboyant prérenaissance, qui abrite le palais de justice et un musée.

Melle a un collège et un lycée publics, un institut médico-éducatif, un hôpital local, une maison de retraite (les Charmilles, 35 sal.). L’usine Danisco fabrique de la gomme xantane (120 sal.). Un festival de musique se tient dans l’ancienne église Saint-Savinien. Aux alentours, Melle propose trois centres d’attraction: les grottes de Loubeau (restes préhistoriques); les galeries des anciennes mines de plomb argentifère (site classé), assorties d’un atelier de la monnaie et d’un «jardin carolingien»; le Chemin de la découverte botanique, avec parc floral et arboretum. Melle a perdu 430 hab. depuis 1999.

La commune n’avait en 2018 que 3 820 hab. et 976 ha. Le finage, peu étendu, porte au NO le hameau de Saint-Thibaut, le lycée agricole et l’ESAT, au SO le faubourg de Saint-Hilaire et l’arboretum, au NE les lotissements du Champ Persé et de Parchimbault, au nord un camping et le faubourg de Saint-Pierre. La vallée de Légère fixe la limite SE du finage. L’interfluve Légère-Béronne, étroit, porte la D950, qui croise la D948 avec un échangeur.

Mais la commune s’est beaucoup agrandie en 2019 en intégrant Mazières-sur-Béronne, Paizay-le-Tort, Saint-Léger-de-la-Martinière et Saint-Martin-lès-Melle.

Saint-Léger-de-la-Martinière (1 020 Saint-Légeois, 2 564 ha), qui jouxte Melle au NE, accueille le principal établissement industriel de l’agglomération, spécialisé en biochimie pour l’alimentation, la pharmacie et les cosmétiques, en deux unités: l’une restée au groupe danois Danisco, lequel a été acheté par Du Pont de Nemours en 2011 (120 sal., gomme xanthane pour additifs alimentaires) et l’autre acquise en 2011 par Solvay (Rhodia Opérations, 160 sal.), qui fabrique du diphénol pour arômes («goût vanille») et des tensio-actifs Novacare; installations électriques Seguin (25 sal.), travaux publics STPM (40 sal.); magasins Super U (65 sal.) et Intermarché (45 sal.). Le village a une église du 12e s. Le finage s’étend largement vers le nord, où sont les hameaux de la Martinière et du Coudray; d’autres hameaux sont à l’est, comme Mouchedune, l’Épine, la Rousselière; château de la Guillotière (17e s.); -40 hab. depui 1999.

Saint-Martin-lès-Melle (890 hab., 916 ha), juste à l’ouest de Melle, a gagné 170 hab. depuis 1999. Elle a une maison de retraite au grand château de Chaillé (65 sal.), qui est du 17e s. et a été restauré au 19e et au 20e; deux autres châteaux sont surtout du 19e s.; fabrique de balais Ouest-Vendée (SOVB, 90 sal.), transports TCMG (110 sal.) et Dubreuil (25 sal.). En 2009 a été ouvert à l’ouest le parc éolien du Mont Jarron (6 Vestas, 12 MW) pour l’allemand Volkswind. Le finage s’étire du nord au sud, hameaux du Bouchet du Lac au nord (four à chaux protégé), de Rabalot au sud avec le château de Gagemont (19e s.).

Mazières-sur-Béronne (400 hab., 950 ha) est à 5 km SSO de Melle, sur le plateau entre Béronne et Lagère qu’emprunte la D950. Au sud, ce plateau est traversé par la vallée encaissée et sinueuse de la Berlande, qui prolonge la Légère et rejoint la Béronne à l’angle SO du finage; hameau et moulin de Charzay au SE, hameau du Petit Beauvais au SO. La commune a gagné 70 hab. depuis 1999, ancien archiprêtré, avec un if de 6 m de tour.

Paizay-le-Tort (500 Paizéens, 1 128 ha), 6 km SSO de Melle, est agrémentée par le cours encaissé et verdoyant de la Berlande, petit sous-affluent de la Boutonne, offrant un site de méandres et de confluence sur les bords duquel s’éparpille l’habitat. Au nord, sur le coteau de son affluent la Légère, château de Melzéar (15e s.); au sud, trois éoliennes du groupe de six (12 MW) partagé avec Lusseray. Au SO, le finage, traversé par un ancien Chemin des Romains, avance jusqu’au coteau de la Boutonne, où est le hameau de Vezençais.

Le plateau de Melle, ou Mellois, est un ensemble de terrains calcaires du jurassique moyen, dominant à l’est la plaine de Lezay par un long et bas talus rectiligne de direction SE-NO. Les vallées des ruisseaux locaux, dont la Belle et le Lambon, s’enfoncent jusqu’aux marnes du Lias sous-jacent. Le paysage est modérément vallonné et partiellement coupé de haies et de bosquets, et principalement en labours.

Melle est se siège de la communauté de communes du Mellois en Poitou, qui rassemble 62 communes, 48 500 hab., 128 340 ha.


Mellé

v. Fougères-Agglomération