Miramont-de-Guyenne

(3 300 Miramontais, 1 666 ha dont 193 de bois) est bourg du NO du Lot-et-Garonne à 23 km NE de Marmande, dans la communauté de Lauzun (Lauzun (Pays de)) au-dessus de la Dourdène. La mention de Guyenne a été ajoutée en 1919. C’est une bastide renommée, fondée par les Anglais autour de 1280, au plan en damier dans un carré de boulevards, avec restes de fortifications et musée; «station verte de vacances» avec base de loisirs au lac du Saut du Loup (10 ha), hippodrome. Le finage, bordé au nord par la Dourdène, s’étend loin vers le sud, où est l’ancienne église de Beffery, commune absorbée en 1824.

Miramont, qui n’est «de Guyenne» que depuis 1919, eut une grande spécialité de chaussons de basane; il n’en reste à peu près plus rien. La commune abrite une usine de portes et fenêtres (C2R, 75 sal. avec Montaigu-de-Quercy, Tarn-et-Garonne), et un négoce de pruneaux d’Agen. La ville a un centre d’aide par le travail, un collège public et une section d’enseignement adapté, une maison familiale rurale; le musée du parchemin et de l’enluminure a été transféré à Duras. La commune a perdu 270 hab. depuis 1999. Sa population avait augmenté des années 1930 à 1975 (4 000 hab.), mais a baissé depuis. Il est vrai toutefois qu’une partie de l’habitat s’est déportée sur Saint-Pardoux-Isaac, commune voisine d’outre-Dourdène. Miramont est le bureau distributeur du nouveau canton du Val du Dropt (25 communes).