Montréverd

(3 670 hab., 4 847 ha) est une nouvelle commune de Vendée créée en 2016 et dont le nom composite est formé à partir de Mon pour Mormaison avec l’idée d’en faire un mont, Tré pour Treize-Voies, Verd pour Verdon; elle est dans la communauté de Montaigu (Terres de).

Saint-André-Treize-Voies (1 460 Trévois, 1 896 ha), au bord de l’Ognon, 11 km à l’est de Rocheservière, conserve un menhir (la Petite Roche); elle accueille une métallerie Michenaud de 85 emplois, et l’élevage de volailles Orvia (20 sal.). Descendue à 810 hab. en 1982 (contre 1 280 en 1875), sa population a augmenté de 490 hab. depuis 1999 (+47%). Son curieux nom s’est écrit au 15e s. Tredecim Vocibus (13 voix) et la légende fait allusion au nombre de voix obtenu par la décision d’y créer une paroisse au 13e siècle… mais il s’agit plus probablement d’une mauvaise traduction de voie en latin médiéval, treize ayant le sens de «beaucoup» et étant une déformation de trois. Ce Treize-Voies en fait probablement un équivalent de Treize-Vents de la communauté de Mortagne. La commune est limitrophe de la Loire-Atlantique; hameaux d’Izereau au NO, la Pinière au NE

Mormaison (1 160 Mormaisonnais, 1 544 ha) au bord de l’Isoire à 6 km au SE de Rocheservière, a gagné 300 hab. depuis 1999 (+35%); maison de retraite. La Boulogne fixe la limite sud et sud-ouest du finage, château de la Bufière au nord, hameaux de la Rouaudière à l’ouest, des Airables au sud.

Saint-Sulpice-le-Verdon (1 060 Sulpiciens, 1 407 ha) est 9 km au SE de Rocheservière, au bord de l’Isoire. Le château dit Logis de la Chabotterie est un haut lieu du souvenir des guerres vendéennes, où fut arrêté Charrette en 1796; il a été aménagé en centre du patrimoine et musée, avec jardins et festival de musique; menuiserie Atelier du Bocage (40 sal.), négoce de matériel agricole MAV (30 sal.), restaurant la Roseraie (20 sal.). La commune a gagné 430 hab. (+68%) depuis 1999. La partie orientale du finage est traversée par la D763, qui évite le hameau de la Grande Chevasse, et la voie ferrée.