Perche (le)

contrée aux confins de la Basse-Normandie, de la région Centre et des Pays de la Loire. Le gentilé est Percheron. Le Perche correspond à un exhaussement des terrains sédimentaires du pourtour du Bassin Parisien, sur un bombement du socle armoricain, qui affleure au fond de certaines vallées. Les restes de plateaux, divisés par des talus de côtes et des talus de faille, creusés de vallées encaissées, y sont couverts d’argile à silex et souvent boisés. Ce dispositif et la situation de confins ont contribué à un certain isolement et à la dépopulation, tout en maintenant de petites industries locales. La proximité relative de Paris en fait à présent une contrée dont les sites verdoyants sont assez recherchés, et qui reçoit ainsi de nouvelles impulsions, bien davantage de l’extérieur de la région (Paris et Le Mans) que du reste de la Normandie. Le Perche était et reste en partie réputé pour ses puissants chevaux de trait: les percherons ont été très employés pour les lourds convois, les mines et carrières, et certains travaux agricoles.

Le Parc régional du Perche a été créé en 1998; il s’étend sur 88 communes (118 en 1999) des départements de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, soit 194 000 ha, où vivent 78 000 personnes; son siège est à Rémalard. Le nom de Perche, visiblement bien connoté, figure dans plusieurs noms de communes et ceux de quatre communautés de communes de l’Eure-et-Loir (Perche, Terres de Perche, Forêts du Perche, Entre Beauce et Perche) et quatre de l’Orne: Hauts-du-Perche (Longny), Cœur-du-Perche (Rémalard), Collines du Perche Normand (Val-au-Perche), Pays de Mortagne-au-Perche. Il a également été choisi par les communes nouvelles de Perche en Nocé, Belforêt-en-Perche, et Val-au-Perche et ajouté à la nouvelle commune de Rémalard en Perche.


Perche (La)

v. Berry Grand Sud#Perche (La)


Perche (le)

contrée aux confins de la Normandie, du Centre Val de Loire et des Pays de la Loire. Le Perche correspond à un exhaussement des terrains sédimentaires du pourtour du Bassin Parisien, sur un bombement du socle armoricain, qui affleure au fond de certaines vallées. Les restes de plateaux, divisés par des talus de côtes et des talus de faille, creusés de vallées encaissées, y sont couverts d’argile à silex et souvent boisés. Ce dispositif et la situation de confins ont contribué à un certain isolement et à la dépopulation, tout en maintenant de petites industries locales. La proximité relative de Paris en fait à présent une contrée dont les sites accidentés et verdoyants sont assez recherchés pour la promenade et la résidence, et qui reçoit ainsi de nouvelles impulsions. Le Perche était et reste en partie réputé pour ses puissants chevaux de trait: les percherons ont été très employés pour les lourds convois et certains travaux agricoles.

Le Parc régional du Perche a été créé en 1998; il s’étend sur 118 communes des départements de l’Orne (78 communes, réduites à 49 après fusions) et de l’Eure-et-Loir (40 communes, 39 à présent), soit 194 000 ha, où vivent 79 000 personnes; son siège est au manoir de Courboyer à Perche-en-Nocé (Orne).

Dix intercommunalités portent le nom du Perche: quatre dans l’Orne (Pays de Mortagne-au-Perche, Collines du Perche Normand, Cœur du Perche, Hauts du Perche), quatre en Eure-et-Loir (Perche —tout court—, Terres de Perche, Forêts du Perche, Entre Beauce et Perche) et deux en Loir-et-Cher (Collines du Perche, Perche et Haut Vendômois). En outre, se reconnaissent d’autres petites entités comme le Perche Gouët, le Perche Senonchois ou le Perche Thironnais, qui ont eu leur communauté de communes avant les regroupements de 2017. Plusieurs communes portent aussi le nom du Perche, y compris des communes nouvelles comme Perche-en-Nocé (Orne); ils s’écrivent indifféremment au-Perche, du-Perche ou en-Perche; on trouve même Boissy-lès-Perche.


Perche (le)

contrée aux confins de la Basse-Normandie, de la région Centre Val de Loire et des Pays de la Loire. Le Perche correspond à un exhaussement des terrains sédimentaires du pourtour du Bassin Parisien, sur un bombement du socle armoricain, qui affleure au fond de certaines vallées. Les restes de plateaux, divisés par des talus de côtes et des talus de faille, creusés de vallées encaissées, y sont couverts d’argile à silex et souvent boisés. Ce dispositif et la situation de confins ont contribué à un certain isolement et à la dépopulation, tout en maintenant de petites industries locales. La proximité relative de Paris en fait à présent une contrée dont les sites accidentés et verdoyants sont assez recherchés pour la promenade et la résidence, et qui reçoit ainsi de nouvelles impulsions. Le Perche était et reste en partie réputé pour ses puissants chevaux de trait: les percherons ont été très employés pour les lourds convois et certains travaux agricoles.

Le Parc régional du Perche a été créé en 1998; il s’étend sur 126 communes des départements de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, soit 182 000 ha, où vivent 74 000 personnes; son siège est à Rémalard (Orne).

Le Perche est volontiers divisé en petites entités dont certaines portent des noms spécifiques, comme le Perche Gouët.