Peyre en Aubrac

(2 410 Peyrens, 15 330 ha dont 2 030 de bois) est une commune nouvelle de la Lozère, créée en 2017 par la fusion des six communes d’Aumont-Aubrac, La Chaze-de-Peyre, Fau-de-Peyre, Javols, Sainte-Colombe-de-Peyre, Saint-Sauveur-de-Peyre. Le om est choisi d’après l’ancen château et seigneurie de Peyre.

Aumont-Aubrac (1 070 Aumontais, 2 653 ha dont 424 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Lozère, 25 km au nord de Marvejols, à 1 040 m. Situé sur le tracé de l’ancienne via Agrippa, le village bénéficie de l’A75 (échangeur) et d’une gare sur la ligne Béziers-Neussargues. «Station verte de vacances», il a des maisons anciennes et des restes de prieurés et accueille une institution d’insertion (50 sal.), de nombreux artisans, un village de vacances et quelques hébergements touristiques, dont une hôtellerie réputée, où s’illustra Guy Prouhèze; au total, 5 hôtels (125 chambres), un camping de 100 places, 200 résidences secondaires (sur 750 logements); supermarché Auchan (30 sal.), scierie Gaillard-Rondino (35 sal.), négoce de matériel agricole Hugon (30 sal.); travaux publics Colas (35 sal.), restaurant Attrazic (Chez Camillou, 30 sal.). La population communale, qui avait atteint 1 360 hab. en 1911, se maintient à peu près au même niveau depuis les années 1920.

Javols (380 Javolais, 3 121 ha dont 639 de bois), 9 km au SE du chef-lieu à 950 m, a des restes d’une cité gauloise, Anderitum («près du gué»), qui fut la capitale de la tribu des Gabales et devint Gabalum, d’où Javols; c’est de là que vient le nom du Gévaudan. Le village est dans la vallée du Triboulin, qui conflue avec la Truyère au NE du finage. Il a une salle d’exposition des découvertes, antenne du musée départemental; école forestière et maison familiale rurale forestière, festival de musique ancienne. Plusieurs hameaux se dispersent dans le finage, modérément accidenté et boisé.

Saint-Sauveur-de-Peyre (280 Salvadorais, 2 761 ha dont 755 de bois), 9 km au sud d’Aumont-Aubrac à 1 060 m, fut le site du château-fort local, qui était un peu au sud au roc de Peyre (1 179 m, panorama), dont le nom a été repris pour la nouvelle commune. La voie ferrée Béziers-Neussargues traverse le finage, suivant la vallée du Chapchiniès, affluent de la Crueize, qui fixe la limite du finage au SE. L’A75 et la D809 courent à la limite de de Saint-Sauveur, Sainte-Colombe et La Chaize. Sainte-Colombe-de-Peyre (200 hab., 2 190 ha dont 426 de bois) est à 6 km au SO d’Aumont, à 1 087 m; plusieurs hameaux, dont le Cher sur une butte avec un château ruiné au sud, Lasfonds au SO. La Chaze-de-Peyre (310 hab. 1933 ha dont 235 de bois) est à 4 km au SSO d’Aumont, à 1 035 m; hameau de Lasbros au NO sur la D987. Fau-de-Peyre (190 hab., 2 672 ha dont 497 de bois) est à 8 km ONO d’Aumont, à 1 104 m. Son finage est traversé par la Rimeize; que domine au sud le gros hameau de Beauregard (1 164 m); carrières au SO. Peyre-en-Aubrac est le bureau du nouveau canton d’Aumont-Aubrac (31 communes et 6 900 hab.) et le siège de la communauté de communes des Hautes Terres de l’Aubrac (17 communes). V. Aubrac (Hautes Terres de l’).