Quatre Vallées

Highslide JS

communauté de communes du Loiret, formée par 17 communes; 17 400 hab., 28 690 ha. Ferrières-en-Gâtinais (siège) et Dordives dépassent 2 000 hab.

Griselles (810 hab., 3 032 ha dont 1 291 de bois), 4 km au SE de Ferrières sur le Bied, a un vieux pont (15e s.) et un moulin à eau des 15e et 17e s., ainsi que deux châteaux du 19e s., la Fontaine et Bois-le-Roi; entourés de villas; lotissement boisé à l’est (la Pente des Renards), hameau des Fourneaux au NE. La commune empiète sur la forêt de Montargis; elle a gagné 180 hab. depuis 1999.

Chevannes (330 Chevannois, 1 199 ha dont 234 de bois) est à 9 km NE de Ferrières au confluent du Betz et du ruisseau de Sainte-Rose; le finage est limitrophe de la Seine-et-Marne.

Chevry-sous-le-Bignon (230 Chevriots, 740 ha) sur le Betz, à 12 km NE de Ferrières, a une église à peintures du 12e s. Le finage est traversé au NE par l’A6.

Le Bignon-Mirabeau (330 Bignonais, 1 283 ha dont 233 de bois) est à 13 km NE de Ferrières. Le finage est traversé par l’A6 et par la vallée du Betz, au bord duquel est le château de Mirabeau, construction du 19e s. qui a succédé à l’ancien château où naquit en 1749 Honoré Riquetti, comte de Mirabeau, mort en 1791; le château présente une collection de chromos; grand étang juste en amont dans la vallée. La limite départementale au nord suit le Chemin de César. La population s’est accrue de 50 hab. depuis 1999.

Rozoy-le-Vieil (420 Rozetains, 814 ha dont 296 de bois) est à 14 km ENE de Ferrières sur le ruisseau de Sainte-Rose. La limite nord de la commune, frôlée par l’A6, ne touche pas à la limite départementale; quelques étangs, alignements de pavillons au Bois des Noues au sud, aux Martins à l’est; +110 hab. depuis 1999 (un tiers). Le nom a pu être écrit Rosoy avant 2009; il est lié aux roseaux.

Fontenay-sur-Loing (1 730 Fontenaysiens, 973 ha dont 212 de bois) s’étire le long de la vallée du Loing juste à l’ouest de Ferrières, trouée d’étangs, et réunissant sur son flanc droit N7 et voie ferrée. L’habitat s’étire sur la droite du Loing tout le long du faisceau de circulation. Il contient le golf-hôtel du groupe Younan Domaine de Vaugouard (25 sal.) au sud, près duquel est un échangeur de l’autoroute A19 et de la N7 avec péage et zones d’activités, à la traversée du Loing; mécanique générale Vaillant (35 sal.), aluminium Loiret-Affinage (30 sal.), bétons Sotraco Industries (40 sal.), Béton Stradal (40 sal.); transports Roux (30 sal.), garage Selvi-Lorin (35 sal.). Cette urbanisation est prolongée au sud par celles de Cépoy. Fontenay n’avait que 700 hab. en 1968 et croît depuis; elle a gagné 240 hab. depuis 1999.

Nargis (1 530 Nangissiens, 2 227 ha dont 336 de bois), 4 km au NO de Ferrières, complète le peuplement de ce secteur de la vallée du Loing, sur le rebord du plateau de rive gauche; ancien moulin et maison d’éclusier (18e-19e s.) sur le Loing. Nargis avait 600 hab. en 1962, 750 en 1982, et a gagné 400 hab. depuis 1999 (+35%). Plusieurs lotissements sont aux abords de la vallée du Loing, dont le Domaine de Nargis au sud; quelques hameaux épars, aires de repos du Séphora et du Hêtre Pourpre sur la A77 au nord à la limite du département, château de Toury au nord.

Girolles (640 Girollois, 1 390 ha), 8 km au SO du chef-lieu et 7 km au nord de Montargis, ont été trouvées les traces de grands ateliers de taille et polissage de silex; plusieurs hameaux épars, dont Gerville au nord. La commune est en croissance, mais n’a gagné que 40 hab. depuis 1999.

Préfontaines (460 Préfontains, 1 175 ha), 9 km à l’ouest de Ferrières, étire son habitat du sud au nord dans un vallon affluent du Fusain; église du 12e s. à caquetoir, chaudronnerie Secomoc (20 sal.). L’A77 traverse le finage, qui est limitrophe de la Seine-et-Marne au nord. Au sud du village à la Vallée des Treilles a été mise en service en 2019 une petite centrale solaire de 4 600 panneaux (1,4 MW) sur le site d’une ancienne râperie-distillerie.

Treilles-en-Gâtinais (280 Treillois, 1 397 ha) est à 13 km SO de Ferrières; le hameau du Chênoi, au nord, est aussi étoffé que le village.

Courtempierre (240 Courtempierrois, 1330 ha dont 190 de bois), 14 km à l’ouest de Ferrières, étire ses maisons le long du Fusain, rive droite; elle a gagné 40 hab. depuis 1999.

Sceaux-du-Gâtinais (650 Scéléens, 3 172 ha), 18 km à l’ouest de Ferrières et 18 km au NO de Montargis dans la vallée du Fosson, sur le tracé d’une voie romaine d’Orléans à Sens (Chemin de César), a des fouilles au site gallo-romain du Préau (Aqua-Segeste) avec temple, théâtre, thermes et un petit musée archéologique. Un groupe de hameaux est au NO du finage, une longue file d’habitat le long du Fusain rive gauche, vers le nord-est; camping au bord du Fusain. La commune a gagné 150 hab. depuis 1999 (+30%). Le finage est limitrophe de la Seine-et-Marne, et n’a qu’une petite pointe au sud du Fusain.

Corbeilles (1 560 Corbeillois, 3 262 ha), 22 km OSO de Ferrières et 17 km ONO de Montargis, se signale par sa sucrerie-distillerie coopérative (150 sal., plus 60 saisonniers, membre du groupe Cristal-Union), accompagnée de vastes bassins de décantation au sud du village. Sa population est tout juste stable depuis 1960. Le finage est traversé puis longé au nord par l’A19, dont le tracé suit le Chemin de César; gros hameau de Bréau au NE. La population reste stable.

Mignerette (400 Mignerettois, 621 ha) est à 21 km OSO de Ferrières, 4 km ESE de Corbeilles; à la limite sud, château de Planchette à douves. La commune a gagné 90 hab. depuis 1999.

Mignères (320 Mignérois, 512 ha) est à 19 km OSO de Ferrières; hameau du Temple à la pointe nord du finage.

Gondreville (350 Gondrevillois, 807 ha), 16 km SO de Ferrières au sud, 8 km au NO de Montargis, a une maison de retraite et des restes d’un camp d’internement d’étrangers dit de Mignères-Gondreville (1939-1945); échangeur A19-A77 au nord.

Villevoques (220 Villevoquois, 506 ha), 20 km SO de Ferrières, touche au nord aux installations de Mignères-Gondreville.


Quatre Vallées

association historique des contrées d’Aure, Barousse, Basse-Neste et Magnoac, formée au Haut Moyen Âge à des fins de défense et en position de tampon entre Comminges et Bigorre d’un côté, Aragon de l’autre. Il n’en reste rien, sinon quelques habitudes d’autonomie relative d’espaces de marge, et une histoire compliquée de conflits pastoraux et forestiers.