Saint-Gilles

(4 320 Saint-Gillois, 2 072 ha) est une commune d’Ille-et-Vilaine dans Rennes-Métropole, 15 km ONO de la préfecture sur la route de Brest (N12) juste après Pacé, avec échangeur près du bourg. Le finage arrive au sud-ouest aux portes de Bréteil autour du village de la Pierre-Blanche, où passent la D 125 et la voie ferrée; étangs de la Motte au nord-ouest, dans la vallée de la Vaunoise, et aires de service du Pays de Rennes et d’Armor et Argoat sur la N12; château de Cacé au sud (16e au 18e s.), étangs près du bourg à l’est. La commune avait 1 100 hab. en 1968 et sa population augmente depuis: elle a gagné 790 hab. après 1999. Elle accueille au sud une station de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), avec abattoir, au domaine de la Prise.

Saint-Gilles participe aux activités de l’agglomération de Rennes sous diverses formes: verrerie à vitres du groupe Saint-Gobain (110 sal.), additifs alimentaires FCD (France Culinaire, 25 sal.); négoces alimentaire Blin (140 sal.) et de matériel agricole Bretagri (25 sal.); installations thermiques Satel (45 sal.), transports Cobitrans (50 sal.); blanchisserie les Lavandières (Elis, 35 sal.), nettoyage Partech (60 sal.), collecte de déchets Sodicome (20 sal.).


Saint-Gilles

(13 720 Saint-Gillois, 15 373 ha dont 3 390 de vignes et vergers et 532 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Gard dans l’agglomération de Nîmes Métropole, 20 km au SSE de la préfecture. Traversée par le canal de Sète au Rhône et le canal d’irrigation du Bas-Rhône-Languedoc, la commune se divise en deux parties distinctes. Au nord, les collines des Costières portent vignes et garrigues, et même, tout au bout, l’aéroport de Nîmes-Garons. Au sud, la commune borde le Petit Rhône et s’étend dans les marais et les étangs de Camargue (étang de Scamandre, marais de la Fosse). En bordure du Rhône sont quelques mas, et l’écluse moderne de Saint-Gilles qui met en communication le canal et le Petit Rhône. La ville a un collège public, un centre de traitement de toxicomanies (50 places).

Au nord de la ville, le grand ensemble Sabatot a été classé «zone urbaine sensible». Près de l’aéroport, sont des ateliers de construction aéronautique par Sabena Technics (ex-TAT Industries (310 sal.) et Aviation Défense Service (45 sal.) depuis 1982, et les services aéroportuaires Edeis (55 sal.). La commune abrite aussi une base logistique du groupe Carrefour (300 sal.), les grands vergers Riou (40 sal.), Christian Bois (50) et Frédéric Bois (35), la coopérative agricole Sud-Céréales (60 sal.), le domaine agricole du Puech Rouge (55 sal.) et une distillerie (Deulep, 35 sal.); un Intermarché (50 sal.), Lidl (20 sal.), négoce d’articles médicaux Bastide (35 sal.); transports par cars des Rapides de Camargue (35 sal.); conseil Corallis (25 sal.); spectacles Events (20 sal.); traitement des eaux Veolia (45 sal.) La SICA des Costières d’Estagel, réunissant les vergers et les vignes de la famille Bois, venue en 1980 de la vallée de l’Eyrieux en Ardèche, et disposant de 500 ha en trois entreprises distinctes, fournit 15 000 t de fruits par an (pêches, nectarines, abricots) et emploie 160 permanents (jadis 400), et jusqu’à 1 500 personnes en saison (13 millions d’euros par an dont près de la moitié à l’exportation, marques Estagel et Princesse). L’Onivins dispose de grosses capacités de stockage d’alcool. La distillerie Deulep a été rachetée par le groupe champenois Cristal-Union en 2005 et pourrait être agrandie pour la production de carburant.

Saint-Gilles s’est nommée Saint-Gilles-les-Boucheries jusqu’en 1837. Elle a eu assez constamment entre 5 000 et 6 000 hab. de 1800 à 1960, puis a vu sa population croître ensuite sensiblement, et dépasser les 10 000 hab. en 1984; elle s’est accrue de 1 520 hab. depuis 1999. Le nouveau canton de Saint-Gilles a 9 communes, 36 200 hab.


Saint-Gilles

v. Saint-Paterne-le-Chevain


Saint-Gilles

v. Argences


Saint-Gilles

v. Saint-Lô Agglo


Saint-Gilles

v. Marche Occitane