Saint-Jean-d’Angély

(7 750 Angériens, 1 878 ha) est une sous-préfecture de la Charente-Maritime, 26 km au NNE de Saintes et 60 km SE de La Rochelle dans une grande courbe de la Boutonne, rive droite, sur le couloir de circulation de Saintes à Niort: gare, A10 avec échangeur, N150. Elle fut une ville romaine du nom d’Angeriacum, et reçut une abbaye, dont les hautes ruines sont rehaussées par des tours du 18e s. et qui a été en partie restaurée au 19e s.; un festival de théâtre s’y tient en juillet. La ville fut un actif port de commerce et d’expédition des eaux-de-vie, surtout aux 17e et 18e s.; il lui en reste des hôtels bourgeois, à côté de maisons à colombage. La ville s’orne de nombreuses ruelles et placettes, appelées cantons, comme celle du Pilori ornée d’une fontaine du 16e s. empruntée au château de Brizambourg (15 km au sud); elle a un beffroi (tour de l’Horloge) et un musée municipal, qui contient notamment des collections sur l’expédition africaine Citroën de 1924, léguées par Louis Ardouin-Dubreuil, né dans la ville (1887-1960).

La ville est équipée d’un hôpital, collège public et privé, lycée général et lycée professionnels publics; hypermarchés Leclerc (150 sal.) et Intermarché (75 sal.), Bricomarché (35 sal.), jardinerie GammVert (25 sal.). Parmi les autres entreprises, les principales sont les vérandas et stores Socover (45 sal.), les panneaux de bois Joubert (25 sal.); réseaux électriques Eiffage (78 sal.), peinture en bâtiment et menuiserie de l’Angérienne (30 sal.), transports Multifret (45 sal.); La Poste (50 sal.).

La D939 contourne l’agglomération par le nord, où elle croise la D150 (échangeur) et la voie ferrée. Au nord à la limite du finage est le petit aérodrome (LFIY) doté d’une piste gazonnée de 850 m, avec aéroclub. Au sud, la ville a deux faubourgs de rive gauche, les Granges sur la D18 à l’ouest, Taillebourg et l’Étore sur la D150 au sud. La commune avait déjà 6 000 hab. au début du 19e s., 7 000 à la fin; sa population a augmenté entre 1950 et 1968 (9 700 hab.) puis a perdu 2 000 hab. jusqu’en 1999, et encore 640 hab. depuis 1999. La ville est le siège de la communauté de communes des Vals de Saintonge; v. Saintonge (Vals de). L’arrondissement a 52 700 hab., 111 communes. Le nouveau canton de Saint-Jean-d’Angély a 42 communes et 27 100 hab.