Saint-Yrieix-sur-Charente

(7 540 Arétiens, 1 465 ha dont 213 de bois) est une commune de l’agglomération d’Angoulême, en banlieue NNO de la préfecture sur la rive droite de la Charente. Son territoire occupe la plus grande partie du lobe de méandre de la Charente au nord d’Angoulême, face au confluent de la Touvre. Toutefois, il laisse à Angoulême le faubourg de Saint-Cybard et le cimetière de Bardines au SE, rive droite. Il est traversé par la déviation de la N10 qui sert de rocade à la préfecture, ainsi que par les routes vers Cognac (N141) et La Rochelle par Saint-Jean-d’Angély (D939). Une grande base de loisirs profite d’une ancienne gravière de 25 ha dans la plaine de la Charente; camping.

La ville, dotée d’un lycée privé, est surtout d’habitat résidentiel, mais a reçu quelques ateliers dont les articles de papeterie de l’IPC (Industrie papetière de la Charente, 75 sal.), l’imprimerie Publifix (40 sal.); cars Robon (30 sal.), transports TransCourse (45 sal.), TRC (40 sal.), Grimaud (30 sal.), travaux publics Eurovia (75 sal.), installations thermiques Allard (40 sal.) et Hervé Thermique (35 sal.), peinture Chapuzet (30 sal.); négoces de fruits Esnault (30 sal.), de matériaux BMSO (20 sal.); publicité Mediapost (65 sal.); maison de retraite médicale Themis les Lis (35 sal.). Le nom a été précisé et allongé en 1922; la commune a eu 1 500 hab. vers 1900, 3 000 en 1960, et a continué à croître; elle a gagné 910 hab. depuis 1999.