Val de Loire (Terres du)

Highslide JS

communauté de communes du Loiret, associant 25 communes (dont 4 en Loir-et-Cher), 48 300 hab. et 65 920 ha. Meung-sur-Loire (siège), Baule, Beaugency, Chaingy, Cléry-Saint-André, Lailly-en-Val, Saint-Ay et Beauce-la-Romaine (41) ont plus de 2 000 hab.

Mareau-aux-Prés (1 370 Mareprésiens, 1 334 ha), 5 km au NE de Cléry, est déjà dans les banlieues d’Orléans et cultive aussi la vigne (55 ha), mais la croissance de sa population reste modérée: elle avait 930 hab. en 1968 et a gagné 220 hab. depuis 1999. Une cave coopérative installée en 1931 y groupe 40 producteurs totalisant 124 ha de vignes, dont 93 de la nouvelle aoc orléans, qui avait été précédée d’une appellation vdqs. On y voit des vestiges du château médiéval du Trépoix (12e s.); son finage occupe toute la plaine et le bord de Loire devant Cléry et atteint au nord le confluent du Loiret et de la Loire.

Mézières-lez-Cléry (850 Macériens, 2 701 ha dont 1 417 de bois) est à 3 km ESE de Cléry, à l’orée des bois de Sologne; tumulus préhistorique de la butte des Élus, un château du 19e s. dans le style du 17e s., 63 ha de vignes; elle a gagné 230 hab. depuis 1999 (+37%)

Dry (1 420 Dryssois, 2 264 ha dont 560 de bois) est sur la terrasse à 4 km au SO du chef-lieu, face à Meung-sur-Loire, dont le territoire déborde sur la rive gauche du fleuve. Le pied du talus est longé par l’Ardoux, qui coule parallèlement à la Loire et ne la rejoint que bien plus loin, derrière la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux; châteaux de Villecante et du Bouchet (19e s.), maison de retraite départementale; Dry a gagné 210 hab. depuis 1999.

Tavers (1 380 hab., 2 262 ha) a trois dolmens dont celui de la Pierre tournante et, à l’extrême sud, la ferme du Ver, classée (15e et 16e s.). La commune accueille un hypermarché Leclerc (180 sal.) et un Bricomarché (20 sal.), quelques ateliers. La population de Tavers, qui avait atteint 1 200 hab. en 1881, était descendue à 780 en 1962; elle augmente depuis et a gagné 140 habitants entre 1999 et 2006.

Villorceau (1 150 Villorcéens, 950 ha) est à 4 km au NO de Beaugency, au-delà de l’autoroute, et accueille une maçonnerie (Camus, 25 sal.); hameaux de Villemarceau au SO, le Mée au NE; sa population s’est accrue de 230 hab. depuis 1999 (+25%).

Messas (940 Messassiens, 521 ha), 3 km au nord de Beaugency, est un village-rue perpendiculaire au Val; l’autoroute Aquitaine (A10) traverse le finage au nord et y a une double aire de services; sa population, qui était de 520 hab. en 1962, n’augmente plus depuis 1990.

Le Bardon (1 050 Bardonniers, 1 223 ha), 4 km au NO de Meung, a une fabrique d’enrobés (Enroplus, 35 sal.) et a gagné 220 habitants depuis 1999. L’habitat s’étire sur trois rues orthogonales qui atteignent au SE l’échangeur de l’A10.

Cravant (990 Cravantais, 3 391 ha) est à 8 km NO de Beaugency et déjà en pleine Beauce, limitrophe du Loir-et-Cher; le finage a plusieurs petits hameaux épars, le principal étant Beaumont au SE. Elle a gagné 150 hab. depuis 1999.

Charsonville (630 hab., 2 455 ha) est à 18 km NO de Meung; hameaux de Vilaine au SO, Villorceau au SE; +40 hab. depuis 1999.

Épieds-en-Beauce (1 460 Spicaciens, 4 022 ha) est un village-rue à 20 km NNO de Meung, qui a un négoce de céréales et aliments du bétail (Le Plâtre, 35 sal.). La commune se nommait Épieds jusqu’en 1919; son nom vient du spicarium, qui désignait en latin une grange et se trouve dans le gentilé. Le gros hameau de Saintry est un peu au sud du village, sur la N157; quatre autres hameaux sont au nord (Favelles, Pressailles, Poiseaux, Villemars); dolmen des Pierres Fenats à l’est. Épieds a eu 1 300 hab. au milieu du 19e s., et un minimum à 860 hab. en 1968 et 1975; elle a gagné 400 hab. depuis 1999 (+38%). Un parc de 5 éoliennes Nordex (11,5 MW) s’est installé à Épieds (Bornes de Cerqueux).

Coulmiers (550 Colmériens, 1 428 ha), 16 km au nord de Meung, s’orne du château de Luz (19e s.) au sud-ouest du village.

Rozières-en-Beauce (200 Roziérois, 917 ha dont 221 de bois) est à 17 km NNE de Meung; l’est du finage est dans le bois de Bucy; +40 hab. depuis 1999.

Huisseau-sur-Mauves (1 690 Uxellois, 3 716 ha dont 845 de bois), 10 km NE de Meung, a un château (12e, 15e et 18e s.) et un moulin sur la Mauve (19e s.), une maison de retraite (le Parc des Mauves, 55 sal.). Un grand bois y forme l’extrémité occidentale de la forêt d’Orléans. Au nord, lotissement arboré du Parc de Montpipeau.Le finage contient les gros hameaux de Préau et la Challerie au SO, le long de la Mauve Betourbe qui y conflue avec la Mauve de Fontaine. Le nom (Oscellensis, Ussellum jadis, d’où le gentilé) vient du gaulois uxellos, qui désigne un peuplement en hauteur. La commune avait 1 500 hab. au milieu du 19e s. puis sa population s’était abaissée à 830 hab. en 1968; mais la croissance s’est arrêtée depuis 2000.

Baccon (720 hab., 3 302 ha dont 274 de bois), 11 km NNO de Meung, a un château (la Touanne, 17e, 18e et 19e s.), un dolmen (la Mouise) et un tumulus (Thorigny); carrière de granulats calcaires, hameau annexe de la Renardière à l’est aux abords de la Mauve Betourbe; la commune a gagné 80 hab. depuis 1999.

Les trois communes du Loir-et-Cher inscrites dans les Terres du Val de Loire sont Villermain (420 hab., 2 875 ha), Saint-Laurent-des-Bois (300 hab., 1 832 ha) et Binas (700 hab., 2 638 ha).


Val de Loire (Terres du)

intercommunalité du Loiret, qui comprend quatre communes du Loir-et-Cher. La plus peuplée est Beauce-la-Romaine.

Binas (700 hab., 2 638 ha), 5 km à l’ouest d’Ouzouer sur la route du Mans (N157), accueille un parc éolien de 5 Nordex (11,5 MW, à l’italien ERG) sur le site de la Bruyère (Viertiville-) et partage avec Ouzouer un autre parc de 5 Enercon (Bois d’Anchet, 10 MW, au canadien Innergex); hameaux d’Ablainville et Ménainville au NE, Chantôme au SE la commune, qui a gagné 100 hab. depuis 1999; elle en a eu 1 300 autour de 1870.

Saint-Laurent-des-Bois (300 Laurençaux, 1 832 ha dont 816 de bois), 10 km au SO d’Ouzouer, s’enfonce en clairière dans la forêt de Marchenoir. La commune avait approché de 700 hab. vers 1860 et n’en avait plus que 210 en 1990; elle vient d’en gagner 70 depuis 1999.

Villermain (410 hab., 2 875 ha dont 161 de bois) est à 6 km au sud d’Ouzouer. Son finage, limitrophe du Loiret à l’est, mord un peu sur la forêt de Marchenoir au SO. Un gros élevage avicole est à Villedieu, tout au nord; hameaux-rues de Poisioux à l’est, de Poisly au sud-ouest, et quelques petits hameaux épars. La commune a 120 hab. de plus qu’en 1999 (+41%); elle en a eu 780 en 1881.