Véron (le)

petit pays correspondant au bas interfluve Loire-Vienne, juste en amont de leur confluence. La dépression topographique a été dégagée comme un bray au sein d’un bombement anticlinal dit de Chouzé ou du Véron; des éléments de côte dessinent sa lèvre méridionale par quelques talus et buttes prolongeant les «puys du Chinonais». Il a été un pays de vignes et de mûriers pour les vers à soie, et conserve des prés bocagers. Il participe pour une partie au vignoble de Chinon et loge une bonne part des employés de la centrale nucléaire d’Avoine. Le nom vient de l’ancien radical vara, bord de rivière.


Véron

v. Sénonais