Communauté de communes de la Cléry, du Betz et de l'Ouanne

Cléry, du Betz et de l’Ouanne (communauté de communes de la)

Highslide JS

intercommunalité du Loiret au nord-est, associant 24 communes (dont une hors département) et 20 500 hab. sur 49 910 ha. Château-Renard (siège) et Courtenay ont plus de 2 000 hab.

Saint-Germain-des-Prés (1 930 Germanopratins, 2 618 ha dont 467 de bois), 7 km ONO de Château-Renard sur la rive droite de l’Ouanne, 12 km ESE de Montargis, a gagné 190 hab. depuis 1999. Le finage s’étend vers le nord, où sont apparus les lotissements arborés du domaine de la Métairie et de la Résidence des Beaudenons.

Gy-les-Nonains (640 Gyssois, 2 013 ha dont 500 de bois) est juste en face de Saint-Germain sur la rive gauche de l’Ouanne; son finage est bordé au sud-ouest par le cours du Loing; parc de loisirs au nord-ouest au bord de l’Ouanne.

Saint-Firmin-des-Bois (470 Saint-Firminois, 1 905 ha dont 275 de bois) est 5 km au nord de Château-Renard; le petit village est doublé au sud-ouest par le lotissement arboré de la Perreuse; château des Frélats au NE, avec parc; +40 hab. depuis 1999.

Melleroy (510 Melleroysiens, 2 423 ha dont 350 de bois) est à 5 km au sud de Château-Renard; clocher-tour classé du 16e; son finage atteint à l’est la limite de l’Yonne.

Triguères (1 320 hab., 3 578 ha dont 450 de bois), 5 km à l’est de Château-Renard sur la rive droite de l’Ouanne, sous un site d’oppidum gaulois, a une église du 11e et du 16e s. à clocher latéral. Le manoir du Grand Courtoiseau (17e et 18e s.), qui appartint à l’écrivain Hervé Bazin, offre de beaux jardins sur 6 ha. Au nord-est, la D162 suit le tracé d’une voie romaine. Du pétrole a été trouvé au nord-ouest du village à la Dupinerie en 1958, à 600 m de profondeur; on y exploite 85 puits, fournissant 40 000 t/an; le centre de gestion d’Elf a été cédé à Madison (groupe texan Toreador) et réduit à moins de 30 salariés. La commune a gagné 160 hab. depuis 1999.

Douchy-Montcorbon (1 410 hab., 5 014 ha dont 949 de bois) est une commune nouvelle formée par fusion en 2016. Douchy (930 Douchyssois, 2 351 ha dont 284 de bois), 10 km à l’est de Château-Renard, dans la vallée de l’Ouanne, abrite serres et pépinières au bord de l’Ouanne; métallerie Champion (25 sal.), plomberie Dechambre (30 sal.), supermarché Carrefour (20 sal.), château de la Brûlerie (19e s.). Montcorbon (480 hab., 2 661 ha dont 665 de bois), 4 km au nord de Douchy, a un musée des ustensiles de cuisine d’autrefois. Toutes deux sont à la limite de l’Yonne. Ensemble, elles ont 40 hab. de moins qu’en 1999.

Saint-Loup-d’Ordon (260 hab.,1 767 ha dont 426 de bois) est une commune de l’Yonne, à l’est de Courtenay, qui a choisi d’adhérer à la communauté loirétaine; son finage est traversé par l’A6, équipée de l’aire de repos des Châtaigniers; château d’Ordon (17e, inscrit, avec une tour ronde); élevage de volailles Hubbard (60 sal.).

Chuelles (1 210 hab., 3 082 ha dont 313 de bois), entre Courtenay et Château-Renard, participe au gisement de pétrole de Triguères et a quelques puits épars; grand lotissement arboré de la Boulassière au sud-ouest, camping. Elle a gagné 270 hab. depuis 1999 (+29%).

Saint-Hilaire-les-Andrésis (930 Andrésiens, 2 571 ha dont 460 de bois), 3 km au NO de Courtenay, est traversée au sud par l’A19 et la D2060 avec échangeur et une base logistique Intermarché (170 sal.); atelier de mécanique (Boyer, 45 sal.). Le village est sur le versant droit de la Cléry face au sud. Au nord dans les bois, vaste lotissement des Hauts Bois, avec étangs, près de la limite de l’Yonne. La population a gagné 170 hab. depuis 1999 (+22%).

Foucherolles (280 Foucherollais, 980 ha dont 602 de bois) est à 8 km NNO de Courtenay et limitrophe de l’Yonne. Le finage est traversé par l’A6, équipée de la double aire de repos de la Roche et du Parc Thierry; barrage et partie du grand étang de Galetas au NE (72 ha), partagé avec Donnats (Yonne). Le village n’a que quelques maisons, l’essentiel de l’habitat étant limité à deux lotissements arborés au sud-ouest, Bois de Hayets et Bois des Clers. La commune n’avait d’ailleurs pas 50 habitants dans les années 1960 et n’avait pas dépassé 130 auparavant; elle gagné 110 hab. après 1999 (+65%).

Bazoches-sur-le-Betz (960 Bazochois, 1 538 ha dont 250 de bois) est à 14 km NNO de Courtenay. Son finage s’étend entre la limite de l’Yonne au NE et l’A6 au SO et il est traversé d’est en ouest par le Betz. Au sud-est, les vastes lotissements arborés des Étangs Neufs et des Étangs de Béon occupent 160 ha parmi bois et étangs, bornés à l’est par le Chemin des Dames qui fixe la limite départementale. Le village est au centre du finage sur la rive gauche du Betz, accompagné un peu au nord par le hameau dit le Grand Village; château du 17e, chocolaterie France-Cacao (30 sal.), nettoyage LAN (35 sal.). Sa population a augmenté de 280 hab. depuis1999 (+41%).

Ervauville (550 Ervauvillois, 1 254 ha dont 355 de bois), 8 km au NO de Courtenay, est environnée de bois, dont celui de Mérinville au NO, avec des étangs; elle accueille des lotissement résidentiels (le Bois Noir, la Ramée, le Pré Parrain) et sa population a gagné 150 hab. depuis 1999, soit +39%.

Mérinville (190 Mérinvillois, 1 184 h dont 451 de bois) est à 11 km NO de Courtenay; elle n’a qu’un minuscule village, dont l’église du 15e siècle a des peintures murales classées. Le grand bois de Mérinville, au nord, contient plusieurs étangs, dont celui du Cénant à l’est (15 ha) et accueille le lotissement du Hameau de la Roche; +80 hab. depuis 1999 (+81%).

Pers-en-Gâtinais (260 Persgatinois, 1 069 ha dont 180 de bois) est à 15 km NO de Courtenay au bord du ruisseau de Sainte-Rose, affluent du Betz; la mention en-Gâtinais est apparue en 1933; +60 hab. après 1999.

La Selle-sur-le-Bied (1 030 Sellois, 2 396 ha dont 1 193 de bois), 14 km à l’ouest de Courtenay, jadis La Celle, a son village sur le versant droit de la Cléry, assorti juste au sud du lotissement arboré des Hauts de la Selle; menhir et polissoir des Davaux tout au nord du finage, plus un château des 17e et 20e s.; église à peintures murales classées du 16e s. charcuterie Martinet-Lemoine (170 sal.). L’A19 passe tout au sud du finage. La population a gagné 240 hab. depuis 1999 (+30%).

Saint-Loup-de-Gonois (100 Saint-Lupois, 616 ha) est 12 km à l’ouest de Courtenay, sans village, avec quelques maisons dans la vallée de la Cléry.

Courtemaux (260 Courtemaliens, 1 291 ha) est à 11 km à l’ouest de Courtenay; le village est sur le versant gauche de la Cléry. L’A19 traverse le finage au sud sur le plateau.

Chantecoq (500 Chantecoquois, 1 593 ha), 9 km à l’ouest de Courtenay, est sur le versant droit de la Cléry, tout à l’ouest de son finage. Au NE sur le plateau, site archéologique de Coinche avec menhir et polissoir. Au sud passent la D2060 et l’A19, avec la double aire de repos de Chantecoq à l’ouest. La population s’est accrue de 90 hab. depuis 1999.

Thorailles (180 Thoraillais, 345 ha) est une très petite commune à 16 km OSO de Courtenay, bordée au sud par la D2060; lotissement arboré du Bois des Crânes à l’est; la population n’avait que 80 hab. en1999.

Louzouer (270 Oratoriens, 1 123 ha dont 300 de bois, est 17 km à l’ouest de Courtenay; menhir de la Grande Pierre ou de la Chaise à l’ouest (4 m de haut); l’A19 traverse le finage au nord.

La Chapelle-Saint-Sépulcre (250 Capellois, 621 ha dont 364 de bois) est dans un vallon à 20 km OSO de Courtenay et 8 km ENE de Montargis sur la D2060, entourée de pavillons.

La Selle-en-Hermoy (820 Sellois, 1 956 ha dont 850 de bois) est à 16 km OSO de Courtenay et 12 km à l’est de Montargis. Le village est proche de la D2060 qui court au nord du finage; lotissement arboré de la Bardinerie au SE; +190 hab. depuis 1999 (+30%).


Château-Renard

(2 220 Châteaurenardais, 4 034 ha dont 728 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Loiret dans l’arrondissement de Montargis, 18 km ESE de Montargis dans la vallée de l’Ouanne; le nom s’écrivait Châteaurenard jusqu’en 1998. La commune offre le château de la Motte (12e et 17e s.), des maisons anciennes, un pigeonnier du 17e s. (2 200 nids), une église romane classée; musée vivant de l’apiculture, musée dans la Maison Jeanne d’Arc (15e s., à pans de bois).; collège public, maison de retraite.

Le centre est au pied du versant droit de l’Ouanne mais l’urbanisation a largement essaimé au sud de la vallée et s’est complété du lotissement résidentiel des Barniers au SE. Elle a un noyau d’entreprises: fabrique de cosmétiques Simaphac du groupe Pierre Fabre (65 sal.), condiments Comexo (75 sal.); maintenance de puits de pétrole (SMP, Société de maintenance pétrolière, 290 sal.). La population communale a assez peu varié au cours des deux derniers siècles; elle a toutefois baissé de 220 hab. depuis 1999. La commune est le siège de la communauté de communes de la Cléry, du Betz et de l’Ouanne.


Courtenay

(4 090 Curtiniens, 5 013 ha dont 684 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Loiret dans l’arrondissement de Montargis, 27 km à l’est de celle-ci (communauté des vallées de la Cléry, du Betz et de l’Ouanne). Située près d’un grand carrefour routier avec échangeurs (N60, autoroutes A6 et A19), en limite de la Bourgogne, elle est un centre d’échanges actif. Le chansonnier Aristide Bruant y est né en 1851. Elle a fixé plusieurs entreprises de transport et de logistique, ainsi qu’un établissement de céramiques fines et isolants du groupe Saint-Gobain (Céramiques avancées, passé de 95 à 25 sal.); une fabrique associée du groupe japonais Ibiden y avait ajouté en 2002 une fabrique de filtres au carbure de silicium pour voitures diesel, mais elle a fermé en 2018. Les autres ateliers sont les emballages recyclables Écologistique Réemploi (50 sal.), la fromagerie Renard-Gillard (40 sal., brie et coulommiers); supermarchés Intermarché (45 sal.) et Mazagran (35 sal.).

L’accès autoroutier a suscité des lotissements dans les bois au sud de la commune (la Jacqueminière, les Courtoiseries) près du château du Grand Vaulfin (ou Vauxfins, hôtellerie et hébergements collectifs) et à l’est (Sainte-Anne, avec un château). Le bourg a une église classée des 11e et 16e s. et un collège public; maison de retraite Colisée (50 sal.); polissoir de grès du Bois des Roches. La population communale est passée par un maximum à 2 900 hab. en 1876, un minimum à 2 300 dans les années 1950 et 1960, et augmente modérément depuis; elle a gagné 550 hab. depuis 1999.