Communauté de communes du Val de Sully

Sully (Val de)

Highslide JS

communauté de communes du Loiret, associant 19 communes et 24 800 hab. sur 59 000 ha. Le siège est à Bonnée. Ouzouer-sur-Loire, Saint-Benoît-sur-Loire et Sully-sur-Loire ont plus de 2 000 hab.

Bonnée (730 Bonnéens, 1 161 ha dont 250 de bois) est au nord de Sully, dans la plaine drainée par la Bonnée, boire alimentée en partie par des sous-écoulements de la Loire. Le village, à 2 km du pont de Sully-sur-Loire, a un magasin Intermarché (45 sal.). Le finage et tout l’habitat sont dans la plaine de Loire. La population progresse lentement: elle était de 370 hab. en 1954 et a augmenté de 50 hab. après 1999.

Saint-Père-sur-Loire (1 060 Saint-Pérois, 1 069 ha), face à Sully, a un hypermarché U (140 sal.) et quelques magasins dont un Bricomarché (25 sal.); hostellerie du Château, 20 sal. La commune n’avait que 350 hab. dans les années 1930 et a crû ensuite jusqu’en 1990; +40 hab. depuis 1999.

Germigny-des-Prés (750 Germignons, 978 ha) 22 km ONO d’Ouzouer et à 5 km SE de Châteauneuf-sur-Loire, est célèbre pour son église du 9e s. à plan en croix grecque et mosaïques, l’une des plus anciennes de France, restaurée au 15e s. (près de 60 000 visiteurs par an pour l’oratoire carolingien). La commune a crû de 140 hab. depuis 1999. Son finage est entièrement dans la plaine alluviale, limité au nord par la boire de la Bonnée et bordé par un grand méandre de la Loire, dont elle a une belle longueur de rive. L’habitat est doublé par le hameau-rue du Mesnil au sud de Germigny.

Bray-Saint-Aignan (1 780 hab., 2 616 ha) est une commune nouvelle, formée en 2017 par fusion. Bray-en-Val (1 480 hab., 2 232 ha), la plus septentrionale à 5 km NE de Saint-Benoît, n’était «en Val» que depuis 1933; elle avait 700 hab. en 1968 et en a gagné 420 depuis 1999 (+40%); elle a une cartonnerie du groupe Smurfit (Abc, cartons ondulés, 80 sal.) et un négociant-réparateur de matériel agricole (Méthivier, 45 sal.). Saint-Aignan-des-Gués (300 hab., 384 ha dont 124 de bois), juste à l’ouest de Bray au pied du coteau de Loire, où confluent deux rus, a un producteur de légumes et conserves (D. Allaire, 50 sal.) et a gagné 60 hab. depuis 1999.

Les Bordes (1 940 Bordiers, 2 402 ha dont 1 855 de bois), 8 km ONO d’Ouzouer, sur la route d’Orléans à Gien, ont une bonne part de la forêt de Lorris, avec quelques étangs. La bourgade a été dotée d’un collège public et a un dépôt des Cars Dunois (20 sal.), un camping. L’habitat est sur le rebord du plateau qui domine le val de Loire. La population de la commune n’était encore que de 880 hab. en 1968; elle a augmenté de 460 hab. depuis 1999.

Dampierre-en-Burly (1 530 Dampierrois, 4 744 ha dont 2 419 de bois) est 3 km à l’est d’Ouzouer sur la D952. Le village est au bord de l’étang du Bourg, que prolonge l’étang du Grand Moulin, à 3 km de la rive droite de la Loire. Il a eu un château, dont reste le pavillon d’entrée du 17e s., avec le parc. Le finage englobe la partie sud-orientale de la forêt de Lorris, dont les étangs de Courcambon (camping) et de Molandon; châteaux du Verdier à l’est, des Noues Saint-Ythier au SE; musée du cirque et de l’illusion à la limite d’Ouzouer, depuis 2004 (15 000 visites par an); pépinières et horticulture aux abords de la centrale.

Car Dampierre est surtout connue pour sa centrale nucléaire, établie en bord de Loire à 4 km au sud du village; elle occupe 62 ha et associe depuis 1981 quatre réacteurs à eau ordinaire pressurisée de 900 MW chacun, produit plus de 20 milliards de kWh par an et emploie 1 475 personnes; s’y ajoutent les nettoyages spécialisés Onet (260 sal.)et Endel (200 sal.). Dampierre n’avait que 540 hab. en 1975; après une croissance sensible, elle a encore gagné 400 habitants depuis 1999.

Lion-en-Sullias (410 Lugduniens, 2 449 ha dont 427 de bois),10 km ESE de Sully, est face à la centrale nucléaire de Dampierre; tumulus et menhir des Druides à l’angle NO sur la terrasse en bord de Loire, château et parc de Cuissy à cheval sur la limite de Saint-Aignan; au NE, le dolmen dit le Crapaud est près du confluent de l’Aquiaulne et de la Loire. La commune a gagné 70 hab. depuis 1999.

Saint-Aignan-le-Jaillard (610 Saint-Aignanais, 2 431 ha dont 480 de bois), 6 km ESE de Sully, est également au bord du Val de Loire, sur le rebord de la terrasse dominant la boire de la Sange, qui débouche dans le val à Saint-Aignan; étangs et bois sur le plateau au sud, où s’ouvrent les Plaines de Courcelles et des Fontenelles; +40 hab. depuis 1999.

Saint-Florent (470 Saint-Florentais, 3 778 ha dont 848 de bois), 13 km au SE de Sully, a une grosse entreprise de maraîchage (Guénot, 160 sal.). Le finage abonde en bois et étangs; château de Pierrefitte à l’ouest près de la vallée encaissée de la Sange, château de la Supplissonnière à l’est. La commune a 70 hab. de plus qu’en 1999.

Cerdon (960 Cerdonnais, 6 707 ha dont 2 964 de bois) est à 15 km au sud de Sully. Le finage de Cerdon contient plusieurs châteaux du 19e s.: les Hodeaux au SO, les Valliers à l’ouest, la Prêle à l’est, Ners au sud-est, l’Abeille et la Tuilerie au sud. Celui-ci est proche du grand étang du Puits (180 ha), créé en 1864 pour le canal de la Sauldre et doté d’une base nautique. Au nord-est, l’armée française fit en 1937 du château de Grandval, au nord-est, le site d’un grand dépôt d’explosifs venus de Bourges. Un centre de vacances de l’Armée (90 places) est à la Cité dans les bois, sur une partie de cet ancien camp, depuis 1956; exposition d’art. La population communale est stable depuis un demi-siècle, à un niveau inférieur à celui de la fin du 19e s. (1 600 hab.); elle a baissé de 70 hab. depuis 1999.

Villemurlin (59 Villemurlinois, 4 895 ha dont 1 300 de bois) est à 11 km sud de Sully; château des Villoings au sud; la commune a 50 hab. de plus qu’en 1999.

Isdes (570 Isdois, 4 389 ha dont 1 676 de bois), 15 km SO de Sully, a plusieurs châteaux dont ceux de Brenne (17e et 18e s.) à l’ouest, Sainte-Claire (19e s.) au sud, la Mardelle au NE (19e s.); camping au village. La commune a gagné 80 hab. depuis 1999.

Vannes-sur-Cosson (600 Vannois, 3 565 ha dont 1 573 de bois), 16 km SO de Sully, est en pleine Sologne au milieu des bois et des étangs. Elle a plusieurs châteaux, presque tous du 19e s., notamment Prépinson au NO, Fraizières au sud du village et le Luet à l’extrême nord. Vannes-sur-Cosson a gagné 70 habitants depuis 1999.

Viglain (880 Viglainois, 3 999 ha dont 1 423 de bois), 9 km au SO de Sully, abrite le golf de Sully, près du château de Baffou au nord; château de Beauregard au sud, de la Ruffière au NE; la population a augmenté de 50 hab. après 1999.

Neuvy-en-Sullias (1 390 Neuvysulliens, 2 528 ha dont 829 de bois) est à 11 km ONO de Sully. Le groupe Glon a un élevage avicole de 174 000 poules (50 millions d’œufs par an) au domaine de l’Orme (Eggteam, 50 sal.) au sud du village; château de la Brosse (17e au 19e s.) à l’orée des bois, du Gilloy à l’ouest . La commune a été connue pour la découverte d’un trésor fait de petites statuettes de bronze antiques, supposées du 3e siècle de notre ère, et exposées au musée d’Orléans; loisirs hippiques; Neuvy a gagné 440 habitants depuis 1999 (+46%).

Guilly (660 Guillylois, 1 703 ha dont 209 de bois) est à 10 km ONO de Sully, sur une double courbe de la Loire; église du 12e s., moulin à vent de Bel Air (17e et 19e s.); la commune a gagné 120 hab. depuis 1999.


Ouzouer-sur-Loire

(2 810 Oratoriens, 3 427 ha dont 1 917 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Loiret à 48 km ESE d’Orléans, dans le Val de Sully (Sully (Val de)). Le village est à 1 km de la rive droite de la Loire sur la D952 et à l’orée de la forêt d’Orléans; scierie Millet (40 sal.), chaudronnerie Fives Nordon (30 sal.), ingéniérie Nuvia Support (145 sal.). La commune s’étend au centre sud de la forêt de Lorris, englobant le grand étang du Ravoir (50 ha). Après avoir atteint 200 hab. dans les années 1880, la population communale s’était réduite à 900 hab. en 1931; elle a augmenté surtout entre 1970 et 1985, puis plus lentement, et a gagné 240 hab. après 1999.


Saint-Benoît-sur-Loire

(2 070 Bénédictins, 1 827 ha) est une commune du Loiret dans le Val de Sully (Sully (Val de)), à 31 km ESE d’Orléans. Le village, sur la rive droite du fleuve, est célèbre pour son abbaye; un monastère bénédictin a été édifié en 650 sur un site sacré des Gaulois, dénommé Fleury (Floricacum) et a acquis un grand rayonnement; la communauté a été plusieurs fois ruinée, et finalement rétablie comme abbaye en 1959. Son église est un des joyaux de l’art roman, notamment par son clocher-porche et sa crypte (11e-12e s.). Dans la commune sont installés un collège privé, une maison de retraite, et un ensemble d’activités liées à la spécialité agricole du «Val d’Or»: le domaine agricole Baby (45 sal.) et le maraîchage BTG (Bouthegourd, 40 sal.), les conserveries de légumes Rocal (95 sal.) et Euro5 (20 sal.). La population communale a augmenté de 1954 (1 300 hab.) à 1982, puis s’est légèrement tassée, puis a repris 170 hab. après 1999.


Sully-sur-Loire

(5 440 Sullylois, 4 360 ha dont 987 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Loiret dans l’arrondissement d’Orléans, 45 km ESE de la préfecture, sur la rive sud de la Loire. La ville est fleurie (trois fleurs) et il s’y tient un festival de musique classique. Elle est dominée par son gros château du 14e s., à donjon, quatre puissantes tours et douves, acheté en 1602 et réaménagé par Maximilien de Béthune, qui adopta dès lors le nom de Sully; le château accueille près de 60 000 visiteurs par an.

Sully est un centre de services bien équipé, avec un collège public et un hôpital local (15 lits médicaux, 220 en tout), et a plusieurs entreprises industrielles: la verrerie Saint-Gobain (530 sal.) fabrique des vitres épaisses pour wagons, blindés et avions; lève-vitres pour automobiles Inteval (200 sal., ex-Arvin Meritor); filtres et composants Novintec (130 sal.) pour l’aéronautique de défense. Le groupe suisse Krono fabrique des panneaux de bois (Kronofrance, 375 sal.); plastiques Charpentier (25 sal.) et RYB (20 sal.); atelier de confection (Sully, 40 sal.), une biscuiterie (Rougier, 70 sal.); analyses Intercontrôle (40 sal.); transports Gedipal (40 sal.), CS Centre (50 sal.); La Poste (50 sal.).

La commune a eu entre 2 000 et 2 500 hab. durant tout le 19e s. et jusqu’en 1950, puis sa population a augmenté jusqu’en 1982 et s’est stabilisée depuis. Elle est la ville principale du Val de Sully; v. Sully (Val de).