Communauté de communes du Bonnevalais

Bonnevalais (communauté de communes du)

intercommunalité d’Eure-et-Loir associant 19 communes et 12 500 hab. sur 34 980 ha. Le siège est à Bonneval, seule commune à dépasser 2 000 hab.

Pré-Saint-Évroult (300 Évroultiens, 2 151 ha) est 7 km à l’est de Bonneval; hameaux de Mézières à l’ouest, le Boulay au nord, Vilsix au NE. La route de Chartres sud-nord rectiligne (D127) fixe la limite orientale de la commune.

Saint-Maur-sur-le-Loir (420 Saint-Mauriens, 1 654 ha dont 364 de bois), 6 km SE de Bonneval, est au bord d’une longue boucle de méandre du Loir. La commune réunit le bois de Moléans, le groupe de trois dolmens classés du Baignon et le château Second Empire de Mémillon, dont le parc de 50 ha accueille des visiteurs; hameaux du Rouvre à l’ouest, de la Touche au sud-est, tous deux dominant le val de Loir, et de Lolon au nord. La commune se nommait Saint-Maur jusqu’en 1938; sa population s’était abaissée à 270 hab. en 1975 et a un peu repris ensuite.

Flacey (220 Flacéens, 1 399 ha dont 288 de bois) est à 5 km SSO de Bonneval sur la N10; hameau de Moresville et château de la Motte à l’ouest, château et ferme de Maignanville au sud-ouest.

Montharville (100 Montharvillois, 634 ha dont 154 de bois) est 4 km à l’ouest de Bonneval; château de Vrainville au SE, hameau du Grand Cormier à l’ouest.

Trizay-lès-Bonneval (320 Trizéens, 977 ha), 4 km ONO de Bonneval, domine le cours de l’Ozanne; église du 12e siècle, site archéologique de Frécot à l’est avec le dolmen de la Pierre de Beaumont. La commune a gagné 60 hab. depuis 1999.

Dangeau (1 290 hab., 5 488 ha), 10 km ONO de Bonneval, s’est agrandie en 2018 en intégrant Bullou et Mézières-au-Perche. L’ancienne Dangeau (960 Dangéotins, 3 963 ha dont 478 de bois), est une petite cité de caractère sur la rive gauche de l’Ozanne. Elle s’orne du château de Bouthonvillers (17e-18e s.) et a une église classée (12e et 16e s.) ainsi qu’un grand bois au sud, et des étangs; camping au bord de l’Ozanne; hameaux du Plessis à l’est, de Coupigny, la Brosse et le Ranger au sud au-delà d’une bande forestière; château de Brétigny à l’ouest au bord de l’Ozanne; hameaux de Chahuteau à l’ouest, de la Chesnaie au nord-ouest, de Sonville au nord. Dangeau a eu 1 500 hab. vers 1850 et sa population a diminué jusqu’en 1990: mais elle vient de reprendre assez vigoureusement, gagnant 160 hab. depuis 1999; métallerie Precidec (35 sal.), travaux publics Villedieu (25 sal.). Bullou (240 Bulléens, 914 ha) est à 5 km NO de Dangeau; hameaux de Feugeray à l’ouest, la Tremblaye et Boissay au SE. Mézières-au-Perche (130 hab., 611 ha) est à 5 km au nord de Dangeau; le Loir borde le finage au nord-est.

Saumeray (500 Salméridiens, 1 946 ha), 11 km au NO de Bonneval dans la vallée du Loir, comporte plusieurs hameaux dont Launay à l’est, l’Aubépine au nord, le Grand Bois au sud et deux moulins sur la rivière, entourée d’étangs; site archéologique au village, église du 13e s. La population augmente depuis le minimum de 1982 (moins de 300 hab.), gagnant 140 hab. depuis 1999 (+39%).

Alluyes (850 Avallosiens, 1 958 ha dont 125 de bois), 7 km NNO de Bonneval, dans la vallée du Loir, fut un marquisat et a conservé un haut donjon du 13e s. et une église du 12e s. avec décors du 16e s. qui la font classer comme «petite cité de caractère»; carrières, étangs dans la vallée du Loir. La population augmente un peu depuis le minimum de 1982 à 550 hab.; elle a 150 habitants de plus qu’en1999. Alluyes accueille depuis plus d’un siècle un internat de la fondation Chevallier-Debeausse (aide sociale à l’enfance «en souffrance psychologique»). Le finage comprend un dolmen au nord du village et le site archéologique du Puits de la Motte au sud-ouest, les hameaux de Bourgeray à l’ouest, Villebon et la Vieuville au sud, Saint-Germain à l’est, Coulommiers au NE, la Ronce au nord, et des étangs dans la vallée du Loir.

Bouville (600 Bouvillois, 1 565 ha dont 120 de bois), 11 km NNO de Bonneval, a gagné 180 hab. depuis 1999 (+43%); hameaux de Genarville à l’ouest, de Feugères avec moulin à vent Pelard sur la N10.

Montboissier (330 hab., 1 394 ha) est à 4 km au nord de Bonneval; plusieurs menhirs au sud-ouest, haras, hameaux du Perruchet au sud, Augonville au centre, Dampierre au nord-est. Le finage est traversé par la N10. La population a augmenté de 50 hab. depuis 1999.

Moriers (230 hab., 903 ha) est à 7 km NE de Bonneval au bord des voies ferrées.

Le Gault-Saint-Denis (690 Gaulois, 2 335 ha dont 398 de bois), 12 km NE de Bonneval, est la principale commune au nord-est, en direction de Voves et de Paris; sa population a diminué durant le 20e siècle (800 hab. en 1906) mais a gagné 140 hab. depuis 1999; hameaux de Bronville à l’ouest, Varennes au nord, Plancheville à l’est, Chaufours au sud avec voie ferrée et silos.

Pré-Saint-Martin (200 Présiens, 725 ha), 11 km NE de Bonneval, a un village au SO, plus petit que le hameau d’Aigneville au NE.

Neuvy-en-Dunois (320 hab., 2 587 ha) est à 15 km ENE de Bonneval. Le village se complète des hameaux de Joinville au NO, Melleville à l’ouest, Morsans à l’est, Ligaudry au SE, Allonville au sud, et de quelques fermes éparses. Au nord, un parc de 8 éoliennes Vestas (24 MW, à EDF) s’aligne à cheval sur la limite de Villars.

Sancheville (820 Sanchevillois, 2 177 ha), 16 km à l’est de Bonneval, conserve le moulin à vent classé du Paradis (18e s.), déplacé et remonté dans les années 1990, et touche à l’est au terrain militaire de Bouard; transports Ghestem (140 sal.). La commune a dépassé 1 000 hab. de 1840 à 1910; descendue à 730 hab. en 1960, sa population a fluctué depuis et a gagné 110 hab. après 1999; hameaux de Dommarville et Acclainville au SO, Boissay et Bercis au sud, Baigneaux au SE, Villeron au NE.

Bullainville (110 Bullainvillois, 666 ha), 10 km à l’est de Bonneval, n’a qu’un seul habitat.

Villiers-Saint-Orien (170 hab., 1 511 ha), 10 km SE de Bonneval, a un finage étiré SO-NE où se voit le dolmen du Puits aux Ladres tout au sud-ouest, au-dessus de la vallée de la Conie; hameaux du Mesnil à l’ouest, de Godonville au centre-nord, Jumainville à l’extrême NE.

Dancy (200 hab., 990 ha) est à 7 km SE de Bonneval; gros hameau de Massuères au nord, petit hameau de Givais au SO.


Bonneval

(5 160 hab., 2 882 ha dont 250 de bois) est un ancien chef-lieu de canton d’Eure-et-Loir dans l’arrondissement de Châteaudun, 13 km au NNE de cette ville, dans la vallée du Loir (CC du Bonnevalais). Son apparition fut liée à l’installation d’un monastère cistercien en 857. «Petite cité de caractère», elle a gardé du passé des fortifications avec portes, tours et douves, un logis abbatial du 15e s., une église gothique et de nombreuses maisons anciennes. Elle se présente comme «station verte de vacances» et «village fleuri»; c’est aussi un centre de services avec collège public, lycée professionnel, centre de formation à la métallurgie, hôpital psychiatrique de 450 salariés et 580 places, institut médico-éducatif.

La commune est dotée d’une grande zone d’activités, où la métallurgie domine: amortisseurs TRW (ex-Gabriel Amortex, 75sal.), appareils électriques ménagers Roller Grill (130 sal.), métallerie Nawi ex-Guerton (45 sal.), matériel agricole Lamy (25 sal.), matériel de bureau Altinox (25 sal.). Parmi les autres activités, isolation Isolba (45 sal.); blanchisserie Innov (30 sal.); supermarché Carrefour (30 sal.); transports Hubert (250 sal.).

L’Ozanne conflue avec le Loir un peu en amont du bourg, tandis que les voies ferrées venant de Tours et du Mans convergent au NE vers Chartres. Vers le nord-est du bourg, s’est ouvert en 2006 un parc de 6 éoliennes Vestas de 2 MW chacune (société Zephyr). La commune s’est agrandie en 1827 et 1829 en absorbant Saint-Martin-du-Péan et Saint-Maurice-sur-Loir au sud, passant ainsi de 1 800 à 2 400 hab.; elle a atteint les 3 000 en 1851, les 4 000 en 1906; après un léger déclin, sa population a repris une lente croissance de 1930 à 1970; elle a gagné 780 hab. depuis 1999 (+18%).

Bonneval est le siège de la communauté de communes du Bonnevalais, qui réunit 19 communes et 12 500 hab. sur 34 980 ha. Ce territoire de Beauce est traversé par la N10 et la ligne de TGV Ouest, et la haute vallée du Loir passe dans sa partie occidentale. L’ancien canton a été divisé entre les nouveaux cantons de Châteaudun et de Voves.