Communauté de communes Mirebellois et Fontenois

Mirebellois et Fontenois

Highslide JS

communauté de communes de la Côte-d’Or, associant 32 communes et 12 600 hab. sur 42 420 ha. Le siège est à Mirebeau-sur-Bèze, seule commune de plus 2 000 hab.

Oisilly (130 hab., 597 ha) est à 5 km NE de Mirebeau, sur la rive droite de la Vingeanne. Le finage a deux petites extensions rive gauche.

Blagny-sur-Vingeanne (130 Blanéens, 756 ha), 7 km NE de Mirebeau, a son village au bas des collines du versant droit de la Vingeanne, dont le cours borne le finage à l’est; le canal de Bourgogne passe près du village, qui a un château inscrit du 18e.

Champagne-sur-Vingeanne (320 hab., 1 325 ha dont 216 de bois), 9 km NE de Mirebeau, est sur la rive gauche de la Vingeanne et touche à l’est à la forêt d’Autrey;+70 hab. depuis 1999.

Renève (440 Renévois, 1 440 ha dont 326 de bois), 7 km à l’est de Mirebeau, est sur la rive gauche de la Vingeanne, le village étant prolongé vers le nord par le hameau de Renève le Château; grand bois de Renève à l’est. Le canal de Bourgogne fait un coude dans la plaine de rive droite face au village.

Jancigny (140 hab., 695 ha) est à 8 km ESE de Mirebeau, au sud de Renève et également sur la rive gauche de la Vingeanne; bois à l’est.

Cheuge (130 hab., 888 ha dont 491 de bois), 7 km ESE de Mirebeau, a son petit village au bord du canal de Bourgogne. La forêt de Mirebeau occupe la partie occidentale du finage.

Charmes (140 hab., 653 ha) est 4 km au SE de Mirebeau; la Bèze limite son finage au SO, la forêt de Mirebeau au NE.

Bézouotte (210 Bézouottais, 110 ha) a un très petit finage sur la rive gauche de la Bèze, 2 km au sud-est de Mirebeau. Elle abrite une fabrique de fibres textiles (Porteret-Beaulieu, 60 sal.) et le jardin du Logis.

Cuiserey (180 Cuciriens, 633 ha) est un village-rue sur la D25 à 4 km au sud de Mirebeau; la Bèze limite le finage à l’est.

Trochères (170 Trécariens, 510 ha) est à 7 km au sud de Mirebeau, au bord de l’Albane.

Belleneuve (1 640 Belleneuvois, 1 447 ha dont 239 de bois), 6 km SO de Mirebeau, est déjà dans les extensions visibles de Dijon, à 23 km à l’est: elle n’avait que 180 hab. en 1962 ! Il est vrai qu’entretemps elle a fusionné en 1965 avec Arçon, juste à l’est; mais la population est brusquement passée de 850 hab. à 1 500 entre 1975 et 1982, s’est légèrement tassée ensuite, puis a rajouté 220 hab. après 1999. Le noyau villageois est sur l’Albane; vaste lotissement de pavillons juste au nord; un EHPAD Colisée France (50sal.). La Saur (traitement des eaux) a un établissement dans la commune (55 sal.).

Savolles (190 Savolliens, 312 ha) est à 5 km SO de Mirebeau juste au nord de Belleneuve; +60 hab. depuis 1999.

Magny-Saint-Médard (320 hab., 1 087 ha dont 176 de bois), 6 km OSO de Mirebeau, est dans la petite vallée de l’Albane et sur la route de Dijon; quelques bois à l’ouest; +90 hab. depuis 1999.

Arceau (910 Arcelois, 2 160 ha dont 481 de bois), 13 km OSO de Mirebeau, est au nord de la Tille, dont la plaine accueille l’A31 dans un paysage d’étangs. Un peu au sud, sont le petit village et le beau château d’Arcelot (18e s.), avec parc, proche d’Arc-sur-Tille. Arceau est en croissance depuis 1962 (350 hab.); elle a augmenté de 330 hab. depuis 1999 (+57%).

Beire-le-Châtel (870 Beiréens, 1 925 ha dont 424 de bois), 10 km à l’ouest de Mirebeau au bord des marais de la Tille, a un institut médico-éducatif et un château de diverses époques (13e au 19e s.), un fabricant de placage et panneaux de bois Bourgogne Bois industrie (20 sal.). La population a augmenté de 220 hab. depuis 1999 (un tiers).

Viévigne (260 Vétivinois, 1 343 ha dont 245 de bois) est à 8 km NO de Mirebeau sur la D960; au nord, une petite extension du finage entoure l’étang de Dame Alix dans un fragment de la forêt de Velours; +50 hab. depuis 1999.

Tanay (230 hab., 1 265 ha dont 159 de bois), 4 km NO de Mirebeau, a son village sur une petite butte; château et hameau de Taniot juste au sud.

Noiron-sur-Bèze (240 hab., 1 180 ha dont 376 de bois), 6 km NNO de Mirebeau, a son village dans un coude de la Bèze, rive gauche, au confluent du Chiron. Le finage contient le Bois de la Tour à l’ouest, avec un étang allongé de 15 ha assorti d’un camping; +70 hab. depuis 1999 (+41%). Le nom fut Noiron-sous-Bèze avant 1848.

Bèze (740 Bézois., 2 340 ha dont 592 de bois), 10 km NNO de Mirebeau, a son village sur les deux rives de la Bèze un peu encaissée. C’est une «petite cité de caractère» dans une quasi-clairière forestière à la source actuelle de la Bèze; celle-ci a la forme d’une fontaine vauclusienne (résurgence), dont le débit peut varier de 0 à 24 m3/s et dont les grottes accueillent 20 000 visiteurs par an; un monastère s’y était installé au 7e s., et a eu des vignes à Gevrey-Chambertin, où subsiste un clos de Bèze parmi les grands crus. À l’est, le finage est traversé par le Chiron et porte le Bois de Bèze (200 ha). La population a augmenté de 90 hab. après 1999.

Beaumont-sur-Vingeanne (200 hab., 1 172 ha dont 213 de bois), 10 km NNE de Mirebeau, est sur le rebord du plateau qui domine la rive droite de la Vingeanne; château du 18e s. avec parc; +40 hab. après 1999. Deux avancées du finage vers l’est sont traversées par le canal Entre Champagne et Bourgogne. La commune est limitrophe de la Haute-Saône; elle a 40 hab. de plus qu’en 1999.

Dampierre-et-Flée (140 hab., 945 ha dont 229 de bois), 11 km NNE de Mirebeau, a un long finage contourné de part et d’autre de la Vingeanne, depuis leur fusion en 1801. Dampierre est sur la rive droite et son finage dessine un arc vers l’ouest avec la vallée du Chiron, agrémentée par l’étang de barrage de Bessey (94 ha). Flée est sur la rive gauche et son finage se termine en pointe dans les bois. Entre les deux, le canal Entre Champagne et Bourgogne recoupe le cours de la Vingeanne. La commune est limitrophe de la Haute-Saône; elle a 40 hab. de plus qu’en 1999.

Licey-sur-Vingeanne (110 hab., 339 ha), 13 km NNE de Mirebeau, a un petit village sur la rive droite de la Vingeanne, flanquée à gauche par le canal. La commune est limitrophe de la Haute-Saône.

Fontenelle (170 hab., 1 014 ha dont 198 de bois), 15 km NNE de Mirebeau; est à 3 km au sud de Fontaine-Française; elle a gagné 60 hab. depuis 1999.

Bourberain (400 hab., 3 071 ha dont 1 636 de bois), 15 km au nord de Mirebeau, est à 6 km OSO de Fontaine-Française sur le rebord d’un talus, et contient à l’ouest la plus grande partie de la forêt de Velours. La commune a 120 hab. de plus qu’en 1999 (+43%).

Fontaine-Française (910 hab., 3 066 ha dont 1 342 de bois), 18 km NNE de Mirebeau, est un ancien chef-lieu de canton, 38 km au NE de Dijon. L’adjectif date de 1307, quand la commune est devenue une enclave royale en terre bourguignonne. Elle fut le lieu d’une bataille victorieuse d’Henri IV sur les Espagnols en 1595, qui libéra la Bourgogne de leur tutelle. Le village est néanmoins surtout connu pour son superbe château du 18e s. (achevé en 1758), avec parc à la française et grand étang; église du 13e s. La commune forme une «station verte de vacances de la Vingeanne», avec Mirebeau et Pontailler; collège public, clinique. La population de la commune avait dépassé 1 000 hab. au 19e siècle, pour tomber à 710 en 1954 et remonter ensuite, mais finalement dans de faibles limites de variations. L’emploi est animé par une active fabrique de citernes en inox pour camions Magyar de la SMFF (Société métallurgique de Fontaine-Française, 300 sal.), qui exporte plus de la moitié de sa production et qui est apparentée à la SMS de Seurre. La commune est traversée par la Torcelle, qui alimente deux étangs successifs, en amont le double étang Pagosse (12 ha) près du château, en aval l’étang du Fourneau (de surface variable, autour de 20 ha); elle est bordée à l’est par le canal de la Marne à la Saône, dit aussi «Entre Champagne et Bourgogne» pour la publicité touristique. Au sud-est, une queue de 3 km dans la vallée de la Vingeanne rend son finage limitrophe de la Haute-Saône.

Saint-Seine-sur-Vingeanne (410 Saint-Séquanais, 1 869 ha dont 330 de bois) est à 5 km à l’est de Fontaine-Française, en deux villages sur la rive gauche de la Vingeanne, Saint-Seine-Église en amont (château des 16e et 18e s.) et Saint-Seine-la-Tour en aval. Tout au SO, le château de Rosières (15e et 17e s.) est proche de la Vingeanne; le canal de la Marne à la Saône passe au NO du finage. La commune est limitrophe de la Haute-Saône. Elle a 120 hab. de plus qu’en 1999 (+41%).

Pouilly-sur-Vingeanne (130 hab., 1 056 ha dont 409 de bois) est à 7 km ENE de Fontaine-Française, sur la rive droite de la Vingeanne et au bord du canal, juste en amont de Saint-Seine.

Montigny-Mornay-Villeneuve-sur-Vingeanne (400 hab., 3 083 ha dont 1 100 de bois), 9 km NE de Fontaine-Française, a trois villages depuis la fusion de 1972. Le principal est Montigny-sur-Vingeanne au centre, sur le talus de rive gauche de la Vingeanne, avec camping. Mornay est au sud-est, un peu plus éloigné de la rivière, sur la D960. La Villeneuve-sur-Vingeanne est à l’ouest, sur le relief dominant le canal Entre Champagne et Bourgogne. La commune est à la limite de la Haute-Saône. Elle a gagné 40 hab. depuis 1999.

Orain (100 hab., 1 567 ha dont 224 de bois) est à 14 km NNE de Fontaine-Française; son finage avance en triangle dans la Haute-Saône.

Saint-Maurice-sur-Vingeanne (220 hab., 1 738 ha dont 448 de bois) est à 8 km NNE de Fontaine-Française, au pied des basses collines de rive gauche de la Vingeanne. Le canal entre Champagne et Bourgogne (de la Marne à la Saône) suit le flanc droit de la vallée, qui traverse le finage. La commune a 50 hab. de plus qu’en 1999.

Chaume-et-Courchamp (180 Chaumiens, 810 ha), résultat d’une fusion de 1972, a deux villages. Chaume est sur un bas plateau, 6 km au nord de Fontaine-Française. Au-delà d’un étranglement du finage, Courchamp est 4 km plus au nord, au pied du versant droit de la Vingeanne à son entrée dans le département et la région, en limite à la fois de la Haute-Marne et de la Haute-Saône. Le canal entre Champagne et Bourgogne passe un peu au NE. La commune a gagné 40 hab. depuis 1999.


Mirebeau-sur-Bèze

(2 110 Mirebellois, 2 219 ha dont 959 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Côte-d’Or, 24 km à l’ENE de Dijon sur la Bèze, au carrefour de la route de Gray (D70) et de la D959. La grande forêt domaniale de Mirebeau, à l’est du village, le sépare de la vallée de la Vingeanne et du canal Entre Champagne et Bourgogne. La bourgade, qui a de l’allure et figure parmi les «petites cités de caractère», a commencé à recevoir des Dijonnais dans les années 1970 et a ainsi pu reprendre quelque vigueur; maison du pays de Vingeanne, «station verte de vacances» de la Vingeanne (avec Pontailler et Fontaine-Française); un collège public. Le nom de la commune était Mirebeau tout court avant 1991. La population s’était abaissée à moins de 900 hab. entre 1921 et 1962, mais augmente depuis; elle a gagné 510 hab. après 1999 (+32%). La commune reste résidentielle, avec un Intermarché (25 sal.). Mirebeau est le siège de la communauté de communes du Mirebellois et Fontenois (32 communes, 12 600 hab.).