Communauté de communes du Pays de Villersexel

Villersexel (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes de Haute-Saône associant 34 communes (dont 2 dans le Doubs) et 7 900 hab. Le siège est à Villersexel. Aucune commune n’atteint 2 000 hab.

Villersexel (1 550 Villersexellois, 1 319 ha dont 646 de bois) est un ancien chef-lieu de canton, 20 km au sud de Lure et 25 km à l’ESE de Vesoul, sur le versant de rive gauche de l’Ognon au confluent du Rognon. Classée parmi les «petites cités comtoises de caractère», la commune se divise entre deux noyaux. Le Bourg en Haut comprend l’église, l’ancien hôpital (belle pharmacie du 18e s.) et le château de Grammont; celui-ci fut brûlé lors des batailles de janvier 1871, l’une des rares victoires françaises de cette année, et reconstruit en 1885 dans le style Louis XIII, avec musée historique. Le Bourg en Bas, au sud-ouest, qui fut industriel, est devenu surtout résidentiel. Vers l’est, lotissement des Corvées et hameau de l’Ermitage au bord du Rognon, avec le lycée. Un autre élément est apparu sur la rive droite de l’Ognon, nommé les Cités, avec des entreprises, des installations de sports et un camping.

Villersexel a un centre de loisirs et de nautisme; un Intermarché (40 sal.), un tissage et négoce de coton (HGP-GAT, 40 sal.), une scierie (Capibois, 30 sal.); ambulances, taxis Cousin (20 sal.). Le bourg a un collège public et un lycée professionnel privé, une maison familiale rurale. Au nord, le finage comprend un grand bois; la D9 longe l’agglomération au sud. La population communale, supérieure à 1 300 hab. au milieu du 19e siècle, était tombée à 880 en 1931; elle a repris ensuite et culminé à 1 590 hab. en 1999. Le nouveau canton de Villersexel a 47 communes et 11 900 hab.

Saint-Sulpice (130 hab., 353 ha dont 12de bois), 2 km NE de Villersexel, est dans la vallée du Rognon à son débouché sur celle de l’Ognon; bois du Haut des Faux au NE.

Villers-la-Ville (150 hab., 587 ha dont 151 de bois), 2 km à l’est de Villersexel, est traversée par la D9, ainsi que par la LGV tout au sud; au nord, le finage atteint le Rognon; étangs à l’est dans un vallon.

Beveuge (85 hab., 518 ha), 4 km ENE de Villersexel, a son village au bord du ruisseau de Beveuge qui rejoint le Rognon au NO; le Rognon borne le finage au nord, accompagné de quelques bois.

Villargent (120 Villargents, 286 ha), 4 km ESE de Villersexel, est traversée par la D9, qui y est croisée par la LGV; bois au sud.

Les Magny (140 hab., 1 146 ha dont 452 de bois), 3 km au sud de Villersexel, associe deux villages dans le vallon de Peute-Vue, le Grand-Magny à l’est et le Petit Magny au NO. La LGV traverse le finage entre les deux. Au NO, l’échangeur de la D9 et de la D466 jouxte un étang de 12 ha assorti d’une déchèterie. Le finage est boisé au sud le long de la limite départementale.

Autrey-le-Vay (90 hab., 279 ha), 4 km OSO de Villersexel, a son petit village sur la rive droite de l’Ognon, au bord de la D9 qui traverse la rivière, avec un camping et une voie verte ex-ferroviaire.

Pont-sur-l’Ognon (67 hab., 416 ha), 6 km SO de Villersexel, limitrophe du Doubs, n’a qu’un très petit village, longé par la voie verte et complété un peu à l’ouest par des habitats sur l’île du Vernois. L’Ognon joue avec la limite nord du finage et s’accompagne d’étangs à l’ouest. Vers l’est, le finage s’étire dans les bois de Noire Bouze.

Esprels (750 hab., 1 481 ha dont 740 de bois), 7 km OSO de Villersexel, a un village grossi de lotissements au bas du versant nord de la plaine de l’Ognon, sur la D9. Quelques étangs de sablière accompagnent l’Ognon au sud. Le finage s’étend surtout au nord-ouest dans les Bois de Boulaie; tout à l’ouest, la D9 frôle le hameau des Patey et le gouffre du Creux Mourot. La commune a 60 hab. de plus qu’en 1999.

Marast (56 hab., 306 ha), 6 km à l’ouest de Villersexel, est une très petite commune sur un vallon affluent de l’Ognon.

Moimay (240 hab., 622 ha dont 210 de bois), 3 km l’ouest de Villersexel, aj son village sur le versant droit de l’Ognon, au confluent du Lauzin; maison d’enfants des Sœurs de la Compassion, voie verte ex-ferroviaire et D486 le long de l’Ognon.

Oricourt (35 Oricourtois, 365 ha dont 151 de bois), 6 km au NO de Villersexel, conserve un château féodal du 12e s; à double enceinte, en partie remanié au 15e s.

Oppenans (54 Oppenais, 357 ha dont 182 de bois), 6 km NO de Villersexel, a son village sur les deux rives du Lauzin; bois au SO.

Oricourt (40 Oricourtois, 365 ha dont 151 de bois), 8 km NNO de Villersexel, a son petit village sur le relief à 340 m, dans un paysage de collines en partie boisées.

Aillevans (150 Aillevanais, 578 ha dont 128 de bois), 7 lm NNO de Villersexel, a son village au pied du versant oriental du Mont, grosse butte culminant à 343 m, au bord d’un vallon affluent de l’Ognon. L’Ognon borne la finage à l’est, longé par la D486.

Longevelle (130 hab., 410 ha, à 6 km au nord de Villersexel, est bordé à l’ouest par l’Ognon; il y reçoit le ruisseau de la Saline, qui longe le village; la butte boisée du Mont Sésin (361 m) se dresse à l’est.

Villafans (220 Villafanais, 644 ha dont 182 de bois), 6 km NNE de Villersexel, a son village sur la D4; grand bois au nord, avec un ancien puits de mine de houille du Keuper, ouvert en 1872, fermé en 1899; le Rognon borne le finage au sud.

Gouhenans (400 hab. 845 ha dont 393 de bois), 10 km NNE de Villersexel, a été le centre de l’exploitation d’un bassin de charbon et de sel au 19e siècle et s’est surtout distinguée par ses salines, fermées en 1936. Le village est au pied de la grosse butte de la Planche de Vellefaux (381 m) et se complète au sud-est par le hameau du Champ de Vuillemey puis celui des Salines de Gouhenans, qui fut desservi par une voie ferrée. Le finage est complété au NE, au-delà de la D18, par une queue presque séparée, entièrement boisée, d’environ 280 ha sur 3 km de long et 1 de large. La commune avait frôlé le millier d’habitants en 1851; la population a diminué jusque vers 1960 et s’est stabilisée ensuite.

La Vergenne (120 hab., 295 ha dont 121 de bois), 12 km NE de Villersexel, étire ses maisons sur la D4 au bord droit du Rognon, assorti d’un étang et qui borne le finage au SE.

Athesans-Étroitefontaine (670 Athesannais, 1 288 ha dont 734 de bois) est un petit centre local au carrefour des D4 et D18; le collège privé de la Compassion y a un internat, avec centre d’apprentissage. Étritefontaine est un hameau au SO, rattaché à Athesans en 1972 avec une quarantaine d’habitants. Le Rognon traverse le finage à l’est et le limite au sud; au-delà vers l’est, grand bois de Saint-Georges; plusieurs étangs. Saint-Georges, qui a quelques maisons sur la D18 à l’orée du bois, a été absorbée dans les années 1790.

Mignavillers (340 hab., 759 ha dont 413 de bois), 11 km ENE de Villersexel est à la sortie du défilé du Scey, qui y prend un grand virage vers le sud-ouest. Le village s’étire des deux côtés de la vallée. Le finage, cultivé en clairière au SO autour du village, s’étend dans les bois vers le NE, où il monte à 442 m.

Granges-le-Bourg (400 hab., 1 035 ha dont 689 de bois), 15 km à l’est de Villersexel, a son village sur un promontoire entre deux vallons affluents du Scey; restes d’un château fort, quelques maisons anciennes et une entreprise de sylviculture Billotte (30 sal.). La forêt de Granges s’étend au nord sur le relief, où elle monte à 447 m. Le Scey borne le finage au SO. La commune a gagné 80 hab. depuis 1999. Elle a connu une série de modifications au 19e s.: grossie de six communes en 1807, elle a perdu dès 1824 Granges-la-Ville assortie de Mignafans et Mignavillers, puis a perdu encore Secenans et Crevans en 1832.

Granges-la-Ville (190 hab., 261 ha dont 137 de bois), 14 km ENE de Villersexel est en contrebas de Granges-le-Bourg au bord du Scey, à l’entrée du défilé du Scey. Rattachée au Bourg en 1807, recréée en 1824 avec deux villages annexes, elle a perdu en 1832 Mignafans au sud-ouest, en 1835 Mignavillers au nord.

Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges (270hab., 391 ha), 12 km à l’est de Villersexel, a été formée en 1853 par la réunion de Crevans, ancienne commune sortie en 1832 de Granges-le-Bourg à laquelle elle avait été réunie en 1807, et de la Chapelle-des-Granges, ancienne commune au sud-est de Crevans, absorbée en 1807 (avec 40 hab.) par Granges-le-Bourg et cédée à Crevans 46 ans plus tard. Le village de Crevans, au NO du finage, est sur la D9 et touche à la vallée du Scey, qui borne le finage à l’ouest. La LGV traverse le territoire, laissant la Chapelle au sud. La limite départementale borne le finage au sud.

Secenans (180 Sécenanais, 288 ha), 11 km à l’est de Villersexel, prolonge l’habitat de Crevans sur la grand-route (D 9) de l’autre côté du Scey. La commune et la route sont traversées par la LGV.

Senargent-Mignafans (300 Senargentais, 1 077 ha dont 491 de bois), 8 km ENE de Villersexel, est le résultat d’une fusion de 1972. Mignafans, qui avait alors 50 hab. (63 en 2020), avait d’abord été réunie à Granges-le-Bourg, puis en 1824 à Granges-la-Ville, avant de retrouver une autonomie en 1832, quand elle avait 200 hab. Senargent avait plus de 500 hab. en 1840; le village est au NO du finage, sur le versant sud du Scey au passage de la D18; Mignafans est plus isolée, 3 km au SE; le Bois Dessus les sépare.

Saint-Ferjeux (80 Ferruciens, 177 ha), 6 km à l’est de Villersexel, est une très petite commune, néanmoins traversée au sud par la D9, au nord par la LGV. Le Scey borne son finage au nord, la Prairie au sud.

Georfans (59 Georfanais, 299 ha dont 143 de bois), 7 km ESE de Villersexel, est dans un vallon affluent de la Prairie, laquelle borde le finage au nord; bois du Charmois à l’ouest.

Vellechevreux-et-Courbenans (130 Villacaprins, 914 ha dont 353 de bois), 9 km à l’est de Villersexel, associe depuis 1807 deux villages dont les finages ne sont réunis que par un isthme de moins de 400 m. Le hameau de Courbenans est un peu isolée au sud-est et rend la commune limitrophe du Doubs. Vellechevreux s’étire au croisement de la D16 et de la D9 dans le vallon de la Prairie, au pied d’une butte exploitée en carrière. La LGV traverse un peu au nord. La commune avait 590 hab. en 1841.

Courchaton (460 Courchatonnais, 1 353 ha dont 654 de bois), 11 km ESE de Villersexel, est limitrophe du Doubs et à l’écart des principaux axes; elle avait eu plus de 1 000 hab. dans les années 1840 et s’est dépeuplée jusque vers 1920, variant assez peu ensuite, tout en s’augmentant du lotissement des Épenottes. Le finage est occupé à l’est par le bois de la Pérouse; grotte à la Combe Canin au sud, station néolithique à la Motte du Châtelot au sud-ouest.

Grammont (67 Grammontais, 594 ha, 9 km SE de Villersexel, a pour hauteur remarquée la Motte de Grammont au sud-ouest, promontoire de la côte jurassique montant à 515 m, avec panorama, table d’orientation, site de loisir, à la limite du département.

Mélecey (150 Méleçois, 535 ha), 7 km SE de Villersexel, est dans le vallon du ruisseau de Beneuge.

Fallon (320 Fallonais, 564 ha dont 199 de bois), 8 km SSE de Villersexel, enfonce son finage dans le département du Doubs. Elle se distingue par son étang de 13 ha dans le haut vallon de Beneuve, un château du 18e s. et un lavoir couvert, restauré en 1764 et le plus ancien du département. Le relief monte à 426 m au SO sur le front de côte, mais le haut du vallon et la source de la Beneuve sont à Bournois dans le Doubs.

Deux très petites communes du Pays de Villersexel sont dans le Doubs, décalées au sud-ouest.

Bonnal (31 hab., 189 ha), 12 km SO de Villersexel, est sur la rive gauche de l’Ognon, avec une base de loisirs proche des étangs de Chassezy-lès-Montbozon et un camping de 175 ha, qui offre 370 places (quatre étoiles) et emploie 20 sal.

Tressandans (25 hab., 234 ha), 14 km SO de Villersexel, est bornée au nord et à l’ouest par l’Ognon et traversée au sud par la LGV.