Communauté de communes du Pays de Mortagne-au-Perche

Mortagne-au-Perche (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes de l’Orne, groupant 33 communes et 14 100 hab., sur 40 200 ha. Le siège est à Mortagne-au-Perche, seule commune de plus de 2 000 hab.

Saint-Langis-lès-Mortagne (950 Langissois, 1 261 ha), juste au SO de Mortagne, complète les activités de la ville par un magasin Super-U (100 sal.), le laboratoire pharmaceutique Thépenier (95 sal.), la cartonnerie SNCO (International Paper, carton ondulé, 110 sal.) et la grosse entreprise d’équarrissage Akiolis ex-Caillaud (150 sal., groupe belge Tessenderlo); enlèvement d’ordures Soleval (20 sal.) et traitement des ordures Atemax (80 sal.). La N12 frôle le finage au nord et a attiré quelques entreprises. La rocade ouest de Mortagne (D401) traverse la commune; zone d’activités de l’ancienne gare au SE. La commune a 50 hab. de plus qu’en 1950.

Loisail (130 Loisaillais, 516 ha), 4 km SE de Mortagne, au bord de la Chippe, conserve une maison romane du 12e s.; église classée du 17e.

Villiers-sous-Mortagne (290 hab., 1 304 ha) est à 5 km NE de Mortagne. Le finage est traversé au nord par la N12.

Feings (230 Féniliens, 2 024 ha dont 733 de bois), 8 km ENE de Mortagne, est traversée par la vallée de la Villette, affluent de l’Huisne, et longée au NO par la N12. Le finage inclut au SE le site de l’ancienne abbaye de Valdieu et quelque 500 ha de la forêt domaniale de Réno-Valdieu.

Saint-Mard-de-Réno (450 Saint-Mardais, 1 913 ha dont 553 de bois), 7 km à l’est de Mortagne, est traversée par la Villette et mord à l’est sur la forêt de Réno.

La Chapelle-Montligeon (560 Montligeonnais, 833 ha dont 313 de bois), 11 km ESE de Mortagne, au bord de la Villette, contient une autre partie de la forêt domaniale de Réno-Valdieu, et une grosse basilique néogothique édifiée de 1894 à 1911 pour un pèlerinage autour de l’Œuvre expiatoire de Montligeon, fraternité apostolique fondée en 1897 par l’abbé Paul Buguet (1843-1918). L’Œuvre a possédé une imprimerie à Saint-Hilaire-le-Châtel (fermée en 2014); elle a imprimé en 1906 le premier texte écrit par Charles de Gaulle, à quinze ans, intitulé La Mauvaise Rencontre. La commune est fleurie (3 fleurs). Elle a perdu 170 hab. depuis 1999.

Corbon (140 Corbonnais, 838 ha), juste à l’est de Mauves, se signale par le manoir de la Vove, ancienne forteresse (15e-17e s.) à donjon du 12e s. au bord de l’Huisne. Elle contient le confluent de l’Huisne et de la Villette au sud.

Mauves-sur-Huisne (570 Malvaisiens, 1 426 ha), 10 km SSE de Mortagne, a des ateliers de plastiques Noma Composites (85 sal.), mais a perdu 120 hab. depuis 1999; pont Catinat sur l’Huisne (17e s.). La mention sur Huisne a été ajoutée en 1966.

Courgeon (380 Courgeonnais, 1 014 ha), 8 km au SE de Mortagne, est traversée par la Chippe; elle a une entreprise de toitures (Béquet, 40 sal.) et une fabrique d’emballages plastiques (JL, 35 sal.) et s’est accrue de 70 hab. depuis 1999.

Comblot (65 Comblotais, 431 ha), 8 km SSE de Mortagne, est au confluent de l’Huisne et de la Chippe.

Le Pin-la-Garenne (670 Pinnois, 1 588 ha), 9 km au sud de Mortagne sur la route de Bellême (D938), se signale par le beau château de la Pellonière (13e s.); atelier de mécanique (Smad, 30 sal.).

Saint-Denis-sur-Huisne (57 Dionysiens, 459 ha), 6 km au sud de Mortagne, est sur la rive droite de l’Huisne. Au sud-ouest, le château de Blavou a hébergé jusqu’en 2003 une fabrique des pansements pour brûlés, partie en banlieue de Tours.

Réveillon (370 Réveillonnais, 1 166 ha), 6 km SSE de Mortagne, est traversée au sud par l’Huisne, et du nord au sud par la D938 rectiligne; jardin la Bourdonnière au nord; +70 hab. depuis 1999; maçonnerie (Ateliers de l’Huisne, 30 sal.).

Un autre ensemble de communes est au sud-ouest de la ville.

Courgeoût (460 Courgeoûtiens, 1 782 ha dont 140 de bois) est à 6 km OSO de Mortagne; la N12 traverse son finage au nord en voie rapide, nantie d’une double aire de repos.

Boëcé (130 Boëcéens, 241 ha), 9 km à l’ouest de Mortagne, est traversée par la D912 et la N12.

La Mesnière (290 Mesnérois, 1 226 ha), 10 km à l’ouest de Mortagne, est également traversée par ces deux voies mais au sud. Le village est au nord, frôlé par la voie verte de l’ancienne voie ferrée.

Coulimer (300 Coulimerois, 1 719 ha) est à 9 km SO de Mortagne.

Parfondeval (120 Parfondevalais, 310 ha), 5 km SSO de Mortagne, a un petit finage traversé par la D931.

Saint-Jouin-de-Blavou (290 Joviniens, 1 771 ha), 10 km SO de Mortagne, contient à l’est le manoir de Chanceaux.

Bellavilliers (150 Bellavillersois, 1 573 ha dont 491 de bois), 13 km SSO de Mortagne, englobe au sud 300 ha de la forêt domaniale de Bellême.

Montgaudry (82 Montgaudriens, 1 105 ha), 20 km au SO de Mortagne, est à la source de l’Orne Saosnoise et limitrophe de la Mayenne.

Pervenchères (350 Pervenchérois, 2 835 ha dont 123 de bois), 15 km SO de Mortagne, est un ancien chef-lieu de canton de l’Orne, 14 km au SO de Mortagne-au-Perche et 27 km à l’est d’Alençon, à la limite de la Mayenne. Le village est au pied d’une colline isolée près des sources de l’Huisne et de petits affluents de la Sarthe. Elle a quelques restes de l’ancien manoir de Vauvineux (15e s.). La population a décliné du début du 19e s. (1 000 hab.) à 1982 et a encore baissé de 50 hab. depuis 1999.

Un dernier ensemble de communes est au nord du territoire intercommunal.

Saint-Hilaire-le-Châtel (680 Saint-Hilairiens, 2 234 ha dont 165 de bois), 7 km au nord de Mortagne au bord de l’Hoëne, englobe l’aérodrome de Mortagne et une ancienne fabrique de bougies, dont les bâtiments sont classés; transports Desjouis (80 sal.) et Havard (90 sal., dont Hava-Trans), négoce d’articles de ménage (Sodipren, 20 sal.); travaux publics Demo (30 sal.); établissement pour enfants inadaptés. La commune a gagné 50 hab. depuis 1999.

Bazoches-sur-Hoëne (890 Bazochéens, 2 144 ha dont 132 de bois), 8 km NO de Mortagne, est un ancien chef-lieu de canton, disposant de quelques rares commerces, une zone d’activités. L’Hoëne (ou Hoène) est une des têtes de la Sarthe. La commune, qui avait 1 400 hab. en 1820 et 610 en 1954, a intégré en 1965 sa voisine Courtoulin au sud, qui était presque vide. La population a encre diminué de 50 hab. depuis 1999.

Sainte-Céronne-lès-Mortagne (260 Céronnais, 1 255 ha), 8 km au nord de Mortagne, est à la pointe sud-ouest du Parc naturel régional du Perche. Le petit village est sur la rive droite de l’Hoëne, qui limite le finage au sud; motte féodale de Poix au centre du finage, sur une butte.

Soligny-la-Trappe (710 Solignois, 1 950 ha dont 697 de bois), 14 km au nord de Mortagne, est également dans le Parc régional. Une extension du finage au NE contient l’abbaye de la Grande Trappe, à l’orée de la forêt du Perche et près de l’étang de Chaumont, reconstruite à la fin du 19e s. Le village a un marché de bestiaux au cadran depuis 1986, une zone artisanale et une base de loisirs (Étang Neuf, 13 ha).

Saint-Ouen-de-Sécherouvre (180 Audoniens, 1 015 ha), 11 km NNO de Mortagne, est à l’ouest de Soligny, et traversée par la D932.

Saint-Aquilin-de-Corbion (75 Saint-Aquilinois, 610 ha), 16 km au nord de Mortagne, étire son finage au nord de Soligny.

Saint-Martin-des-Pézerits (140 hab., 466 ha),15 km NNO de Mortagne, est bordée au nord par la haute Sarthe.

Saint-Aubin-de-Courteraie (140 Saint-Aubinois, 1 005 ha), 15 km NO de Mortagne, a son petit village sur la rive gauche de la haute Sarthe.

Saint-Germain de Martigny (74 hab., 389 ha) est à 10 km NNO de Mortagne.

Champeaux-sur-Sarthe (180 Champeliens, 949 ha) ,11 km NO de Mortagne, est bordée à l’ouest par la haute Sarthe.


Mortagne-au-Perche

(4 160 Mortagnais, 860 ha) est une sous-préfecture du département de l’Orne, 40 km ENE de la préfecture. La ville est sur une butte près de la N12 et a des monuments anciens: cloître et hôpital du 16e s. dans un ancien monastère; demeure comtale du 17e s. avec musée Alain — le philosophe est né sous le nom d’Émile-Auguste Chartier à Mortagne en 1868; porte Saint-Denis des 13e et 16e s. avec musée Percheron. Ses services sont à la dimension d’un bassin relativement étendu: centre hospitalier de 80 lits et établissement pour enfants inadaptés, un lycée public et un privé, collèges, deux maisons familiales rurales. Au nord a été équipée la zone industrielle de la Grippe sur la D912.

La ville a des marchés, et une spécialité de boudin noir; un aérodrome (LFAX) avec une piste bitumée de 750 m et un aéroclub, à Saint-Hilaire-le-Châtel; une Maison des entreprises et quelques ateliers, dont Hydronic (centrales de traitement de l’air, 150 sal.); emballages plastiques Somater (35 sal.); formation d’adultes Infrep (20 sal.); Intermarché (45 sal.), Bricomarché (30 sal.), négoce agricole Socagri (25 sal.); ambulances Mariette (40 sal.).

La commune se nommait Mortagne-sur-Huisne avant 1923; elle a eu plus de 5 000 hab. au début du 19e s., un peu moins de 4 000 de 1901 à 1962 et sa population a ensuite augmenté jusqu’en 1975, puis a perdu 350 hab. dans le quart de siècle suivant, et 720 depuis 1999. La ville est le siège de la communauté de communes du Pays de Mortagne-au-Perche (Mortagne-au-Perche (Pays de)), qui rassemble 33 communes et 14 100 habitants. L’arrondissement a 88 200 hab., 151 communes. Le nouveau canton de Mortagne-au-Perche correspond à la communauté.