Communauté de communes Terroir de Caux

Caux (Terroir de)

Highslide JS

communauté de communes de la Seine-Maritime, associant 81 communes et 37 900 hab. sur 48 900 ha. Elle réunit les anciennes communautés de Saâne et Vienne au NO, Varenne et Scie au NE, des Trois Rivières au sud.

Le siège est à Bacqueville-en-Caux. Luneray et Val-de-Scie dépassent 2 000 hab.

Au nord-ouest, les communes appartenaient naguère à la communauté de Saâne et Vienne.

Bacqueville-en-Caux (1 930 Bacquevillais, 1 219 ha) est un ancien chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Dieppe, 20 km au SSO de la ville, sur le plateau dominant la petite vallée de la Vienne, affluente de la Saâne; un collège public, une fondation médico-sociale Albert-Jean avec centre d’aide par le travail; hippodrome au hameau voisin de Pierreville à l’est, avec station de monte associée au haras du Pin; automatismes CIM (20 sal.); La Poste (30 sal.). Le bourg est à l’ouest de son finage; à l’est, hameaux de Pierreville et Varenville; au NO, petit hameau et bois d’Ablemont. Le finage dessine une longue queue vers le sud-ouest, entre Lamberville et Lammerville. La mention en Caux a été apportée en 1920. La commune s’est dépeuplée du début du 19e s. (2 500 hab.) à 1931 (1 450) puis a repris un peu jusqu’en 1962, a stagné ensuite mais vient de gagner 220 hab. depuis 1999. Siège de la communauté de communes de Saâne et Vienne, elle est devenue celui du Terroir de Caux, trois fois plus étendu.

Lamberville (190 Lambervillais, 733 ha), 3 km au sud de Bacqueville, est dans la vallée de la Vienne.

Royville (280 Royvillais, 444 ha), 4 km SO de Bacqueville, est sur le plateau à la tête d’un vallon descendant vers la Saâne; +60 hab. depuis 1999.

Lammerville (350 Lammervillais, 876 ha) 2 km NO de Bacqueville, a une église des 12e et 16e s. inscrite. Le finage va de la Vienne à la Saâne. Le petit centre est sur le versant gauche de la Vienne au NE, suivi au nord par Flamanville. Le hameau de Faguillonde est au sud, celui des Mesnils au centre-ouest; grands vergers au sud, entre les hameaux de Beautot et de Faguillonde.

Hermanville (120 Hermanvillais, 472 ha) est à 4 km au nord de Bacqueville, dans la vallée de la Vienne en aval de Lammerville.

Auppegard (730 Auppegardais, 733 ha), 7 km NNE de Bacqueville sur le plateau, a un village-rue de 2,6 km de long, et une église du 16e s. inscrite; sa population s’est accrue de 160 hab. (+28%) depuis 1999.

Thil-Manneville (620 Thillais, 678 ha), 7 km au nord de Bacqueville, a aussi un village-rue, long de 2 km, donnant à l’ouest sur la vallée de la Vienne, que son finage dépasse un peu; +170 hab. depuis 1999 (+38%).

Gueures (570 Gueurais, 607 ha), 9 km NNO de Bacqueville, est au confluent des vallées encaissées de la Saâne et de son affluent de rive droite la Vienne, toutes deux orientées du sud au nord; des étangs de gravières occupent le fond de la vallée en aval, avec un camping. Gueures a reçu en 2008 sur le plateau, à l’est, un parc de 3 éoliennes Nordex (7,5 MW) au groupe français Ardian. Le finage s’étire sur 6 km ouest-est, dont une longue queue à l’ouest jusqu’au nord de Luneray.

Ambrumesnil (490 Ambrumesnilais, 514 ha), 12 km au nord de Bacqueville, est un village du plateau à l’est de la Saâne. Le finage atteint la rive droite du fleuve, avec étang de ballastière au SO; usine des Plastiques et Tissages de Luneray (180 sal.) au NO en bord de Saâne.

Ouville-la-Rivière (520 Ouvillais, 634 ha), 13 km NNO de Bacqueville, est un peu plus proche d’Offranville (7 km à l’ouest), dans la vallée de la Saâne, dont elle n’a qu’une petite fraction de rive droite, mais industrielle: fabrique d’emballages légers SPhere (groupe SP-Métal, 40 sal.), décoration de flacons Inserdéco (sérigraphie, 60 sal.) et Val-Laquage (50 sal., peinture sur flacons). Elle a perdu 90 hab. depuis 1999.

Longueil (580 Longueillais, 1 173 ha), 14 km NNO de Bacqueville, disperse ses maisons dans la vallée de la Saâne et à ses abords, juste en aval d’Ouville. Son finage va jusqu’à 1 700 m du littoral de Quiberville; quelques ateliers, +60 hab. depuis 1999.

Quiberville (560 Quibervillais, 335 ha) est sur le littoral, à 18 km de Bacqueville, 17 km à l’ouest de Dieppe, 10 km au NO d’Offranville. La Saâne atteint la mer à la limite NE du finage. Le village est perché sur le plateau dominant la mer et la rive gauche de la Saâne et fait figure de microstation balnéaire, avec un yacht-club. La commune a 375 résidences secondaires (61% des logements), quatre campings (310 places), deux hôtels; elle a gagné 80 hab. depuis 1999.

Saint-Denis-d’Aclon (140 Dyonisiens, 242 ha), 12 km NNO de Bacqueville, étire son village sur la rive gauche de la Saâne; le reste de son finage, inhabité, est sur le plateau occidental, au nord d’Avremesnil. La population a perdu 60 hab. depuis 1999.

Avremesnil (1 040 Avremesnillais, 542 ha), 12 km NO de Bacqueville, a un gros village sur le plateau au nord de Luneray, plus quelques maisons sur la rive gauche de la Saâne; + 150 hab. depuis 1999.

Gruchet-Saint-Siméon (700 Gruchetais, 263 ha), juste à l’ouest de Luneray, prolonge l’habitat de Luneray vers le SO.

Brachy (730 Brachetais, 1 115 ha), 6 km au NO de Bacqueville au sud de Gueures, a presque tout son habitat sur le versant gauche de la Saâne, un peu dans la vallée rive gauche; négoce de matériel agricole Forestier-Leblond (25 sal.). Sur le plateau à l’ouest a été installé un parc de 5 éoliennes Nordex (12 MW), ouvert en 2007 pour et par le groupe Ardian. Au sud, le hameau de Saint-Ouen-sur-Brachy est dans la vallée de la Saâne, comme celui de Gourel tout au nord; les deux viennent d’anciennes communes annexées en 1822.

Greuville (390 Greuvillais, 296 ha), 9 km ONO de Bacqueville, a un gros village épars juste au sud de Luneray, et a gagné 70 hab. depuis 1999.

Vénestanville (200 Vénestanvillais, 264 ha), 8 km ONO de Bacqueville, est au sud de Greuville et a 50 hab. de plus qu’en 1999.

Rainfreville (75 Rainfrevillais, 258 ha), 5 km à l’ouest de Bacqueville, a son petit village sur le versant gauche de la Saâne, et le hameau d’Écaquelon à l’ouest sur le plateau.

Tocqueville-en-Caux (110 Tocquevillais, 317 ha), 9 km à l’ouest de Bacqueville, est un petit village du plateau, dont le finage s’étire d’ouest en est, atteignant la Saâne à l’est.

Biville-la-Rivière (110 Bivillais, 222 ha), dans la vallée de la Saâne 6 km à l’ouest de Bacqueville, a une fabrique de panneaux de bois De Sutter (45 sal.) et une petite industrie du lin (Bosc Nouvel, 25 sal., groupe Depestele).

Sassetot-le-Malgardé (120 Sassetotais, 256 ha), 10 km OSO de Bacqueville, a un petit village sur le plateau, à la tête d’un vallon descendant vers la Saâne à l’est. Le surnom a des chances d’être celui d’un ancien seigneur local, et fait écho à Sassetot-le-Mauconduit (Fécamp-Caux); il va de soi qu’il est à l’origine de diverses légendes.

Gonnetot (210 Gonnetotais, 233 ha), 9 km OSO de Bacqueville, est au sud de Sassetot, avec lequel il forme un couple de l’autre côté du vallon; +70 hab. depuis 1999.

Saâne-Saint-Just (160 Saint-Justins, 694 ha dont 170 de bois), 7 km SO de Bacqueville, a deux habitats. L’ancien Le Saâne, devenu Saâne le Bourg, subsiste au sud sur la rive gauche de la rivière. Il a été uni à Saint-Just, un peu plus au nord dans la vallée, en 1823. Auparavant en 1822, le finage avait été étendu sur le plateau en absorbant une partie d’Herbouville (en partage avec Saint-Ouen-le-Mauger). D’autre part, le finage a une extension au sud-ouest dans les bois de Bracquemont.

Auzouville-sur-Saâne (150 Auzouvillais, 321 ha), 9 km au sud-ouest de Bacqueville, a son village dans la vallée de la Saâne et longe à l’ouest les bois de Bracquemont; manoir des 15e et 18e s.

Lestanville (90 Lestanvillais, 163 ha), 7 km SO de Bacqueville, a un étroit finage O-E de 400 m de large sur 3 000 de long, touchant à l’ouest le cours de la Saâne.

Saint-Ouen-le-Mauger (320 Saint-Ouennais, 606 ha), 5 km SO de Bacqueville, est juste au nord de Lestanville, dont elle possède le manoir. le village a pour annexes à l’ouest les hameaux de Bois Lambert et Herbouville, depuis une réfection des limites en 1822. La commune a gagné 150 hab. après 1999 (+89%).

Saint-Mards (210 Saint-Mardais, 652 ha), 4 km SSE de Bacqueville, est dans la vallée de la Vienne. Le finage, étalé des deux côtés, contient à l’est le hameau de Socquentot.

Belmesnil (460 Belmesnilais, 303 ha), 6 km ESE de Bacqueville, est traversée en droite ligne par la D927.

Omonville (320 Omonvillais, 283 ha), 5 km ENE de Bacqueville, également traversée par la D927 au nord de Saint-Mards, a un institut médico-éducatif dans un château (internat).

La partie nord-orientale du Terroir de Caux correspond à l’ancienne communauté de Varenne et Scie (25 communes, 7 500 hab.), dont la commune la plus peuplée est Longueville-sur-Scie et qui a été formée à partir de son ancien canton.

Longueville-sur-Scie (1 010 Longuevillais, 396 ha), 10 km à l’est de Bacqueville, est un ancien chef-lieu de canton de Seine-Maritime, 17 km au sud de Dieppe dans la vallée encaissée de la Scie; ruines de château féodal des 12e et 16e s.; un collège public, maçonnerie BCC (20 sal.); la laiterie du groupe Lactalis (80 sal.) a fermé en 2006. Le nom de la commune a été complété en 1921; elle avait alors 640 hab., puis 540 en 1936, avant d’entamer une croissance modérée mais continue (+150 hab. depuis 1999).

Criquetot-sur-Longueville (220 Criquetotais, 722 ha) est au SO de Longueville, 7 km ESE de Bacqueville. Outre le village assez étalé, le finage contient au nord le hameau de Creppeville, ancienne commune absorbée en 1823; à l’ouest, la N27 s’insinue dans un long vallon et croise la D149 par un échangeur, bordé par la zone d’activités Varenne et Scie; installations électriques Omexom (45 sal.). La commune a gagné 60 hab. depuis 1999.

Lintot-les-Bois (180 Lintotais, 281 ha), 8 km ENE de Bacqueville à l’ouest de Longueville, est sur le plateau que traverse à l’ouest la N27, au-dessus d’un vallon affluent de la Scie. Les Bois ont été ajoutés au nom en 1921 pour distinguer d’un autre Lintot du même département; mais la commune n’a qu’un petit bois tout à l’est, sur le versant opposé d’un vallon affluent de la Scie.

Bertreville-Saint-Ouen (360 Bertrevillais, 667 ha), 6 km ENE de Bacqueville, est juste à l’ouest de la N27, d’où la D927 se détache vers le SO; couverture Goujon Vallée (20 sal.) Le village arboré est relayé au NO par deux hameaux Saint-Ouen, Bertreville ayant fusionné en 1823 avec Saint-Ouen-Prend-en-Bourse — dont le pittoresque complément a été perdu au passage; +70 hab. depuis 1999.

Dénestanville (260 Dénestanvillois, 269 ha) est à 2 km en aval de Longueville dans la même vallée de la Scie; son finage ne s’étend que sur le plateau à l’ouest. La société Peg (40 sal.) fait des couettes et oreillers en polyester.

Crosville-sur-Scie (250 Crosvillais, 351 ha) est juste au nord et en aval de Dénestanville, en continuité d’habitat le long de la Scie; une ancienne huilerie y a été transformée en centre culturel et d’animation (La Linerie). Le petit finage ne s’étend guère que sur le plateau à l’ouest, vide et borné par la N27.

Manéhouville (230 Manéhouvillais, 428 ha) est sur la rive gauche de la Scie en aval de Crosville, 11 km NE de Bacqueville. La N27 court sur le plateau, avec un accès à proximité du hameau de Catteville, et longe au nord le hameau de Calnon; +40 hab. depuis 1999.

Anneville-sur-Scie (450 Annevillais, 541 ha dont 148 de bois), 5 km au nord de Longueville au bord de la Scie, 10 km NE de Bacqueville, étale son habitat sur la partie droite de la vallée de la Scie, laissant assez peu de place à Manéhouville. Le reste du finage est sur le plateau à l’est, qui porte le hameau et le château d’Écorchebœuf, et que traverse depuis 2017 un embranchement de la D27 vers Arques-la-Bataille. Anneville a depuis 1923 une cidrerie industrielle, maintenant au groupe Eclor (20 sal.) de la coopérative Agrial. La mention sur Scie ne date que de 1962.

La Chaussée (560 Chausséens, 808 ha), 6 km NNE de Longueville et 12 km ENE de Bacqueville, est sur le plateau à l’est de la Scie. Son finage est traversé en ligne droite par une voie ancienne, dont elle tire son nom. L’habitat s’étire le long de cette voie. Elle passe aussi au sud par le hameau de Bois Hulin, dont la rue est perpendiculaire et descend vers l’ouest en direction de Dénestanville. La commune a 260 hab. de plus qu’en 1999 (+87%).

La Chapelle-du-Bourgay (130 Capellais, 399 ha), 8 km NE de Longueville, est traversée par la D915 (ex-N15) et comprend au nord le hameau du Bourgay, au SE celui de La Chapelle, au sud-ouest le vaste château avec parc de Bréauté (18e, site classé). Le finage s’arrête à l’est sur le haut du versant gauche de la Varenne.

Le Bois-Robert (350 Bois-Robertois, 495 ha), 10 km NE de Longueville, est sur le plateau au nord du Bourgay et frôlée par la N15; vergers, Bois du Domaine au nord; le finage descend à l’est à mi-versant de la Varenne.

Saint-Germain-d’Étables (270 Saint-Germinois, 726 ha dont 150 de bois), 12 km NE de Longueville, a son petit village au pied du promontoire de confluence de la Varenne et d’un grand vallon venant du sud-est. Le finage monte au nord-est sur le relief dans le massif boisé de Pimont. Il occupe la largeur de la plaine de la Varenne, presque toute en étangs de gravières, et monte à mi-versant gauche; quelques habitations suivent la D149 au pied du versant gauche; menuiserie Delahaye (35 sal.).

Torcy-le-Petit (490 Torcéens, 366 ha), 8 km ENE de Longueville, a son village dans la vallée de la Varenne et monte peu sur le relief; fabrique de ventilateurs Safytair (65 sal.).

Torcy-le-Grand (790 Torcyens, 875 ha dont 344 de bois), 6 km à l’est de Longueville, a également son village dans la vallée de la Varenne juste au sud de Torcy-le-Petit, avec un finage un peu plus étendu montant à l’est dans le bois des Basses Brehoulles. La commune a gagné 60 hab. depuis 1999.

Sainte-Foy (590 Sainte-Foyens, 672 ha), 2 km à l’est de Longueville, étire en travers du plateau entre Scie et Varenne un village-rue de 2 700 m; à l’est, le château et son parc sont un site classé. La commune a gagné 130 hab. depuis 1999 (un tiers).

Saint-Honoré (210 Honoraciens, 302 ha), 4 km ESE de Longueville, est un petit village du plateau dont le finage descend à mi-coteau gauche de la Varenne.

Saint-Crespin (300 Saint-Crespinois, 635 ha dont 126 de bois) est juste au sud de Longueville sur la rive gauche de la Scie. Le finage a une bonne portion de plateau à l’ouest, une bien moindre et boisée à l’est.

Les Cent-Acres (65 Acrais, 508 ha dont 162 de bois), 4 km SE de Longueville sur le plateau entre Scie et Varenne, est un minuscule village au nord duquel est le château de Montigny, du 17e, à douves (inscrit).

Muchedent (140 Muchedentais, 705 ha dont 354 de bois), 7 km ESE de Longueville, a quelques maisons, mais pas de village, dans la vallée de la Varenne, et un finage boisé qui monte à l’est sur le plateau dans la Forêt d’Eawy; étangs de gravières dans la plaine, élevage de bisons, pisciculture.

Le Catelier (260 Casteliens, 384 ha), 7 km SSE de Longueville, est au centre du plateau entre Varenne et Scie, avec pour annexes les hameaux de Bellemare au nord, de Pelletot à l’est.

Notre-Dame-du-Parc (160 Parcais, 301 ha), 7 km au sud de Longueville, a son village sur le plateau au-dessus de la Scie. Le nom du Parc est attesté depuis le 13e siècle.

Le sud du Terroir de Caux correspond à l’ancienne communauté de communes des Trois Rivières, dessinée autour de Tôtes mais dont Val-de-Scie, résultat de fusion, est devenue la commune la plus peuplée en 2019.

Montreuil-en-Caux (520 Montreuillais, 940 ha), 9 km à l’est de Tôtes, est juste au sud de Val-de-Scie. C’est une commune de plateau, traversée au sud par la D929 et dont le village est complété à l’est par le hameau de la Pommeraye, au sud par le Quesnay.

Bracquetuit (350 Bracourtuitais, 847 ha), 11 km ESE de Tôtes au SE de Montreuil, également traversée par la D929, a un habitat plus diffus formé de plusieurs hameaux; château de Bornier au NE, gros élevage de Frémontel au SE; +40 hab. depuis 1999.

Étaimpuis (800 Étaimpuisais, 1 060 ha), 12 km ESE de Tôtes, est aux sources de la Scie. L’autoroute des Estuaires (A28) traverse le finage, deux voies ferrées s’y croisent. La commune a quatre habitats, Étaimpuis au nord (sans vrai village), Biennais à l’est (mairie), le Pière au sud, Lœuilly au sud-ouest. La population a augmenté de 270 hab. depuis 1999 (+51%).

Fresnay-le-Long (340 Fresnayens, 522 ha), 5 km SE de Tôtes, est un village-rue de 2,5 km de long; +130 hab. depuis 1999 (+62%).

Saint-Victor-l’Abbaye (780 Victoriens, 843 ha), 7 km à l’est de Tôtes, est sur une croupe d’interfluve au passage de la D929; château au village, château du Ménillet au sud-ouest, hameau de Humesnil au sud; +150 hab. depuis 1999.

Saint-Maclou-de-Folleville (650 Follevillais, 1 321 ha) est à 6 km à l’est de Tôtes dans la haute vallée de la Scie. Son territoire s’était agrandi en 1825 par la réunion avec Saint-Sulpice-la-Pierre, sur le plateau à l’est. La source actuelle de la Scie est signalée près de la gare, mais sa vallée se prolonge bien au-delà en amont vers le sud-est. Le finage comprend à l’est les hameaux de la Pierre et Ordemar. Il s’étend plus largement vers l’ouest de part et d’autre de la D929; il y contient les hameaux diffus de Letantot et d’Épinay. La commune a 120 hab. de plus qu’en 1999.

Saint-Denis-sur-Scie (670 Saint-Dyonisiens, 863 ha), 6 km NE de Tôtes, a son village dans la vallée de la Scie, rive gauche, un peu au sud d’Auffay (Val-de-Scie). Son finage est étiré d’ouest en est et contient à l’est le hameau du Bocage, à l’ouest celui de Beuville, avec château. La commune a gagné 270 hab. depuis 1999 (+68%).

Vassonville (450 Vassonvillais, 565 ha), 5 km NE de Tôtes, est dans la vallée de la Scie en amont de Saint-Denis, mais son finage est tout entier à l’ouest de la rivière et voisin de celui de Tôtes; sur le plateau s’étire le hameau d’Écrépigny; +120 hab. depuis 1999 (+36%).

Tôtes (1 600 Tôtais, 761 ha) est un ancien chef-lieu de canton de Seine-Maritime,30 km au sud de Dieppe et à la même distance au nord de Rouen, sur le plateau de Caux 15 km SSE de Bacqueville. Tôtes bénéficie d’un échangeur sur la N27 à quatre voies Rouen-Dieppe, au croisement de la N29 (D929). Ce carrefour intéressant contribue à en faire un centre de services, et s’est nanti d’une petite zone d’activités, mais n’a pas vraiment suscité d’industrie; la commune n’a guère qu’un Intermarché (50 sal.) et une charcuterie (Rôtisserie des Trois Rivières, 35 sal.), une quincaillerie (Cheminées Vallée, 25 sal.); installations thermiques Tabesse (35 sal.); château de Belloy au sud (non inscrit). La population communale augmente depuis 1950 (700 hab.) et s’est accrue de 450 hab. depuis 1999 (+39%).

Varneville-Bretteville (330 Varnevillais, 922 ha), 4 km au sud de Tôtes, a un très petit centre et plusieurs écarts. Le finage est traversé par la voie rapide N27, qui y a un échangeur avec la D2 au sud. Varneville-aux-Grès, puis les-Grès, a fusionné avec Bretteville en 1823, qui apparaît au nord-ouest sous la forme d’un hameau étendu mais peu dense.

Beautot (140 Beautotais, 350 ha), 5 km SSO de Tôtes, a un petit village dans un finage au contour sinueux nanti d’une queue vers le SE, mais dont le centre est largement occupé par l’échangeur entre Autoroute des Estuaires (A29) et A151, N27, D927; la voie ferrée passe juste au sud; petit parc d’activités, avec entrepôts du négoce de surgelés Davigel (130 sal.).

Saint-Ouen-du-Breuil (790 Saint-Ouennais, 630 ha), 6 km SSO de Tôtes, est traversée au nord par l’A29 et la voie ferrée, à l’est par l’A151, accessibles à l’échangeur de Beautot. Le village est au NO du finage et contient au centre le hameau de Maltot, au SO celui du Breuil, et plus loin, à l’angle sud-est, celui de Valmartin; négoce de matériel agricole (Ducastel, 60 sal.); +100 hab. depuis 1999.

Gueutteville (85 Gueuttevillais, 299 ha), 6 km SO de Tôtes, est au NO de Saint-Ouen, frôlée par l’A29; château du 18e.

Bertrimont (230 Bertrimontais, 474 ha) est à 5 km OSO de Tôtes. Le village est sur la D2; au SE, gros poste d’interconnexion électrique; au NO, la D929 traverse un peu le finage.

Saint-Vaast-du-Val (480 Saint-Valais, 579 ha) est à 4 km ONO de Tôtes, avec les deux hameaux de Fumechon à l’est et le bois de Saint-Vaast au SO. Le Val auquel se réfère le nom est celui du Traversin, affluent local de la Saâne, qui longe la commune à l’ouest et figurait déjà dans le nom en 1793. La commune a gagné 170 hab. depuis 1999 (+55%).

Calleville-les-Deux-Églises (340 Callevillais, 571 ha), 6 km NNO de Tôtes, n’a qu’un seul village, sans écart, mais diffus; +40 hab. depuis 1999.

Belleville-en-Caux (700 Bellevillais, 438 ha) est à 6 km NO de Tôtes sur le plateau juste à l’est de Val-de-Saâne. Le territoire communal, accidenté, descend à l’ouest dans la vallée de la Saâne jusqu’au confluent du Traversin, qui le borde au sud. Il avance ainsi en coin dans celui de Val-de-Saâne. La population a augmenté de 340 hab. depuis 1999, soit de 94%.

Val-de-Saâne (1 510 Val-de-Saânais, 1 387 ha), 8 km ONO de Tôtes, est née en 1964 de la fusion de quatre communes de taille voisine, Anglesqueville (250 hab.) qui sert de bourg dans la vallée, à l’étroit entre les finages de Belleville et d’Imbleville; Eurville (140 hab.) au nord-est; Thédeville (130 hab.) à l’extrême-nord; Varvannes (160 hab.) au sud. Le finage en a reçu un dessin surprenant, avec un centre étranglé, et un autre étranglement au nord, qui fait de Thédiville une quasi-enclave, ne tenant au reste de la commune nouvelle que par un pas de 25 m de large sur la rive droite de la Saâne — au hameau de Beau Soleil. Leur réunion avait 710 hab. en 1968 et la population a crû ensuite, gagnant 160 hab. après 1999. Classée «station verte de vacances», la commune a une boulangerie industrielle du Pain Clément (Norpain, 190 sal.); traitement de déchets Ikos (25 sal.).

La Fontelaye (32 Fontelayais, 399 ha), a un maigre habitat totalement dispersé entre val de Saâne et plateau à l’ouest. Elle est juste au SO du centre de Val-de-Saâne et à 9 km ONO de Tôtes.

Imbleville (320 Imblevillais, 528 ha), juste au nord-ouest de Val-de-Saâne,10 km ONO de Tôtes, contient au nord sur la rive gauche de la Saâne le château de Bimorel, du 15e et du 19e s., en brique, avec un parc et des jeux d’eaux. Le petit village est au pied du versant gauche du val. Sur le plateau, au sud-ouest, s’étale le hameau d’Étauhague; +40 hab. depuis 1999.

Saint-Pierre-Bénouville (380 Bénouvillais, 833 ha), 13 km NO de Tôtes, 7 km SO de Bacqueville, a son village sur le plateau, suivi au sud par le hameau de Dracqueville. Le Val de Saâne borde le finage à l’ouest. La commune a reçu en 2010 à l’est un parc de 5 éoliennes Nordex (12 MW, groupe Ardian) (les Marettes); assainissement Halbourg (40 sal.); +50 hab. depuis 1999.

Biville-la-Baignarde (670 Bivillais, 708 ha), 6 km au nord de Tôtes, a son village sur la D927, tandis que la voie rapide N27 longe le finage à l’est, avec un échangeur.

Beauval-en-Caux (510 Beauvalais, 1 553 ha), 6 km ESE de Bacqueville, aux sources de la Vienne à 10 km NNO de Tôtes, est faite de plusieurs hameaux. Elle résulte de la fusion en 1965 de Beaunay au nord-ouest (320 hab. contre 560 en 1846) et de Sainte-Geneviève-en-Caux au sud-est (260 hab., mais 590 en 1841). La population a ensuite diminué jusqu’en 1990; elle a regagné 60 hab. après 1999. Le château de Beaumont est signalé pour ses jardins.

Heugleville-sur-Scie (640 Heuglevillais, 1 309 ha), 8 km SO de Tôtes, est dans la vallée de la Scie en aval d’Auffay (Val-de-Scie). Le finage s’étend des deux côtés; à l’ouest, il est traversé par la N27 et contient le hameau de Brennetuit. Tout à l’ouest se visitent le Jardin d’Annabelle dans le hameau de Bennetot, qui est en partie à Beauval. La commune a 90 hab. de plus qu’en 1999.

Gonneville-sur-Scie (470 Gonnevillais, 873 ha), 15 km NNE de Tôtes, 8 km SE de Bacqueville, est formée de plusieurs hameaux sur le plateau, que traverse à l’ouest la N27. Le finage n’atteint la Scie que tout à l’est et sur quelque 1 500 m seulement. La population a augmenté de 120 hab. depuis 1999 (+34%).


Luneray

(2 330 Luneraysiens, 508 ha) est une commune de Seine-Maritime dans le Terroir de Caux (Caux (Terroir de)), 8 km au NO de Bacqueville-en-Caux et 18 km au SO de Dieppe, sur le plateau entre Saâne et Dun. C’est un gros village en nébuleuse, qui fut un fief protestant. Il a reçu un collège public, et un éventail d’industries: salaisons Defial Normival du groupe Alliance (270 sal.), légumes précuits Lunor (190 sal.), née d’une coopérative agricole produisant notamment des pommes de terre et des plants (40 000 t/an, 80 coopérateurs); attelages René Renault pour caravanes (SIARR, 85 sal.). Dans le tertiaire, cars Transdev (25 sal.) et Lheureux-Lemonnier (20 sal.) supermarché Auchan (35 sal.). À l’ouest, l’agglomération s’étend sur la commune de Gruchet-Saint-Siméon et l’extrême est de La Gaillarde et Saint-Pierre-le-Vieux. La population communale augmentait lentement depuis les années 1930, où elle était de 1 400 hab., gagnant 110 hab. après 1999.

Le nouveau canton de Luneray a 73 communes (record départemental) et 34 900 hab.


Val-de-Scie

(2 590 hab., 2 205 ha dont 388 de bois) est une commune nouvelle de la Seine-Maritime, dans le Terroir de Caux (Caux (Terroir de)), créée en 2019 par la réunion des communes d’Auffay, Cressy et Sévis.

Auffay (1 910 hab., 1 130 ha dont 216 de bois), sur la Scie et la voie ferrée de Rouen à Dieppe à 7 km NE de Tôtes, a un finage en ailes de papillon. Le village est au centre, cantonné dans l’étroite vallée de la Scie et d’un vallon affluent au SE. Son territoire s’étend d’une part vers l’est et le sud-est sur le bas plateau, où il englobe les bois de la Morte et de Heucleu; d’autre part vers l’ouest, où il touche à la N27 et englobe le hameau de Mesnil Sauval. La commune a un atelier d’outillage (Amada, 50 sal.), un négoce de combustibles (G. Vallée, 30 sal.). Elle se distingue par ses monuments: une collégiale du 11e s. et de la renaissance à jacquemarts, un manoir à décor polychrome et à tours de la fin du 15e et de la fin du 16e s.; et, un peu à l’écart au sud-est, le château de Bosmelet, de style Louis XIII, avec un beau parc, un potager asiatique et une grande avenue de tilleuls, qui accueille réunions et hôtes; le village a un collège public; sa population est restée stable depuis 1999.

Cressy et Sévis sont à l’est. Cressy (280 hab., 435 ha) est à 5 km ESE d’Auffay sur le plateau qui descend doucement vers la Varenne; elle a 60 hab. de plus qu’en 1999. Sévis (400 hab., 640 ha), juste au sud, se divise en un petit village au SO et un hameau plus étoffé au NE, le Bosc de Sévis. Au-delà vers l’est, le finage atteint la vallée de la Varenne sous le petit hameau du Grand Quévremont. Sévis a gagné 110 hab. depuis 1999 (+38%).