Communauté de communes Interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle

Aumale-Blangy-sur-Bresle (communauté de communes interrégionale)

Highslide JS

intercommunalité de Seine-Maritime, associant 44 communes (dont 10 dans la Somme) et 22 000 hab. sur 45 800 ha. Le siège est à Blangy-sur-Bresle, seule commune avec Aumale à dépasser 2 000 hab.

Haudricourt (430 Haudricourtois, 2 998 ha dont 404 de bois), 5 km SO d’Aumale, a son petit village dans la vallée d’un affluent de gauche de la Bresle. Il est relayé en aval par le hameau de Villers, reste d’une commune absorbée en 1823. Son grand finage monte sur le plateau au SO d’Aumale, où il contient le hameau de la Couture et le gros échangeur de l’A29 et de la D929, avec gare de péage et aires de repos. Au sud-ouest, plusieurs petits hameaux s’espacent; Beaufresne sur la D9, centre d’une commune absorbée en 1970, est le plus peuplé. Haudricourt est à la limite du département de l’Oise.

Criquiers (660 Criquérois, 2 355 ha), 12 km SSO d’Aumale, a son village-rue étiré sur 3 200 m le long de la D236 (NE-SO) sur le plateau, avec pour annexes au NO le hameau du Bois des Puits, au sud celui des Anthieux, proche de Formerie et de la D919. Deux groupes de trois éoliennes (12 MW) du canadien Boralex encadrent le Bois des Puits au SO et au NE. Criquiers a gagné 50 hab. depuis 1999.

Conteville (500 Contevillais, 1 370 ha), 12 km SO d’Aumale, est un autre village-rue mais de sens NO-SE et sur la D36; qui y croise la D9; quelques petits hameaux à l’est, dont la Neuville Gouvion au NE. Au NO, Conteville a trois des six éoliennes du parc dit de Ronchois (hélices Enercon, 2MW chacune, au canadien Boralex).

Ronchois (170 Ronchoisais, 862 ha), 12 km OSO d’Aumale, a un petit village-rue, accompagné à l’ouest par le hameau d’Ormesnil (ancienne commune réunie en 1822); au sud du finage sont les trois autres éoliennes Enercon du groupe Boralex, proches de celles de Conteville.

Illois (400 Illoisiens, 1 454 ha), 9 km OSO d’Aumale, est traversée par l’A29 et la D929, qui encadrent son petit village. Le hameau de Copigny est au SE, celui de Mesnil David, plus étoffé; est au NO; tous deux viennent d’anciennes communes fusionnées en 1826. À l’ouest, trois autres éoliennes Enercon de Boralex complètent l’ensemble du groupe dit de Ronchois. La commune a 130 hab. de plus qu’en 1999 (+48%).

Le Caule-Sainte-Beuve (490 Caulois, 1 671 ha dont 473 de bois), 14 km à l’ouest d’Aumale, a trois villages: Sainte-Beuve-aux-Champs à l’est; le Caule au sud-ouest (mairie, école); les Ventes Mésangères au NO, entourée de bois. Le Caule a d’abord été réuni aux Ventes en 1822, prenant le nom de Le Caule-les-Ventes; puis à Sainte-Beuve en 1824, changeant à nouveau de nom. Au nord, la commune contient la Basse Forêt d’Eu; elle a 80 hab. de plus qu’en 1999.

Landes-Vieilles-et-Neuves (140 Landais, 709 ha dont 213 de bois), 12 km ONO d’Aumale, est issue de la réunion des Vieilles-Landes au NE et des Jeunes-Landes à l’ouest dans les années 1790; les hameaux subsistent, avec pour intermédiaire celui de Rougemare; la mairie est aux Jeunes-Landes. Au NO, la commune contient une partie de la forêt d’Eu.

Nullemont (140 Nullemontais, 565 ha, 9 km à l’ouest d’Aumale, a un petit village sur le plateau et, au sud-est de l’autre côté d’un val, le hameau du Forestel; +40 hab. depuis 1999.

Marques (230 Marquais, 1 305 ha dont 162 de bois), 6 km ONO d’Aumale, a un très petit village dans la vallée de la Méline, et plusieurs petits hameaux épars, dont Blingemer au nord, et Barques en amont, au sud, ancienne commune annexée en 1823.

Morienne (200 Moriennois, 891 ha dont 261 de bois), 4 km au NO d’Aumale, est un village du plateau. Il abrite une mission locale d’insertion des jeunes (Centre départemental de l’enfance de la vallée de la Bresle). L’A29 traverse le plateau au sud, le nord du finage est boisé. À l’est, la commune atteint la vallée de la Bresle.

Ellecourt (150 Ellecourtois, 445 ha), 6 km NO d’Aumale, est dans la vallée de la Méline, qui conflue avec la Bresle à l’est du finage.

Vieux-Rouen-sur-Bresle (580 Vieux-Rouennais, 1 492 ha dont 554 de bois), 10 km NNO d’Aumale, a son village au pied du versant gauche de la Bresle, dont le cours limite le finage à l’est. La commune accueille une grosse verrerie de flacons (300 emplois), créée en 1854 sous le nom de Brosse, reprise en 2001 par la firme italienne Zignago Vetro après un dépôt de bilan. La plaine de la Bresle est trouée d’étangs de sablières; le finage monte à l’ouest sur le relief, en partie couvert au sud par le bois de Brétizel. La population a 80 hab. de moins qu’en 1999.

Aubéguimont (200 Aubéguimontois, 485 ha), 10 km NO d’Aumale, est sur le plateau à l’ouest de Vieux-Rouen, en un village-rue de 1 300 m.

Saint-Martin-au-Bosc (250 hab., 720 ha), 15 km NO d’Aumale, a son village sur une crête, bordée à l’ouest par la forêt d’Eu; hameau d’Édruchon à l’est.

Richemont (470 Richemontais, 1 069 ha dont 255 de bois), 12 km NO d’Aumale, a un village-rue de 2 600 m étiré le long de la D920, complété au sud par le proche hameau de la Plaine. La forêt d’Eu occupe une partie du finage à l’ouest.

Saint-Léger-aux-Bois (510 Léodégariens, 1 102 ha dont 241 de bois), 17 km NO d’Aumale, associe deux rues sur le plateau, d’un total de 4 km, en partie sur le D920; grosse tour ronde du 16e siècle; +50 hab. depuis 1999.

Rétonval (200 Rétonvalais, 562 ha dont 220 de bois), 18 km ONO d’Aumale, est dans un vallon affluent de droite de l’Yères, assorti du hameau du Bout du Haut sur une colline; le sud du finage est dans la forêt d’Eu.

Aubermesnil-aux-Érables (210 Aubermesnilais, 848 ha dont 247 de bois), 20 km ONO d’Aumale, est dans la vallée de l’Yères et donne au sud sur la forêt d’Eu dans un finage divisé en collines. L’indication «aux Érables» a été ajoutée au nom en 1969.

Villers-sous-Foucarmont (200 Villerois, 701 ha dont 219 de bois), 14 km SSO de Blangy, a un village-rue au bas du versant gauche de la vallée de l’Yères, et un finage en ailes de papillon de part et d’autre de la vallée.

Foucarmont (860 Foucarmontois, 728 ha), 12 km SSO de Blangy dans la vallée de l’Yères, est un village-centre actif qui introduit un peu de diversité dans les emplois: usine de surgelés Gewy du groupe Alliance (410 sal.), négoce de boissons Bono (30 sal.), constructions et travaux publics Thibault (65 sal.), transports Mettelle (35 sal.). Mais son peuplement est sensible aux variations de l’emploi, et Foucarmont a perdu 200 hab. après 1999. Les restes d’une abbaye cistercienne, qui fut fondée en 1130, se voient dans la vallée de l’Yères juste en aval du village. L’A28 traverse les collines à l’ouest, la D928 passe au village.

Fallencourt (200 Fallencourtois, 1 208 ha dont 296 de bois), 10 km SSO de Blangy, est sur la rive droite de l’Yères en aval de Foucarmont, entre A28 et D928. Elle a 50 hab. de plus qu’en 1999. Son finage est largement étendu de part et d’autre de l’Yères et englobe, tout au SO, le hameau isolé de Puchervin. Il contient à l’est une partie de la forêt d’Eu.

Réalcamp (660 Réalcampois, 1 145 ha dont 253 de bois), 11 km au sud de Blangy, a un village complexe au sud du finage, dont l’habitat s’étire sur quatre ou cinq rues. Son finage s’avance en pointe vers le nord, en partie dans des fragments de la forêt d’Eu; +40 hab. depuis 1999.

Campneuseville (540 Campneusevillais, 1 230 ha dont 372 de bois), 11 km SSE de Blangy, est à l’est de Réalcamp et dessine également plusieurs rues au milieu du plateau; le finage contient une partie de la forêt d’Eu à l’est. La commune a gagné 50 hab. depuis 1999. Son nom évoquait déjà au 12e siècle un paysage de campagne ouverte.

Hodeng-au-Bosc (580 Hodengeois, 877 ha dont 381 de bois), 12 km au SE de Blangy, est à la limite de la Somme dans la vallée de la Bresle. Le village est sur le versant gauche de la Bresle, perpendiculairement à la rivière, et à la route et à la voie ferrée qui la longent. Au nord, en aval, le hameau de Guimerville, issu d’une commune intégrée en 1826, est associé à une très grosse verrerie de flaconnages pour parfums, installée depuis le 17e siècle comme Verrerie du Courval; elle appartient au groupe Pochet, emploie 1 470 personnes et s’est encore récemment modernisée avec un quatrième four. Courval est au fond d’un vallon au sud-ouest, à l’orée de la forêt d’Eu; il y subsiste une ancienne installation industrielle, à 2 500 m de l’usine principale qui est au bord de l’Eure. Des étangs de sablières l’accompagnent en aval.

Nesle-Normandeuse (580 Neslois, 910 ha dont 169 de bois), 5 km au SE de Blangy, limitrophe de la Somme, étire son habitat dans un vallon affluent de la Bresle (Fontaine Saint-Pierre). Elle a une fabrique de verre creux (Fourover, 60 sal.) au bord de la Bresle. Sur l’interfluve s’élève la butte du mont Faucon (153 m), site de vol libre; château de Romesnil (18e s.) tout à l’ouest au fond d’un vallon.

Pierrecourt (480 hab., 951 ha dont 258 de bois), 7 km SSE de Blangy, prolonge l’habitat de Nesle dans le même vallon, en amont; fragment de la forêt d’Eu à l’ouest; transports LTV (35 sal.).

Saint-Riquier-en-Rivière (160 Saint-Riquiérois, 999 ha dont 278 de bois), 9 km SO de Blangy, a un très petit village sur le côté droit de la vallée de l’Yères; à l’est, quelques bois de la forêt d’Eu. L’A29 traverse le finage au sud-est et franchit l’Yères à la limite sud de la commune.

Dancourt (230 Dancourtois, 1 830 ha dont 595 de bois), 10 km SO de Blangy, est sur le côté gauche de la vallée de l’Yères. Le finage s’étend au nord dans la Haute Forêt d’Eu. La population a baissé de 40 hab. depuis 1999.

Rieux (670 hab., 709 ha dont 341 de bois), 4 km ONO de Blangy, est de l’autre côté de la Haute Forêt d’Eu. Son village est dans un vallon qui descend du plateau forestier et s’accompagne en amont, à l’orée des bois, du hameau du Cornet; un petit atelier de plastiques, un institut médico-pédagogique.

Monchaux-Soreng (670 Monchaliens, 1 005 ha dont 528 de bois), 5 km NO de Blangy, est juste au-dessous de Rieux au bord de la Bresle et à la limite du département. Le finage s’étire sur 5,5 km le long de la rivière; petits ateliers de moules pour plastiques. Monchaux, en amont, a absorbé Soreng-l’Épinoy en 1823. L’Épinoy est un hameau de pont tout au nord, touchant Gamaches.

Bazinval (430 Bazinvalois, 718 ha dont 328 de bois), 9 km NO de Blangy, est, comme Rieux, une commune du flanc oriental de la Haute Forêt d’Eu, qui n’atteint pas la Bresle. Une longue rue de maisons prolonge le village vers le sud jusqu’à l’orée des bois dans le vallon, tandis que le hameau du Vert Pignon se tient sur une échine au sud-ouest. La population a augmenté de 130 hab. (+43%) depuis 1999.

Guerville (490 Guervillois, 1 246 ha dont 635 de bois), 11 km au NO de Blangy, est juchée sur le plateau juste au NO de la Haute Forêt d’Eu. Le finage descend vers la Bresle au NE devant Gamaches, mais ne l’atteint pas plus que la limite du département. La société FSTB assure depuis 1998 le contrôle de qualité des emballages verriers (50 sal.); le château de la Haye, dans les bois à la limite nord, abrite la secte des Rose-Croix d’Or. Sur le plateau, Guerville a trois des cinq éoliennes Enercon du parc de Guerville-Melleville (11,5 MW en tout), à la CNR (Compagnie nationale du Rhône); les deux autres sont à Melleville (communauté des Villes Sœurs). La commune a gagné 80 hab. depuis 1999.

Les dix autres communes de la communauté Aumale-Blangy sont dans la Somme à l’est de Blangy. Il s’agit de Biencourt (140 Biencourtois, 222 ha), Bouillancourt-en-Séry (570 Bouillancourtois, 1 611 ha), Bouttencourt (960 Bouttencourtois, 773 ha), Frettemeule (330 Frettemeulois, 745 ha), Maisnières (520 Maisnièrois, 1 273 ha), Martainneville (430 Martainnevillois, 758 ha), Ramburelles (280 hab., 459 ha), Saint-Maxent (390 Maxentais, 638 ha), Tilloy-Floriville (400 hab.), 809 ha) et Vismes (500 hab., 1 326 ha).


Aumale

(2 190 Aumalois, 906 ha dont 184 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Dieppe, 61 km à l’est de celle-ci et 74 km au NE de Rouen, dans la vallée de la Bresle à la limite des départements de la Somme et de l’Oise. Le nom aurait pour origine «marne blanche» (alba marla, plus tard Aubemarle). La ville, qui fut à la tête d’un duché, se veut «station verte de vacances»; elle a des restes de remparts et des maisons anciennes, un bel hôtel de ville des 16e-17e s., une grande église avec tour renaissance; un collège public et un privé. Le territoire communal déborde par exception sur la rive droite de la Bresle. Il est traversé au sud par la D929.

Aumale fait partie de la Glass Vallée (sic) et accueille une fabrique de verrerie médicale Nipro Pharmapackaging (ex-Amcor du groupe Alcan, ex-Wheaton, 115 emplois), une de décor d’objets en verre et plastique Collver (85 sal.), la sérigraphie sur verre et plastique ASB (Atelier Sérigraphique de la Bresle, 45 sal.), le tri de flacons Retriever (40 sal.); constructions métalliques Fourcade (50 sal.), toitures Fontaine (20 sal.); négoce de quincaillerie Guillemarre (20 sal.). La population communale n’a pas beaucoup varié depuis 1850; elle a tendance à diminuer depuis un maximum à 2 800-2 900 hab. de 1965 à 1985 et a perdu 490 hab. après 1999. Aumale est membre de la communauté de communes interrégionale Aumale-Blangy-sur-Bresle.


Blangy-sur-Bresle

(3 040 Blangeois, 1 745 ha dont 554 ha de bois) est un ancien chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Dieppe, 22 km au SE d’Eu. Le bourg est dans la vallée de la Bresle, rive gauche, à la limite de la région et au passage de l’autoroute A28 (échangeur). C’est une petite ville industrielle entièrement tournée vers la production de flaconnages pour les parfums et la pharmacie et de moules et modèles pour la verrerie, mais qui a subi des réductions d’effectifs et même des disparitions d’entreprises: restent les flaconnages Nigermat (120 sal.) et Euro-Décor 93 (50 sal.), les moules et modèles Metra (90 sal.), SNM (45 sal.), Nusbaumer (40 sal.), MMB (35 sal.), Devaux (35 sal.), Somobresle (35 sal.); fonderie de fonte Caffier-Barreau (CBI, 25 sal.); plasturgie PHN (Plastiques de Haute-Normandie, 70 sal.) et MRA (20 sal.). S’y ajoutent les transports CST Profret (45 sal.), Chevallier (40 sal.), JPL (30 sal.); constructions Lhôtellier (35 sal.); supermarché U (50 sal.).

Dans l’ancien manoir de Fontaine, du 16e s. et en briques, a été ouvert un centre culturel avec musées de la verrerie, des maquettes et moules, des outils de la ferme, des instruments de musique, de géologie et d’archéologie. La ville a un collège public; un camping à l’est avec étang de sablière. La commune s’étend au sud en englobant sur le plateau une partie de la Haute Forêt d’Eu. Elle était seulement Blangy avant 1962; peuplée de 1 900 hab. en 1900, elle est passée à 2 400 en 1954, 3 300 en 1968 et elle est restée depuis à peu près à ce niveau; mais elle a perdu 450 hab. après 1999, pour la première fois depuis plus d’un siècle. Blangy est le siège de la communauté de communes Aumale-Blangy-sur-Bresle, associant 44 communes (dont 10 dans la Somme) et 22 000 hab.