Communauté de communes du Pays du Neubourg

Neubourg (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes de l’Eure, associant 41 communes et 18 800 hab. sur 25 000 ha. Le Neubourg en est le siège; c’est la seule commune de plus de 2 000 hab. La «plaine» du Neubourg est réputée être l’un des meilleurs terroirs agricoles de l’Eure, qui a depuis longtemps rattrapé son retard initial sur un pays de Caux aux sols fertiles mais plus légers. Les toponymes en «la Campagne» évoquent ici le paysage nu des champs ouverts, orientés vers la culture des céréales, comme pour la Campagne de Caen.

Crosville-la-Vieille (610 Crosvillais, 774 ha), 2 km ENE du Neubourg, a un teillage de lin coopératif (80 sal.) et des pépinières (Wohlgemuth, 20 sal.); installations électriques Brunet (50 sal.); La Poste (45 sal.); elle a gagné 120 hab. depuis 1999.

Le Tremblay-Omonville (340 hab., 541 ha), 4 km SSE du Neubourg, est le site du château d’Omonville, de 1754, bien restauré, qui abrite le siège de la secte des Rose-Croix AMORC et une petite entreprise d’édition et diffusion (DRC, Diffusion rosicrucienne, 25 sal.). La commune est traversée par la D840; son nom était seulement Le Tremblay jusqu’en 1953. Le Tremblay est à l’ouest de la route, Omonville à l’est; +70 hab. depuis 1999.

Épreville-près-le-Neubourg (490 Éprevillais, 773 ha), 2 km au SO du Neubourg, est traversée par la D133; jardins de la Mare aux Trembles au nord; +130 hab. depuis 1999 (+36%).

Villez-sur-le-Neubourg (290 Villezois, 482 ha) est 4 km à l’ouest du Neubourg; +50 hab. après 1999.

Sainte-Opportune-du-Bosc (670 hab., 807 ha dont 301 de bois), 6 km ONO du Neubourg, n’a qu’un maigre village sur le plateau; mais la commune contient à l’est le lotissement arboré du Colombier et le vaste château du Champ de Bataille, palais du 17e s. assorti de superbes jardins à la française, associé à un hippodrome, un golf et un parc animalier partagés avec Le Neubourg. Le nombre d’habitants a presque doublé depuis 1999 (340 hab.).

Vitot (570 Vitotais, 469 ha), 2 km au nord du Neubourg, jouxte les maisons du Neubourg; église classée de Vitotel (13e), isolée à l’ouest; jardin le Guell au nord à la Londe; +80 hab. depuis 1999.

Épégard (580 Épégardais, 441 ha), 8 km NNO du Neubourg, n’a qu’un très petit village sur la D83, mais ajoute au nord le hameau d’Aillet et surtout, à l’ouest, le gros hameau arboré de Beaufour. Elle a 160 hab. de plus qu’en 1999 (+38%).

Le Bosc-du-Theil (1 380 hab., 2 011 ha), est une commune nouvelle de 2016, unissant deux communes et dont le nom a été composé à partir de leurs noms même. Le Gros-Theil (1 070 Gros-Theillais, 1 087 ha), 11 km NNO du Neubourg, a un habitat aéré formé de deux villages-rue orthogonaux, et 230 hab. de plus qu’en 1999 (+27%). Saint-Nicolas-du-Bosc (310 hab., 924 ha dont 481 de bois) donne sur le bassin de la Risle et englobe un bois du Champ de Bataille, distinct de celui du Neubourg-Sainte-Opportune, +50 hab. depuis 1999.

La Haye-du-Theil (300 Hayais-Theillais, 702 ha) est à 12 km NNO du Neubourg, à l’est du Bosc; +40 hab. depuis 1999. Le nord du finage est boisé.

Tourville-la-Campagne (1 070 Tourvillais, 827 ha dont 256 de bois), 11 km au nord du Neubourg, a un village central et un habitat dense et diffus au nord. La commune a eu plus de 1 000 hab. avant 1810 puis sa population a constamment baissé jusqu’en 1954 (275 hab.) et augmente depuis; elle a gagné 300 hab. (+39%) après 1999.

Saint-Meslin-du-Bosc (290 Saint-Meslinois, 157 ha), 10 km NNO du Neubourg, a un finage contourné et très petit, borné à l’est par la D80, et un habitat contigu à celui de Saint-Nicolas; +40 hab. depuis 1999.

La Pyle (160 Pylois, 169 ha), 6 km au nord du Neubourg, est une autre très petite commune sur la D80, au sud de Saint-Mesmin; +40 hab. depuis 1999.

Le Troncq (150 hab., 459 ha), 6 km NNE du Neubourg, s’orne d’un château des 16e et 17e s. de brique et pierre, dans un parc de 12 ha dessiné au 18e s., avec un pigeonnier classé. La commune est sans village; la mairie est au hameau du Bosc Fortier à l’ouest, près de la D80. La D840 rectiligne traverse le finage tout à l’est, sans habitat.

Iville (500 Ivillois, 881 ha), 4 km NNE du Neubourg, est un gros village sur la D840; maçonnerie (Maugy, 30 sal.). La commune a gagné 90 hab. depuis 1999.

Hectomare (230 Hectomariens, 205 ha) est une petite commune à7 km NE du Neubourg; +40 hab. depuis 1999.

Fouqueville (470 Fouquevillais, 818 ha), 10 km NNE du Neubourg, est bornée à l’ouest par la D840 et atteint au nord la vallée de l’Oison; +40 hab. depuis 1999.

Crestot (580 Crestotais, 631 ha), 10 km NE du Neubourg, est au sud-est de Fouqueville; elle a presque doublé sa population depuis les 300 hab. de 1999; le nombre d’habitants était descendu de 610 hab. en 1800 à 185 en 1962 et croît depuis.

Criquebeuf-la-Campagne (310 Criquebeuvais, 775 ha), 11 km NE du Neubourg, a gagné 120 hab. depuis 1999 (+63%); hameau de Limbeuf au nord.

Daubeuf-la-Campagne (240 Daubeufais, 634 ha), 13 km NE du Neubourg, étire son village le long de la D79; +40 hab. depuis 1999.

Venon (400 Venonais, 507 ha), 11 km ENE du Neubourg, est traversée par la D133 rectiligne et a 120 hab. de plus qu’en 1999 (+43%).

Canappeville (680 Canappevillais, 1 037 ha dont 231 de bois), 15 km à l’est du Neubourg et à 10 km SO de Louviers, a un arboretum depuis 1952, avec centre de formation professionnelle agricole (élevage). Elle a gagné 80 hab. depuis 1999. À l’ouest s’encaisse un vallon sinueux et boisé affluent de l’Iton, qui sépare le finage de celui de Villettes.

Villettes (180 hab., 687 ha dont 221 de bois), 10 km à l’est du Neubourg, a un village-rue nord-sud et un finage bordé de bois sur trois côtés; +50 hab. depuis 1999.

Ecquetot (390 Ecquetotais, 574 ha), 8 km ENE du Neubourg, est traversée par la D79 et, au sud, par la D133 rectiligne; +80 hab. depuis 1999.

Cesseville (490 Cessevillais, 657 ha), 7 km NE du Neubourg, a un village double au milieu du finage. Elle a gagné 160 hab. depuis 1999 (+48%).

Marbeuf (470 Marbeuviens, 848 ha), 5 km à l’est du Neubourg, est traversée par la D133; elle a une fabrique d’éléments en béton (Legouez, 35 sal.) et s’est accrue de 160 hab. après 1999 (+52%).

Saint-Aubin-d’Écrosville (750 Saint-Aubinois, 1 460 ha dont 168 de bois), 7 km à l’est du Neubourg, a un gros village étiré d’ouest en est; il abrite un petit atelier de fabrication de pièces anatomiques dans la tradition du docteur Louis Auzoux, célèbre médecin localement honoré, né à Saint-Aubin en 1797 et mort en 1880, qui mit au point des procédures efficaces de moulage de parties du corps humain. Au sud-est, où le terrain s’accidente d’un vallon boisé, affluent de l’Iton, se dresse un beau château Louis XIII de 1640 en brique et pierre. Au sud-ouest, gros hameau du Mesnil-Broquet. La commune a gagné 160 hab. depuis 1999 (+27%).

Les autres communes sont au sud-est du Neubourg.

Écauville (110 Écauvillais, 335 ha) est à 7 km ESE du Neubourg; hameau du Beuhérin au SO. La commune a une petite enclave vide de 25 ha, à l’est entre les finages de Feuguerolles et de Quittebeuf, dite la Fieffe Harou.

Feuguerolles (180 Feuguerollais, 820 ha dont 411 de bois), a un village-rue de 2 km ouest-est à 12 km ESE du Neubourg; le finage est boisé et accidenté à l’est et au nord par des vallons descendant vers l’Iton.

Hondouville (820 Hondouvillais, 688 ha dont 316 de bois), 15 km ESE du Neubourg 13 km SSO de Louviers, a son village dans la vallée de l’Iton. Tout à l’est s’étale une grosse papeterie du groupe suédois Essity (ouate et produits d’hygiène, 530 sal., groupe Svenska Cellulosa SCA, reprise en 2011 au groupe Georgia Pacific qui l’avait acquise de Kaysersberg); fabrique de peintures Safe (45 sal.), menuiserie Sauvage (20 sal.). Le finage est boisé au nord sur le plateau accidenté où est Canappeville; +90 hab. depuis 1999.

Houetteville (210 Houettevillais, 685 ha dont 438 de bois), 15 km ESE du Neubourg, est juste en amont d’Houdeville au bord de l’Iton; son finage est accidenté à l’ouest par la vallée d’un affluent encaissé et sinueux de l’Iton. Au-dessus du défilé entre la Grande Brèche et la Côte Mal Gardée, se voit un gros château néogothique du 19e s. aux allures de décor pour cinéma hollywoodien.

Brosville (660 Brosvillais, 720 ha dont 253 de bois), 17 km ESE du Neubourg, 12 km NNO d’Évreux, est un autre village dans la vallée de l’Iton. Il abrite un centre de cure postalcoolique (clinique Les Bruyères, 30 sal.) et une maison de retraite (Les Feuillans, 45 sal.). Le finage monte un peu sur le plateau, plus à l’ouest qu’à l’est.

Bérengeville-la-Campagne (320 Bérengevillais, 919 ha dont 243 de bois), 14 km ESE du Neubourg, est un village du plateau; il s’orne d’un château de la fin du 17e s., de brique et de grande élévation, avec parc; +60 hab. depuis 1999.

Quittebeuf (660 Quittebeuviens, 1 345 ha), 9 km ESE du Neubourg, étire son habitat en un village-rue de 2 600 m de long, et y ajoute deux petits hameaux. Au sud-ouest est apparu un parc de quatre éoliennes Senvion (8,2 MW) de la société chinoise CGN EE. La commune a 130 hab. de plus qu’en 1999.

Bacquepuis (320 Bacquepuisiens, 509 ha), 12 km ESE du Neubourg, est au croisement des D60 et 39.

Bernienville (290 Bernienvillois, 781 ha), 12 km SE du Neubourg,12 km NO d’Évreux, propose un jardin de la Closerie aux Vivaces; +40 hab. depuis 1999.

Tournedos-Bois-Hubert (460 Tournubertais, 799 ha), 13 km SE du Neubourg, est issue d’une fusion de 1845. Bois-Hubert est juste un hameau au sud du village de Tournedos, suivi plus au sud par le hameau du Fay. La D613 traverse le finage au nord. La commune a gagné 140 hab. depuis 1999 (+44%).

Graveron-Sémerville (300 Graveron-Sémervillais, 803 ha), 10 km SO du Neubourg, vient d’une ancienne fusion de trois communes représentées encore par trois hameaux: Sémerville au nord, Graveron au centre-est, et Saint-Melain au sud, dont le nom ne fut pas retenu. Graveron a un beau château de brique et pierre du 17e s., la mairie et l’école.

Sainte-Colombe-la-Commanderie (840 Sainte-Colombans, 1 086 ha), 7 km SSE du Neubourg, vient d’une fusion plus récente (1964). Sainte-Colombe-la-Campagne est au nord, avec un village très aéré, la Commanderie au sud sur la D613; subsiste au SE la Ferme de la Commanderie des templiers. La commune a 240 hab. de plus qu’en 1999 (+40%).

Le Tilleul-Lambert (250 hab., 583 ha), 9 km SSE du Neubourg, a un petit village au NE du finage. La D840 nord-sud traverse le finage tout à l’ouest, passant par les petits hameaux de la Brosse au nord, Dieu-l’Accroisse au sud. La commune a gagné 100 hab. (+40%) depuis 1999.

Émanville (600 Émanvillais, 1 076 ha) est à 12 km au sud du Neubourg, avec un gros village et trois petits hameaux; +130 hab. depuis 1999 (+28%).


Neubourg (Le)

(4 420 Neubourgeois, 991 ha dont 137 de bois) et un ancien chef-lieu de canton de l’Eure, 25 km au NO de la préfecture. C’est depuis fort longtemps un gros centre rural, dont le pays environnant (plaine ou plateau de Neubourg) porte le nom, lequel remonterait à l’époque romaine (Novus Burgus). La ville a une église issue d’une abbaye bénédictine assez tardive, achevée en 1665 et remaniée au 18e s.; musée de l’écorché d’anatomie, en hommage au docteur Auzoux, né aux environs en 1797; musée du charron-forgeron, espace culturel et de loisirs avec expositions, collège et lycée publics, un hôpital local (15 lits, 290 avec l’ehpad et les soins de suite ou à domicile). Au NO du bourg, une extension du finage contient des bois et le golf du Parc du Champ de Bataille, dont le château est à Sainte-Opportune-du-Bosc au NO; il ne commémore aucune bataille attestée mais le nom se retrouve au Bosc-du-Theil, plus au nord. La D840 contourne la ville par l’est, servant de demi-rocade.

Le Neubourg a des industries alimentaires avec le gros abattoir de la Socopa (270 sal.) et les surgelés Ajinomoto (160 sal.), groupe japonais qui a acquis Labeyrie Traiteur en 2017, lui-même ayant succédé à Saveurs de France-Brossard qui avait 250 sal. en 2005. Dans d’autres domaines, grosse fabrique d’emballages pour cosmétiques Aptar (710 sal., groupe états-unien, ex-Valois); métalmécanique Gamet Précision (70 sal.), charrues Bonnel (25 sal.); teillage de lin Brillé-Lamerant au Ressault (35 sal.). Le Neubourg accueille aussi un centre commercial Leclerc (220 sal.) et son annexe Brico-Jardi (60 sal.), un négoce d’animaux Prenor (25 sal.).

La commune a eu environ 2 500 hab. entre 1870 et 1954, puis s’est peuplée davantage; elle a gagné encore 300 habitants après 1999. Elle est le siège de la communauté de communes du pays de Neubourg (36 communes, 18 800 hab.); v. Neubourg (Pays de)

Le nouveau canton du Neubourg a 22 700 hab. 43 communes.