Communauté de communes du Val d’Orne

Orne (Val de l’)

Highslide JS

communauté de communes de l’Orne, associant 17 communes et 5 800 hab. sur 25 400 ha. Le siège est à Putanges-le-Lac, seule commune de plus de 2 000 hab.

Ménil-Hermei (210 Herméens , 661 ha), 12 km NO de Putanges, limitrophe du Calvados, est bornée au sud par la vallée encaissée et quasi-vide de l’Orne. Le petit village est sur le plateau.

Ménil-Vin (58 Ménil-Vinois, 362 ha), 15 km NO de Putanges, est également à la limite du Calvados, avec son village au bord de la Baïze, qui limite le finage au sud.

Bazoches-au-Houlme (480 Bazochiens, 2 864 ha dont 132 de bois), 7 km au nord de Putanges, limitrophe du Calvados au nord, a son village de plateau sur la D909, avec un château ruiné.

Champcerie (160 Camporiciens, 894 ha), 4 km NNE de Putanges est au sud de Bazoches.

Neuvy-au-Houlme (220 Neuviens, 1 562 ha), 8 km NNE de Putanges, est bordée au nord par la vallée de la Bilaine, que longe la limite départementale. Les haras de Fresnay-le-Buffard (45 sal.), à l’est, ont été rendus célèbres depuis qu’en 1919 l’industriel du textile Boussac s’en était rendu propriétaire; un peu au-delà, dolmen des Bignes.

Habloville (330 Hablovillais, 1 170 ha), 10 km ENE de Putanges, a une église du 13e, et au nord le tumulus des Hogues, proche du dolmen des Bignes; hameau de Bissey au sud.

Giel-Courteilles (680 Giélois, 1 258 ha), 5 km à l’est de Putanges, a au sud un orphelinat et un grand établissement d’enseignement agricole (collège, lycée agricole, lycée professionnel) des salésiens de Don Bosco; haras de l’Orne (25 sal.) au NE; menhir de la Courbe à l’extrême sud au bord de l’Orne. Giel et Courteilles sont deux hameaux, dont les communes ont été réunies en 1965. En 1999, la population était donnée pour 1 040 hab. dont 690 comptés à part; ceux-ci ne sont plus que 250 en 2019 en raison de la révision des définitions. La «population municipale» est passée en même temps de 350 à 430 hab. et a donc augmenté.

Un autre groupe de communes est au sud et à l’ouest de Putanges.

Les Yveteaux (110 hab., 579 ha), 9 km SSO de Putanges, est une commune sans village, traversée par la voie ferrée Paris-Granville, dont la gare a fixé quelques habitations. Au sud, château de la Cour, avec étangs; au nord-est, château des Ostieux, avec étang.

Montreuil-au-Houlme (140 Montreuillais, 782 ha) est à 12 km au sud de Putanges; plusieurs vallons se réunissent pour former la Moire, affluent de l’Orne qui coule vers le NE.

Faverolles (150 hab., 1 057 ha), 12 km SSO de Putanges, à l’ouest de Montreuil, est au contraire tributaire de la Rouvre, qui borde son finage au NO.

Lignou (150 Lignouséens, 761 ha), 15 km SO de Putanges, est à 5 km SSE de Briouze et bornée à l’est par la Rouvre; château du Bisson (16e s.) avec parc signalé.

Saint-Hilaire-de-Briouze (330 Saint-Hilairiens, 1 363 ha), juste à l’est de Briouze et de la Rouvre, a une fromagerie réputée pour ses camemberts (Gillot, 150 sal.) et une laiterie (Bolaidor, 60 sal.). Son finage est traversé par la D924 et la voie ferrée.; +60 hab. depuis 1999.

Saint-André-de-Briouze (190 Saint-Andréens, 1 221 ha), 11 km SO de Putanges, est au nord de Saint-Hilaire et limitée à l’ouest par la Rouvre et son petit affluent le Bel Argent.

Ménil-Gondouin (180 hab., 917 ha) est 4 km à l’ouest de Putanges, dans un paysage très bocager; ruines du château du Domaine de la Tour au Sacq, au NO.

Craménil (160 Craménilois, 809 ha), 13 km OSO de Putanges, au nord de Briouze, est traversée par la Rouvre, que franchit le vieux pont de la Motte (16e s.); à la limite NE, menhir dit l’Affiloir de Gargantua.

Sainte-Honorine-la-Guillaume (350 Saint-Hono-Guillaumins, 1 487 ha), 11 km ONO de Putanges, a un petit village sur la D15. Le finage est limité à l’ouest par la Rouvre, et traversé par son affluent la Coulandre.


Putanges-le-Lac

(2 260 hab., 7 691 ha dont 870 de bois) est une commune nouvelle de 2016, dans la communauté de communes du Val d’Orne (Orne (Val de l’)), formée par la réunion de neuf communes autour du plan d’eau de Rabodanges.

Putanges-Pont-Écrepin (1 050 Putangeois, 1 012 ha) est un ancien chef-lieu de canton de l’Orne dans l’arrondissement d’Argentan, 20 km à l’ouest de la ville, dans la vallée de l’Orne, sur la rive gauche; usine de pièces pour automobiles Sasic (110 sal.), entreprise de bâtiment Quince (70 sal.)), voyages Gougeul (45 sal.); collège. La commune vient d’une fusion de 1965, Putanges ayant alors 540 hab. et Pont-Écrépin, juste au nord, 300. Leur population a augmenté jusqu’en 1990 puis s’est stabilisée. À l’ouest sur les hauteurs, petit hameau et château du Vieux Putanges.

La Fresnaye-au-Sauvage (230 Fresnayens., 1 198 ha), 4 km au sud de Putanges, occupe la moitié ouest de la partie méridionale de la commune nouvelle et n’a pas de village. Elle accueille l’entreprise de transports Quince (125 sal.) et a gagné 40 hab. depuis 1999. Ménil-Jean (120 Ménil-Jeannais, 704 ha dont 166 de bois) est 6 km SE de Putanges et bordée au nord par la vallée sinueuse et encaissée de l’Orne, que borde un petit espace de loisirs.

Les Rotours (120 Routoiriens, 506 ha) est à 3 km NO de Putanges, sans village, bordée au sud par le plan d’eau de Rabodanges avec un pont tout à l’aval.

Sainte-Croix-sur-Orne (71 Croisés, 381 ha), 6 km NO de Putanges, fait face aux Rotours sur la rive gauche du lac.

Chênedouit (170 Chenedoliens, 893 ha) forme une extension occidentale de la commune nouvelle, 9 km à l’ouest de Putanges avec un habitat dispersé, et le château du Repas.

Saint-Aubert-sur-Orne (110 Saint-Albertins, 969 ha dont 166 de bois) est à 10 km NO de Putanges mais sans village. Le finage atteint à l’est le cours de l’Orne, encaissé en gorge en aval du barrage de Rabodanges, et a une extension en amont du barrage rive gauche.

La Forêt-Auvray (180 Auvraisiens, 1 096 ha dont 200 de bois) est la plus éloignée, formant la partie nord-ouest de la commune nouvelle au-delà de l’Orne; elle a un petit village à 13 km NO de Putanges.

Rabodanges (180 Rabodangeois, 932 ha dont 137 de bois), a son village sur le plateau oriental à 6 km au NO de Putanges, avec son château du 17e au NO. Le barrage, au sud-ouest, de 17 m de haut, a été mis en service en 1960; le lac s’étend sur 95 ha et contient 6 Mm3 d’eau, dont 3,7 utiles; l’usine peut fournir 25 GWh/an.

En dépit des apparences, Putanges et Rabodanges n’ont aucune communauté toponymique. Rabodanges est un ancien Culley, qui a dû prendre au 17e siècle le nom de son seigneur propriétaire, originaire d’Artois sous la forme flamande Rabodinghe. Putanges s’écrivait jadis Putangle, Puto angulo, où angle a le sens de prairies de rive et puto celui de mauvais: une sorte de Mauprat.