Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois

Colombey et Sud Toulois (communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois)

Highslide JS

intercommunalité de Meurthe-et-Moselle au sud-ouest, associant 38 communes et 11 400 hab. sur 37 180 ha. Le siège est à Colombey-les-Belles; aucune commune n’atteint 2 000 hab.

Colombey-les-Belles (1 470 Colombéens, 1 759 ha dont 809 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Toul, 18 km au sud de Toul sur la N74 et la route de Vaucouleurs à Vézelise, longé à l’est par l’A31 (échangeur au nord à Allain). Son finage est limitrophe des Vosges au sud. La voie romaine de Lyon à Trêves borne le finage au NO. Le nom actuel est de 1889. Le village est sur le revers des côtes de Moselle, à l’orée de grands bois, et à 5 km de la Côte de Meuse; collège public, zone d’activités intercommunale; métallerie De Pra Ventilation (70 sal.)., Intermarché (20 sal.). L’A31 offre à l’est dans les bois une double aire de repos. La population croît depuis les 600 habitants des années 1930; elle a augmenté de 160 hab. après 1999.

Allain (490 hab., 1 648 ha dont 880 de bois), 3 km NNE de Colombey, est le site de l’échangeur et du péage n°11 de l’A31, doté d’une zone d’activités; boulangerie Boulanger (35 sal.), traitement d’ordures EBO (35 sal.), travaux publics Pariset (25 sal.). La commune a 90 hab. de plus qu’en 1999.

Bagneux (160 hab., 860 ha dont 177 de bois), 4 km NNO de Colombey, est traversée par la Bouvade à l’ouest, l’A31 et la D674 à l’est.

Barisey-la-Côte (240 hab., 387 ha), 5 km ONO de Colombey, est au pied de la butte-témoin Bonnet (417 m) de l’avant-côte de Meuse, au bord de la voie ferrée; quelques vignes; +80 hab. (+50%) après 1999.

Barisey-au-Plain (400 Barisiens, 1 085 ha dont 194 de bois), 5 km OSO de Colombey, est dans la dépression au bas des Côtes de Meuse, à la réapparition de l’Aroffe et limitrophe des Vosges. La voie romaine Lyon-Trêves traverse le finage à l’est. La population a crû de 70 hab. depuis 1999.

Mont-l’Étroit (90 hab., 642 ha dont 256 de bois), 12 km OSO de Colombey, est sur le flanc sud d’un promontoire de la Côte de Meuse montant à 427 m. Le finage est à la fois limitrophe des Vosges et de la Meuse.

Saulxures-lès-Vannes (380 hab., 1 804 ha dont 882 de bois), 7 km à l’ouest de Colombey, est juste au pied de la Côte de Meuse; quelques vergers; son finage s’étend à l’ouest dans les bois des Hauts de Meuse où il est limitrophe de la Meuse.

Allamps (520 Allampois, 721 ha dont 265 de bois), 8 km ONO de Colombey, est sur le front de la Côte de Meuse face à la butte Bonnet; hameau du Château et verrerie Daum (60 sal.) au SO sur la D4 dans la vallée de l’Aroffe. La cristallerie Daum (groupe Tetard), héritière d’une activité biséculaire, s’est maintenue en se recentrant après la fermeture de la cristallerie de Nancy.

Vannes-le-Châtel (560 Vanneaux, 1 730 ha dont 1 388 de bois), 10 km ONO de Colombey, est juste à l’ouest d’Allamps sur le versant droit de l’Aroffe. Le finage, limitrophe de la Meuse au sud, s’étend au nord sur les Hauts de Meuse dans la forêt de Meine, sur 7 km. Elle propose un Espace Verre aux visiteurs depuis 1996, après un centre de formation; le village a été ainsi classé parmi les «villes et métiers d’art» et comme «pôle national d’innovation» en 1993, doté de plusieurs institutions: un Centre européen de recherches et de formation aux arts verriers (Cerfav, 1991), formant des «compagnons verriers européens»; Cristal ID (Innovation et développement, 1994) pour l’exposition des produits; VIE (Vannes initiatives emploi) pour l’accueil de stagiaires. Elle a cependant 40 hab. de moins qu’en 1999.

Uruffe (330 hab., 1 305 ha dont 402 de bois), 14 km ONO de Colombey, est sur la rive droite de l’Aroffe; le finage s’étend surtout au nord, mais a une partie sur le versant gauche, limitrophe de la Meuse, que couronne la batterie d’Uruffe près de l’ancien fort de Pagny.

Gibeaumeix (170 hab., 780 ha dont 430 de bois), 16 km ONO de Colombey, est 2 km à l’aval d’Uruffe sur la même rive et également limitrophe de la Meuse.

Blénod-lès-Toul (1 080 Béléniens, 1 760 ha dont 1 008 de bois), 13 km NNO de Colombey à 11 km SSO de la Toul, a son village dans une échancrure arboricole de la Côte par où passe la route de Vaucouleurs (D960), sous un fort à la cote 411, et a un Grand Bois sur le plateau; voie ferrée au bas du village; vignes des côtes-de-toul; +120 hab. depuis 1999. Le finage atteint à l’ouest la limite départementale de la Meuse.

Bulligny (550 Bulignaciens, 1 049 ha dont 500 de bois), 8 km NNO de Colombey, est sur le front viticole de la Côte de Meuse (vignes des côtes-de-toul) et a des bois sur le revers, au sud de Blénod; voie ferrée au pied; +70 hab. depuis 1999.

Mont-le-Vignoble (430 hab., 412 ha), 16 km NNO de Colombey, est juste au nord de Blénod sur le front de côte arboricoe, avec des vignes des côtes-de-toul; voie ferrée et D960 à l’est; +40 hab. depuis 1999.

Crézilles (290 Crézillois, 953 ha dont 265 de bois), 7 km au nord de Colombey, est un village de plaine, longé à l’est par l’A31 et la D674; quelques bois à l’est; +60 hab. après 1999.

Moutrot (310 Mutriciens, 726 ha dont 166 de bois), 9 km au nord de Colombey, a son village sur la D674, que l’A31 flanque à l’ouest; +60 hab. depuis 1999.

Ochey (520 hab., 1 806 ha dont 1 018 de bois), 8 km NNE de Colombey et 12 km SSE de Toul, occupe une clairière dans les bois de la plaine, où elle a accueilli un aérodrome ouvert avant 1939 et qui servit ensuite à la Luftwaffe avant d’être agrandi comme base de l’OTAN. L’aérodrome (code LFSO), est occupé par la BA 133, dotée de trois escadrons de chasse; il a une piste en béton de 2 400 m; les installations sont partagées avec Thuilley-aux-Groseilles, avec laquelle Ochey avait d’ailleurs un temps fusionné. La population a augmenté de 190 hab. depuis 1999 (+58%).

Thuilley-aux-Groseilles (420 hab., 912 ha dont 501 de bois), 8 km NE de Colombey sur la route de Nancy, occupe une clairière près de l’aérodrome de Nancy-Ochey. Elle a été associée par fusion avec Ochey de 1971 à 1987; sa population est majoritairement celle de la base aérienne, et soumise comme telle à de fortes fluctuations, parfois purement statistiques. C’est ainsi qu’elle affiche 190 hab. de moins qu’en 1999, à l’inverse d’Ochey. La mention aux-Groseilles est ancienne.

Germiny (230 hab., 1 185 ha dont 208 de bois), 11 km ENE de Colombey, est au bas d’un talus du Jurassique inférieur; +50 hab. depuis 1999.

Crépey (400 Crépeyens, 2 090 ha dont 1 026 de bois), 7 km à l’est de Colombey, tient un beau site de vallon sur l’Uvry dans une échancrure de la côte infrajurassique, face à la butte du Bois d’Anon (439 m) qui est à Goviller (en Saintois). Son finage contient de vastes bois sur le plateau. Sa population avait frôlé le millier d’habitants en 1836; et a baissé jusqu’en 1999, mais elle a repris 120 hab. (+43%) depuis.

Selaincourt (190 hab., 1 086 ha dont 624 de bois), 6 km ESE de Colombey, au pied de la côte, étire son finage boisé sur le plateau à l’ouest, où il atteint l’A31 et la limite départementale.

Dolcourt (130 Dolcourtois, 619 ha dont 150 de bois), 8 km ESE de Colombey, est également au pied de la côte infrajurassique. L’Uvry fixe sa limite au NE; +40 hab. après 1999.

Saulxerotte (100 hab., 315 ha dont 128 de bois), 10 km SE de Colombey, n’a qu’un très petit finage au bas du plateau jurassique, tout près de Favières.

Favières (600 Fabériens, 2 950 ha dont 2 208 de bois), dont le village s’allonge perpendiculairement au pied de côte à 11 km SE de Colombey, englobe aussi une vaste surface boisée sur le revers de la côte dans la forêt domaniale de Saint-Amond, limitrophe des Vosges dont la limite suit le cours supérieur encaissé de l’Aroffe à la limite du finage. La commune avait 1 300 hab. en 1836; elle a gagné 90 hab. après 1999, mais ses ateliers du bois se sont bien réduits.

Le sud du territoire de Colombey a de très petits villages, au-delà de la grande forêt de Saint-Amond et ainsi davantage tournés vers Mirecourt.

Gélaucourt (64 Gillois, 226 ha), 15 km SE de Colombey, est une très petite commune 4 km à l’est de Favières, qui offre à la visite les Jardins d’eau de l’Aubepré.

Battigny (150 Battigniens, 641 ha dont 206 de bois), 13 km SE de Colombey au pied de la côte infrajurassique, a un clocher carré inscrit, et une part de la forêt de Saint-Amond à l’ouest. Elle n’avait plus que 90 hab. en 1999.

Vandeléville (220 hab., 986 ha dont 459 de bois), 16 km SE de Colombey, 5 km au SE de Favières dans un vallon qui accidente la côte, fait face à la butte de Sion-Vaudémont (5 km à l’est) et a aussi une part des bois du plateau.

Fécocourt (110 hab., 786 ha dont 246 de bois), 19 km SE de Colombey, est au pied du talus accusé du Jurassique inférieur, dans la vallée du Brénon.

Pulney (57 hab., 440 ha dont 128 de bois), 21 km SE de Colombey, est sur le versant occidental d’une longue butte proche de celle de Vaudémont et montant à 492 m au-dessus du village. Le Brénon coule à l’ouest.

Courcelles (100 hab., 431 ha), 25 km SE de Colombey, est limitrophe des Vosges au pied des reliefs.

Grimonviller (90 Grimonvillois, 478 ha), 22 km SE de Colombey, est au pied du talus infrajurassique.

Aboncourt (100 Aboncourtois, 693 ha), 27 km SSE de Colombey et 17 km ONO de Mirecourt, est limitrophe des Vosges, au pied du plateau infrajurassique.

Beuvezin (100 hab., 772 ha), 25 km SSE de Colombey, limitrophe des Vosges, est dans le vallon du Jard qui modèle le plateau.

Tramont-Lassus (90 hab., 576 ha dont 173 de bois), 23 km SSE de Colombey, limitrophe des Vosges, est sur le plateau jurassique dans le vallon de l’Aroffe, qui y a sa source.

Tramont-Émy (29 hab., 391 ha dont 225de bois), 22 km SSE de Colombey, est au bord de l’Aroffe entre les deux autres Tramont, et limitrophe des Vosges.

Tramont-Saint-André (57 hab., 688 ha dont 322 de bois), 21 km SSE de Colombey, est au bord de l’Aroffe, limitrophe des Vosges et de la commune vosgienne d’Aroffe.

Gémonville (77 hab., 903 ha dont 268 de bois), 16 km au sud de Colombey, limitrophe des Vosges, a son village au bord de l’Aroffe; son finage dessine une avancée dans le territoire de l’Ouest des Vosges, en raison de l’inclusion à l’est du finage très enclavé d’Aroffe. L’A31 traverse l’angle SO de la commune.

Vicherey (210 hab., 588 ha), 24 km SSE de Colombey, 26 km ENE de Neufchâteau, est une commune des Vosges, limitrophe de la Meurthe-et-Moselle, dans la vallée du Jard, a choisi d’adhérer à l’intercommunalité de Colombey et du Sud Toulois.