Communauté de communes de l'Oust à Brocéliande

Oust à Brocéliande (Communauté (de l’))

Highslide JS

intercommunalité à l’est du Morbihan, siégeant à Malestroit; 30 communes, 41 600 hab. sur 68 650. Outre Malestroit, elle a 4 communes de plus de 2 000 hab.: Guer, Carentoir, La Gacilly à la limite de l’Ille-et-Vilaine à l’est, et Sérent à l’ouest.

Missiriac (1 150 Missiriacois, 1 347 ha), 5 km NE de Malestroit, a une laiterie-fromagerie du groupe Entremont (215 sal., spécialité d’emmental) et fait partie des villes fleuries (3 fleurs); châteaux de la Morlaye à l’ouest, le Guen à l’est; l’Oust borde le finage à l’ouest, le canal de Nantes à Brest au sud; +210 hab. depuis 1999.

Saint-Congard (760 Saint-Congardais, 2 187 ha dont 436 de bois) est sur la rive droite de l’Oust peu avant le confluent avec la Claie. Le finage s’étire le long de l’Oust; qui englobe la forêt de la Censie au-dessus de l’Oust à l’est de Malestroit; ancienne abbaye de Camaldules, au nord, menhir du Bégué au sud, allée couverte du Mont Hersé au SE camping; +210 hab. depuis 1999.

Pleucadeuc (1 800 Pleucadeuciens, 3 456 ha dont 816 de bois), 7 km au sud de Malestroit, est traversée par la vallée de la Claie, et contient une partie de la forêt de Lanvaux au SO, ainsi que de l’étang de Gournava. Elle abrite les grosses installations de l’usine de volailles Galina du groupe Doux (450 sal.); une société locale BCF (Bretagne Chimie Fine, 120 sal.) traite les plumes, la Compagnie Alimentaire Pleucadienne (CAP-Diana, issue du groupe Guyomarc’h) a deux ateliers de transformation de viandes (110 et 55 sal.), avec une spécialité de bardes de porc; plastiques Saric (30 sal.). La commune, en légère croissance depuis 1975, et qui a gagné 270 hab. après 1999, compte curieusement de nombreux jumeaux (une trentaine de paires), ce qui lui a donné l’idée d’organiser des «rencontres internationales de la gémellité», attirant plusieurs milliers de personnes…

Saint-Marcel (1 100 Marcellais, 1 281 ha), juste à l’ouest de Malestroit, a un musée de la Résistance; robinetterie industrielle du groupe Parker Hannifin ex-Legris (190 sal.), plus un centre d’appels Phonyr (220 sal.), une métallerie OTS (35 sal.)et un supermarché U (45 sal.). atelier protégé des Ateliers de l’Ouest (35 sal.). Au NE, la limite communale suit le cours de l’Oust et inclut ainsi une fraction de l’ancien canal de Nantes à Brest; zone d’activités aux abords de Malestroit à l’est. La commune a gagné 230 hab. depuis 1999.

Bohal (820 Bohalais, 845 ha dont 241 de bois), 6 km au SO du chef-lieu, dont le territoire est traversé par la Claie d’ouest en est et la N166 du SO (échangeur) au NE (aire de repos du Maquis de la Nouette), abrite au nord le château de l’Abbaye, du 18e s.; machines à traire SMME (TSE, 25 sal.), maçonnerie Dany (25 sal.). Sa population s’est accrue de 300 hab. depuis 1999, plus de la moitié…

Saint-Guyomard (1 380 Guyomardais, 1 966 ha dont 489 de bois), 13 km OSO de Malestroit a gagné 560 hab. dans le même temps, soit +68%; musée de la fourrure, château de Brignac (15e et 18e s.) et Menhir Fourchu au NO, aire de repos de la N166 au sud; la limite communale suit la Claie au nord.

Lizio (750 Liziotais, 1 695 ha), à 15 km NO de Malestroit, est une «petite cité de caractère» aux belles maisons de granite, avec poteries, artistes et artisans, écomusée des Vieux métiers, musée d’un Poète ferrailleur, insectarium, élevage de cervidés et sangliers; un camping; sa population est stable. Au NE, la commune partage avec Saint-Servant-sur-Oust un parc de six éoliennes Enercon de 82 m (12 MW, 30 GWh) ouvert en 2009 (FEIH-Predica, par Engie et Crédit Agricole).

Saint-Abraham (570 Abrahamais, 667 ha) est juste au nord de Malestroit et accueille les transports Giscquel (40 sal.), les installations électriques Brocéliande EPCMP (30 sal.); échangeur de la N199; +100 hab. depuis 1999. La limite sud suit l’Oust, confondu avec le canal de Nantes à Brest.

Caro (1 210 Carotins, 3 774 ha dont 361 de bois), à 9 km NE de Malestroit, a un finage plus étendu que les précédentes, qui touche à l’Oust à l’extrémité SO et frôle les bois de la Grée au NE; château du Clyo au SO, château Bodel au SE; plusieurs allées couvertes au sud et l’ouest du bourg; couvoir Josset (45 sal.); +100 hab. depuis 1999.

Augan (1 610 Alganais, 4 093 ha dont 469 de bois), à 21 km NE de Malestroit et 12 km ESE de Ploërmel, est traversée par l’Oyon; au NE, le finage mord sur le camp et la forêt de Coëtquidan (Bois du Loup, avec château de ce nom, et dolmen dit Ruine de Roërmand, et la N24 le traverse; bois de la Grée au SE, allée couverte la Roche des Fées à la Coudraie au sud; carrosserie Labbé-Roitel (25 sal.). La population a augmenté de 300 hab. depuis 1999.

Porcaro (730 Porcaréens, 1 573 ha) est 6 km à l’ouest de Guer. L’Oyon passe au sud du bourg, la N24 au nord; le nord du finage est dans le camp de Coëtquidan (champ de tir); château des Touches, camping; +210 hab. depuis 1999 (+40%).

Beignon (1 880 Beignonnais, 2 487 ha dont 300 de bois), 10 km au NNO de Guer, est limitrophe de l’Ille-et-Vilaine et à l’angle NE du territoire intercommunal. Sa partie occidentale est dans la forêt et comprend plusieurs éléments du camp de Coëtquidan, dont l’aérodrome tout au SO. L’Aff fixe la limite communale à l’est. La commune a gagné 850 hab. depuis 1999 (+83%); elle a un musée Gabriel-Deshayes et des ateliers: fermetures plastiques Fenetrea ex-FMPB (380 sal.), articles de sports Sport-Nature (35 sal.), Morlaisienne de salaisons (35 sal.), médicaments Panpharma (45 sal.), chaudronnerie Métal-Performance (30 sal.), blanchisserie Anett Deux (80 sal.).

Saint-Malo-de-Beignon (520 Maloins, 349 ha), a un petit territoire juste au SE de Beignon mais contient au nord la base de loisirs d’Aleth et au sud une partie des bâtiments du camp de Coëtquidan, le reste étant sur le territoire de Guer. Le camp a été créé en 1843, et porté de 500 à 8 000 ha en 1908. La population de la commune a diminué depuis 1999, en liaison avec les variations d’effectifs du camp.

Cournon (790 Cournonnais, 1 087 ha dont 310 de bois), 3 km au SE de La Gacilly, occupe un vallon entre deux barres de relief et dessine un saillant dans l’Ille-et-Vilaine;; Knauf (plastiques pour construction, 45 sal.), hôtel et thalasso La Gréée des Landes (50 sal.); dolmen des Tablettes à l’ouest. La commune a gagné 150 hab. depuis 1999.

Monteneuf (790 Monteneuviens, 3 062 ha dont 520 de bois) est à 8 km OSO de Guer, au sein d’un petit massif boisé ordo-silurien assez pauvre et en net dépeuplement; mais la commune a repris 120 hab. depuis 1999: château de la Voltais (18e s.) au NE, château et menhir de la Grée de Callac à la limite NO, camping au bourg avec petit étang. Au NE dans les Landes de Monteneuf, plusieurs mégalithes dont l’alignement des Pierres Droites.

Trois petites communes se suivent du nord au sud, et conservent une population stable. Réminiac (390 Réminiacois, 1 215 ha) est à 12 km ENE de Maslestroit, 11 km OSO de Guer, à l’angle SE de son finage, avec le menhir de Trobert. Tréal (670 hab., 1 928 ha) est à 8 km NO de Carentoir, 13 km ENE de Malestroit; château de Préclos à l’ouest. Saint-Nicolas-du Tertre (480 Nicolasiens, 1 293 ha) est 13 km à l’est de Maestroit.

Saint-Martin-sur-Oust (1 380 Martinais, 2 824 ha dont 495 de bois) est à 14 km SE de Malestroit; cartonnages Martinet et Hirondelle (45 sal.), scierie Année (30 sal.), camping. Au nord, l’étang de Vaulaurent alimente un moulin entre deux barres de relief; l’Oust, dont le nom n’a été ajouté qu’en 2008, fixe les limites ouest et sud de la commune, avec le canal de Nantes à Brest; château de Castellan (1589), +60 hab. depuis 1999.

Saint-Laurent-sur-Oust (370 Laurentins, 388 ha), qui a gagné 90 hab. dans le même temps, est à 6 km à l’est de Malestroit et de l’Oust et a obtenu de compléter son nom en 1995. Au sud, sur la butte dominant l’Oust et le château de Beaumont, mégalithes du Courtil des Fées.

Ruffiac (1 490 Ruffiacois, 3 647 ha dont 401 de bois) est 8 km à l’est de Malestroit; beau manoir de Balangeard (de 1634, restauré) au sud de la commune, avec parc; château de la Ruée à l’est; maison familiale rurale de 75 élèves, charpentes Rolland (25 sal.); +100 hab. depuis 1999.


Carentoir

(3 360 Carentoriens, 7 287 ha dont 1 003 de bois) est une commune nouvelle du Morbihan à la limite de l’Ille-et-Vilaine, dans la communauté de l’Oust à Brocéliande, 7 km au nord de La Gacilly. Elle résulte de la fusion en 2017 de Carentoir (2 810 hab., 5 902 ha dont 801 de bois) avec sa voisine de l’est Quelneuc (560 Quelneucois, 1 385 ha dont 201 de bois). Elle dispose d’un hôpital rural (70 emplois, 10 lits). Le finage communal inclut au bourg deux étangs dont celui de Beauché, au nord-ouest la forêt de la Bourdonnaye, à l’orée de laquelle sont le château de même nom (15e et 19e s.) et l’étang du Moulin du Val sur le Rahun; château de la Herblinaye (17e s.) à l’ouest du bourg. Au nord de Quelneuc, le château de la Ville Quéno domine le cours sinueux de l’Aff, qui borne à l’est le finage. Une voie ancienne, à la limite nord de la commune, partagée avec Guer, porte le nom de Chaussée d’Ahès.

Carentoir est le lieu d’une réussite d’entrepreneur, celle des frères Guillemot, qui ont prospéré dans l’informatique ludique; ils ont créé la société Ubisoft (20 sal.) qui produit de nombreux jeux (Hercules, Thrustmaster, etc.) et divers produits vidéo; la société Guillemot emploie en outre 35 sal. aux services. La commune a un centre de formation d’adultes (Maison rurale de Bretagne) et un parc zoologique contenant toutes sortes d’animaux d’élevage, dit «Ferme du Monde», au Bois Brassu, associé à un centre d’aide par le travail de laiterie (Bois Jumel, 110 sal.); parc d’aventure et de loisirs au village de Quelneuc. S’ajoutent une fabrique de portails en plastique Vendôme Fermetures (groupe vendéen VM Matériaux par Atlantem, 110 sal.) plus les plastiques Sopac (30 et 25 sal.), un entrepreneur de réseaux pour fluides (R2AE, 20 sal.), magasin Super-U (65 sal.), camping. La population, qui diminuait depuis 1890, s’est stabilisée après 1960 puis a augmenté de 240 hab. depuis 1999.


Gacilly (La)

(4 040 Gaciliens, 3 798 ha dont 701 de bois) est une commune nouvelle du Morbihan dans l’arrondissement de Vannes, 56 km à l’ENE de Vannes et à 14 km au NNO de Redon dans la communauté de l’Oust à Brocéliande. Elle résulte de la fusion en 2017 entre La Gacilly (2 320 hab.,1 648 ha dont 360 de bois), La Chapelle-Gaceline (800 Gaceliniens, 780 ha) au nord-est et Glénac (920 Glénacois, 1 370 ha dont 320 de bois) au sud. La ville est au bord de l’Aff, affluent de l’Oust qui vient de la forêt de Paimpont et qui s’encaisse à la traversée des barres de quartzites ordoviciens. Elle possède un collège privé, un centre d’aide par le travail, une maison de retraite (100 sal.); fabrique de moteurs électriques TechInter (40 sal.), menuiserie OG (20 sal.), conditionnement à façon les Primevères (25 sal.), peinture Letournel (30 sal.), supermarché Casino (25 sal.), transports par autocars Morand (45 sal.), La Poste (30 sal.).

La Gacilly est connue à un double titre. C’est le fief de la firme Yves Rocher, spécialiste des cosmétiques, qui a été créée en 1959 par un commerçant local (mort en 2009), désireux de ne pas en rester à la chapellerie dont il avait hérité et de trouver une spécialité plus prometteuse. La firme, dont le siège et le principal laboratoire restent à La Gacilly avec cinq unités de 520, 390, 280, 170 et 100 sal., plus deux unités Stanhome (vente par correspondance, 50 sal. et conditionnement à façon, 50 sal.), soit un total de 1 560 sal., a grandi jusqu’à salarier plus de 15 000 personnes dans le monde, dont 2 500 dans le Morbihan (avec Ploërmel, Rieux et Guillac), et 2 000 magasins franchisés, un chiffre d’affaires annuel de deux milliards d’euros. La majorité du capital est restée dans la famille. La vente de linge par correspondance Françoise Saget (200 sal.) aux Fougerêts fait partie du groupe, qui d’autre part a racheté la marque Petit Bateau et possède aussi les marques Dr. Pierre Ricaud et Daniel Jouvence.

L’autre aspect, d’ailleurs lié au précédent et à l’élaboration duquel la firme a pris part, est la promotion de l’environnement local; La Gacilly fait partie des «villages fleuris» (3 fleurs), accueille artistes et artisans d’art et un festival des métiers d’art; outre un arboretum, un végétarium-musée avec labyrinthe a été ouvert en 1998 par la collaboration du Muséum d’histoire naturelle et d’Yves Rocher (plantes essentielles). La Gacilly s’intéresse aussi aux promenades fluviales, îles et étangs que le canton partage, au sud, avec ceux d’Allaire et de Redon. Son finage contient à l’ouest la Forêt Noire et une partie de la Forêt de Couesmé. La population de la commune avait décliné de 1900 (1 700 hab.) à 1960 (1 100); elle a crû depuis, avant de se stabiliser.

La Chapelle-Gaceline est à 2 km au NE de La Gacilly au-dessus du confluent de l’Aff et du Rahun; son finage est bordé par l’Aff au sud; meubles Possémé (30 sal.), restauration collective Ansamble (40 sal.); château du Boschet au nord-ouest, refait en 1905 sur le site d’une ancienne seigneurie. La population a augmenté de 280 hab. depuis 1999.

Glénac est au confluent de l’Aff et de l’Oust et possède un hippodrome au NE au bord de l’Aff, des marais classés et un jardin paysager; au nord, s’étend la Forêt Neuve, avec à l’orée le château de même nom; +80 hab. après 1999.


Guer

(6 570 Guérois, 5 211 ha dont 696 de bois) est un ancien chef-lieu de canton du Morbihan à la limite de l’Ille-et-Vilaine, 58 km au NE de Vannes, 50 km à l’OSO de Rennes (communauté de l’Oust à Brocéliande). La commune est surtout connue pour abriter le complexe militaire de Coëtquidan, créé en 1802 et qui forme une petite ville à 5 km au NNO du bourg, autour du Cofat (Commandement des organismes de formation de l’armée de terre) et de l’école d’officiers ESM (école spéciale militaire) transférée de Saint-Cyr en 1959; s’y ajoutent l’école militaire interarmes (1961) et l’école militaire du corps technique et administratif (1977).

Guer a aussi un collège public et un privé, un lycée professionnel public et une préparation de professeurs des écoles, une maison de retraite (55 sal.). La principale entreprise est Mix-Buffet (salades et autres aliments préparés, famille Le Hir), passée de 230 sal. en 2005 à 590 en 2017; découpage Bretagne Laser (30 sal.), peinture Garel (35 sal.); supermarché Carrefour (40 sal.), Intermarché (30 sal.); négoce de matériel électrique ACD Piles (20 sal.); conditionnement à façon GC Logistic (70 sal.); transports Antoine (55 sal.) et Robert (35 sal.), autocars Herviaux (25 sal.). La commune abrite également un gros établissement de la Saria, vendue en 1995 au groupe allemand Rethmann, spécialiste de l’équarrissage et des farines animales, qui a une dizaine d’usines en France, dont une autre à Plouvara; l’établissement traite des viandes «à haut risque» sous le nom de Secanim (40 sal.).

Le finage est allongé du nord au sud. Il est bordé à l’est par l’Aff, et parcouru par l’Oyon, qui confluent au sud du bourg sous la Butte de la Motte. Au sud du finage s’isole le château de Coëtbo (14e, 17e et 19e s., qui logea au 19e s. une école d’agriculture) à l’ouest, ancien prieuré Saint-Étienne. La N24 traverse le finage entre Coëtquidan et le bourg, avec un échangeur fixant le parc d’activité du Val Coric; château du Tertre à l’est. La population communale a connu un maximum entre 1936 et 1954 (7 000 hab. sdc), avant de décliner avec constance, perdant encore 220 hab. après 1999, mais ces comptages sont sensibles aux changements de définition de la population «comptée à part», celle du camp militaire. Le nouveau canton de Guer a 26 communes et 39 600 hab.


Malestroit

(2 540 Malestroyens, 581 ha) est un ancien chef-lieu de canton du Morbihan dans l’arrondissement de Vannes, 36 km au NE de la préfecture, au bord de l’Oust et du canal de Nantes à Brest dans la communauté de l’Oust à Brocéliande. Malestroit, ancienne baronnie qui vécut longtemps des toiles de lin et de chanvre, figure dans les «petites cités de caractère» grâce à son centre aux maisons anciennes, avec halles; maison-musée de l’eau et de la pêche sur le canal; festival folklorique. Le bourg est sur la rive droite de l’Oust, mais dispose de faubourgs étoffés de l’autre côté; zone industrielle de Tirpen au SO, en partage avec Saint-Marcel.

La commune a un collège public et un privé, un lycée technique agricole privé, une clinique (185 sal., 91 lits) et un hôpital rural (110 sal., 8 lits médicaux); atelier de tôlerie OTS (130 sal.); étanchéification Hervieux (35 sal.), transports Blueroad (80 sal.); supermarché Casino (30 sal.), La Poste (25 sal.); camping et sports nautiques. La population a crû de 1900 à 1975 et s’est à peu près stabilisée depuis. Malestroit est le siège de la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande, qui rassemble 30 communes, 41 600 hab. sur 68 650 ha.


Sérent

(3 100 Sérentais, 5 967 ha dont 1 540 de bois) est une commune du Morbihan dans la communauté d’Oust à Brocéliande, 9 km à l’ouest de Malestroit; une usine de volailles Celvia (220 sal., groupe LDC, ex-Doux), une fabrique de palettes de bois Technipal (groupe PGS, 50), chaudronnerie Metalia (55 sal.), charpentes IC-Bois (60 sal.) et lamellés-collés Gauthier (25 sal.), aliments diététiques P. Caron (25 sal.); lignes électriques SER (groupe Ledu, 40 sal.). Le finage atteint au sud le cours de la Claie, au nord celui du Tromeur. Sérent a une église classée du 15e s., une chapelle classée du 16e s. au nord-ouest, le château de la Salle (16e s.) au sud-ouest du bourg et le manoir de Tromeur (15e s.) au nord. Les vastes landes de Pinieux, au sud, sont maintenant boisées. La N166 passe au sud-est du finage, où sont un échangeur et la zone d’activités du Gros Chêne. Au NE, le territoire atteint l’Oust et le canal de Nantes à Brest. La population s’est accrue de 320 hab. après 1999.