Communauté d’agglomération du Grand Guéret

Guéret (Grand)

Highslide JS

communauté d’agglomération, la seule de la Creuse, rassemblant 25 communes, 29 400 hab., 44 800 ha et siégeant à Guéret. Outre celle-ci, seules Sainte-Feyre au SE et Saint-Sulpice-le-Guérétois au NO ont plus de 2 000 hab.

La Saunière (620 Saunièreux, 750 ha dont 205 de bois) est à 9 km au SE de Guéret au-delà de Sainte-Feyre, à 450 m; le gros château de Théret, aux multiples tours et au bord d’un étang, est des 15e et 17e s. et a été révisé au 20e. La commune est traversée par la D942 et la voie ferrée vers Aubusson; +50 hab. depuis 1999.

Saint-Laurent (700 Saint-Laurentais, 1 293 ha), 8 km à l’est de la préfecture sur le plateau qui domine la Creuse, à 578 m, accueille l’aérodrome de Guéret, qui sert à un aéroclub et à un club de parachutisme; mais un petit aéroport mieux équipé pour les liaisons d’affaires a été ouvert en partage avec Montluçon, beaucoup plus à l’est à Lépaud. La Creuse fixe la limite orientale du finage; +160 hab. depuis 1999.

Ajain (1 160 hab., 3 314 ha dont 783 de bois) est au-delà de la Creuse, 13 km au NE de Guéret à 486 m, sur le tracé de la N145 qui frôle le village et offre un accès; étangs de Signolles et de Champroy au nord, appréciés des pêcheurs. Le finage atteint au SO le cours de la Creuse. La commune héberge un centre hospitalier départemental de long séjour. Elle a gagné 110 hab. depuis 1999; sa population augmente depuis 1975 (890 hab.); mais elle fut presque de 2 000 hab. entre 1870 et 1900.

Glénic (670 hab., 2 760 ha dont 547 de bois), 8 km NNE de Guérec, a un petit village juché sur un étroit promontoire dominant la Creuse, rive droite; église fortifiée à peintures murales. Le finage s’étend largement à l’est de la Creuse, mais comprend une annexe rive gauche au droit du village, avec le hameau du Pont.

Jouillat (430 hab., 2 244 ha dont 535 de bois) est sur le plateau oriental, 6 km au nord de Glénic près de la D940; église du 12e s. enrichie d’une galerie de figures sur modillons, et château du 13e s. à quatre tours. Tout à l’ouest, le finage atteint la Creuse, où a été aménagée la base de loisirs nautiques de Lavaud sur le lac de barrage de Champsanglard. Il s’étend vers le nord, où sont les gros hameaux de Villecoulon et le Breuil.

Saint-Fiel (1 060 Fidéliens, 1 672 ha) est à 5 km au NNE de Guéret; église (inscrite) du 13e s., château (inscrit) du 18e; le finage atteint à l’est le cours de la Creuse. Au sud, le passage de la D940 s’est accompagné de la diffusion de nombreux pavillons à Laschamps de Chavanat et la Vergne. la commune a gagné 270 hab. depuis 1999, un record en Creuse.

Anzême (590 Anzêmois, 2 950 ha dont 530 de bois ) est à 11 km au nord de Guéret, avec un village perché au-dessus de la gorge de la Creuse; son habitat s’allonge vers le sud jusqu’au hameau de Montbut. À l’est, le grand méandre encaissé de la Creuse est rehaussé par le plan d’eau du barrage de Champsanglard; base de loisirs et camping au bord de l’eau sur le lobe de méandre, sous le hameau de Péchadoire. Au NO, les eaux du barrage de Chézelles ornent les gorges, et le finage s’étend au nord de la Creuse dans le quartier de Jupille, où se remarquent sous le hameau les Rochers de Jupille.

Bussière-Dunoise (1 050 Bussièrois , 4 113 ha dont 853 de bois, est une grande commune dont le centre est à 16 km au NO de Guéret, à 400 m; juste au SE, l’étang de la Vergne a base de loisirs et camping; au sud, le Maumont, boisé, monte à 615 m; atelier de décolletage et micro-mécanique (AMB, 40 sal.). Elle a 70 hab. de moins qu’en 1999.

Saint-Vaury (1 880 Saint-Valériens, 4 650 ha dont 1 860 de bois) est un bourg à 450 m, 11 km ONO de Guéret, à laquelle le relie la N145. Juste au nord, les étangs de la Ville et de la Valette (camping et base de loisirs) rehaussent le cadre du nouvel hôpital de Guéret, que domine au nord la grosse butte isolée des Trois Cornes, qui monte à 634 m; église inscrite du 11e s. au bourg, château de Cholet à l’est; foire à l’ail et aux ânes; un collège public. La population communale a connu un maximum à 2 800 hab. en 1901; elle était descendue à 1 700 hab. en 1954 avant de remonter à 2 400 en 1970, puis de diminuer à nouveau, perdant 180 hab. depuis 1999. Le nouveau canton de Saint-Vaury a 9 600 hab., 11 communes.

Saint-Léger-le-Guérétois (440 hab., 1 398 ha dont 392 de bois) est à 7 km au SO de Guéret, au pied du massif boisé du Maupuy, qui monte à 685 m et le sépare de Guéret. Le lieu est équipé pour la visite et possède des sites de vol libre. Au SO du village, le hameau du Pradeau offre un écomusée.

La Brionne (450 Brionnais, 708 ha) est à 9 km à l’ouest de Guéret, dépourvue de vrai village, mais avec une gare sur la voie de Guéret à Saint-Sulpice-Laurière, et un chantier de travaux publics du groupe Colas (60 sal.), et s’est accrue de 80 hab. après 1999. Au SE, le jardin du Val Maubrune se visite.

Saint-Silvain-Montaigut (210 hab., 955 ha dont 207 de bois), est 14 km OSO de Guéret au bord de la Gartempe.

Gartempe (120 Gartempois, 949 dont 230 de bois) est juste en aval, 16 km OSO de Guéret.

Montaigut-le-Blanc (410 Montacutins, 1 723 ha dont 310 de bois) est à 18 km OSO de Guéret sur la D914; au nord du finage, le gros hameau de la Petite Neuville a grandi autour d’une gare; non loin, le Grand Montaigut conserve le donjon ruiné d’un gros château féodal disparu.

Saint-Victor-en-Marche (400 hab., 1 662 ha dont 515 de bois) est à11 km SO de Guéret à 460 m; église inscrite du 14e s.

La Chapelle-Taillefert (430 Chapelauds, 1 411 ha dont 750 de bois) est à 12 km SSO de Guéret, en relief accidenté; le finage est étiré du nord au sud, et marqué au nord par la grosse butte du Puy de Chiroux (690 m); camping; +70 hab. depuis 1999.

Saint-Éloi (230 hab., 1 560 ha dont 736 de bois) est un peu isolée dans les reliefs boisés, à 16 km SSO de Guéret; le finage est toutefois traversé par la D940A qui va vers Bourganeuf.

Saint-Christophe (150 hab., 779 ha dont 202 de bois) est à 11 km au sud de Guéret dans une petite plaine, à 490 m. La commune est traversée par la D940 du nord au sud.

Savennes (230 Savennois, 693 ha dont 278 de bois) est dans un petit bassin au sud des hauteurs de Chabrières et de Sainte-Feyre, 9 km au sud de Guéret; hameau de Badant au nord.


Guéret

(13 980 Guérétois, 2 621 ha dont 347 de bois) est la préfecture de la Creuse. La ville est à 5 km à l’ouest de la vallée de la Creuse, à 436 m sur le bas plateau juste au pied de reliefs qui l’abritent des vents d’ouest. Elle a grandi autour d’un monastère, depuis longtemps disparu, puis a gagné des fonctions administratives avec une sénéchaussée en 1514. Le vieux noyau se lit à l’ouest du boulevard Carnot, dans le lacis de vieilles rues autour de l’église, et abrite un musée d’archéologie (Louis Lacrocq). Au sud, l’hôtel des Moneyroux, du 15e s., très bien restauré, est devenu l’hôtel du département, à côté de la préfecture. À l’est du boulevard et de la préfecture s’étale le centre-ville actuel, autour de l’esplanade de la place Bonnyaud, ornée de l’hôtel de ville et du palais de justice, et de l’avenue de la République. Vers le sud, il est prolongé par les jardins et l’hôtel de la Sénatorerie, château du 18e siècle qui abrite le musée des arts. Les développements plus récents se sont faits vers le nord-est, du côté de la gare. Guéret offre aussi un labyrinthe géant sur 2 ha, un arboretum de l’Office national des Forêts.

C’est certes une petite préfecture, la Chaminadour de Marcel Jouhandeau. Mais elle a gagné quelques fonctions supérieures (formation de professeurs, BTS), elle a un centre hospitalier (285 lits), une clinique (70 lits, 60 sal.) et un établissement pour handicapés, deux collèges et deux lycées publics, et une bonne librairie. L’industrie reste assez discrète, mais diversifiée: les meubles Sauthon emploient 150 personnes, la métallerie Afbat (ferrures et serrures pour le bâtiment) 60, la forge Amis 70; logiciels SSI (20 sal.); ingénierie Larbre (25 sal.), installations électriques Paroton (25 sal.), travaux publics Trullen (25 sal.), constructions Eiffage (25 sal.), peinture Cadillon (20 sal.); traitement des eaux SAUR (25 sal.), distribution d’électricité Enedis (70 sal.); comptabilité Faucher Ferrier (50 sal.), hypermarchés et magasins Carrefour (120 et 30 sal.) et Leclerc (150); MrBricolage (35 sal.); Jardiland (25 sal.), négoce de matériel agricole Micard (45 sal.); ambulances Euro Star (35 sal.) et OTT (25 sal.), transports de voyageurs Europ Voyages (135 sal.), transport Bernis (20 sal.) et LCE (20 sal.), conditionnement PBSM (25 sal.) et PCM (30 sal.); La Poste (160 sal.), Orange (90 sal.).

La N145 rase la ville côté nord et son échangeur a fixé la principale zone d’activités, près du hameau de Châteauvieux, où sont aussi le stade et les entreprises du Cher du Prat («le rocher du pré»). Au sud, le finage de Guéret se prolonge loin sur les reliefs de la forêt de Chabrières, que traverse la D940; on y trouve un parc de loisirs, un arboretum, et toute une série de blocs de granite répertoriés sous le nom de Pierre (de la Tribune, du Loup, du Trésor, etc.).

La population a atteint 8 000 hab. en 1900 et a stagné ensuite jusqu’en 1940; puis elle est montée à 15 700 hab. en 1982, son maximum historique; elle a perdu 1 410 hab. depuis 1999. Guéret est le siège de la communauté d’agglomération du Grand Guéret, qui réunit 25 communes, 29 400 hab., 44 800 ha; v. Guéret (Grand). L’unité urbaine Insee est limitée à la commune, l’aire urbaine évaluée à 28 100 hab. L’arrondissement a 83 500 hab., 140 communes, 302 654 ha. Deux nouveaux cantons se partagent Guéret, l’un avec 4 autres communes (9 300 hab.), l’autre avec 6 communes (9 700 hab.).

Les monts de Guéret correspondent à un haut plateau accidenté, qui culmine à 684 m au sud-est, et se termine vers l’est par un haut talus rectiligne, parallèle au cours de la Creuse à 8 km de celle-ci. L’escarpement va de Bussière-Dunoise au NO à Fransèches au SE, soit 35 km; il semble plus lié à des processus d’érosion anciens qu’à une fracture du socle. Il porte la forêt domaniale de Chabrières.


Sainte-Feyre

(2 550 Saints-Feyrois, 2 999 ha dont 519 de bois) est une commune de la Creuse à 7 km au SE de Guéret, à 408 m, membre de l’agglomération de Guéret (Guéret (Grand)). Le bourg est sur le plateau au pied des hauts reliefs des monts de Guéret, qui portent la forêt domaniale de Chabrières; un parc à Loups y a été aménagé pour la visite, avec un observatoire astronomique. En avant et au NO du bourg, la butte témoin du puy de Gaudy, qui monte à 651 m, fut un excellent site d’oppidum dont les fouilles ont été fructueuses. À son pied, la MGEN (Mutuelle générale de l’éducation nationale) dispose à Sainte-Feyre d’un de ses grands établissements de repos et de cure (Centre médical national), doté de 200 lits en cardiologie, pneumologie et long séjour. À la pointe NO, le finage atteint le hameau et l’échangeur de Charsat sur la N145. Au nord du bourg, grand château du 18e s., mais dans le style du 17e; vers l’est, étang de Cherpont. La commune atteint au NE le cours de la Creuse. Elle a des garages, des entreprises de bâtiment et un Intermarché (36 sal.). Sa population s’est tenue autour de 1 700 hab. pendant plus d’un siècle, puis augmente depuis 1962, où elle était descendue à 1 400 hab. Elle a 170 hab. de plus qu’en 1999.


Saint-Sulpice-le-Guérétois

(2 020 Sulpiciens, 3 618 ha dont 697 de bois) est une commune de la Creuse, dans l’agglomération de Guéret (Guéret (Grand)). Son village est à 6 km au NO de Guéret. Le finage est traversé au sud par la N145 (avec aire de service et échangeur) et la voie ferrée, incluant le hameau des Coussières; hameaux du Mazaudoueix au SO, de Banassat à l’ouest, dans les reliefs, et de Theix et Clavérolles au NE, château de la Villatte su SE; +50 hab. depuis 1999.


Saint-Vaury

nouveau canton de la Creuse, 11 communes, 9 600 hab. Saint-Vaury est une commune du Grand Guéret; v. Guéret (Grand).