Communauté de communes Val de Charente

Charente (Val de)

Highslide JS

communauté de communes au nord-ouest du département de la Charente, groupant 34 communes, 15 000 hab., 41 900 ha. Le siège est à Ruffec, seule à dépasser 2 000 hab.

Bernac (510 Bernacois, 846 ha), 3 km NO de Ruffec, proche de Ruffec, a coutume d’organiser des concours de tracteurs et de labours et propose une collection privée de tracteurs; beau pigeonnier octogonal sur piliers. La Péruse s’y perd dans les grands méandres d’une vallée sèche à écoulements souterrains; +80 hab. depuis 1999.

La Chèvrerie (140 Chévriens, 460 ha), 6 km ONO de Ruffec, associe plusieurs hameaux rapprochés; la LGV traverse le finage à l’ouest.

La Faye (630 Fagussiens, 1 344 ha), 4 km à l’ouest de Ruffec sur la D740, a un négoce de matériaux (Mourier 3M, 45 sal.). Au nord se tient depuis 2010 un parc de 6 éoliennes Vestas (12 MW, à Voltalia), dont une est à La Chèvrerie; +70 hab. depuis 1999.

Villegats (220 Villegatois, 771 ha dont 175 de bois), 4 km au sud de Ruffec, est longée à l’est par la N10, qui y a une aire de repos (les Groies). Elle a perdu 40 hab. depuis 1999.

Barro (420 Barrotois, 1 065 ha) est à 5 km SE de Ruffec. Le très petit village est sur la rive gauche de la Charente. Le finage s’étend des deux côtés; la N10 le borde à l’ouest, avec l’aire de service de l’Églantier; hameau des Touches au NE, avec beau point de vue sur un méandre de la Charente; +150 hab. depuis 1999 (+56%).

Condac (480 Condacois; 959 ha), 3 km à l’est de Ruffec, est sur la rive droite de la Charente, qui passe au milieu du finage, conflue avec le Lien à la sortie de Ruffec et dessine au sud un grand méandre au bout duquel sont une base de loisirs et de nautisme et un camping à Rejaillant; château Grégueil au nord sur une terrasse de rive droite du fleuve. Le nom même de Condac a le sens de confluent.

Bioussac (240 Bioussacois, 1 564 ha dont 459 de bois) est à 7 km à l’est de Ruffec sur le versant gauche de la Lizonne; château de l’Abrégement, bois à l’est et au SE.

Taizé-Aizie (600 Taizéens, 1 481 ha dont 161 de bois) est à 6 km NNE de Ruffec. Le finage est limitrophe de la Vienne, traversé par deux méandres de la Charente, qui reçoit à gauche la Lizonne. Taizé est sur un promontoire de méandre, flanqué sur le plateau à l’ouest par Chauffour sur la D8. Aizie domine le confluent. D’autres hameaux sont à l’est sur le plateau.

Les Adjots (540 Adjotois, 1 094 ha dont 302 de bois) est une commune d’habitat quelque peu dispersé à 7 km au nord de Ruffec, limitrophe à la fois de la Vienne et des Deux-Sèvres. Le finage est longé à l’est par la voie ferrée Paris-Bordeaux, et traversé à l’ouest par la N10, sans accès mais doublée par la D911. La population a augmenté de 140 hab. depuis 1999 (+35%).

Saint-Martin-du-Clocher (130 Martiniens, 666 ha) est à 6 km NO de Ruffec, sur le versant gauche de la Péruse; son finage touche au nord à la limite des Deux-Sèvres.

Londigny (260 Londinois, 967 ha), à 9 km NO de Ruffec, est sur le versant gauche de la Péruse, qui descend vers Ruffec en direction de la Charente; au nord, château du Breuil, du 15e s., à grosse tour carrée; au sud, château du Peu, du 19e s., dans le néogothique inspiré de Viollet-le-Duc; église du 12e s. à clocher-mur. La LGV traverse le finage à l’ouest, près du village de Montjean.

Montjean (240 Montjeannais, 801 ha), 10 km NO de Ruffec, également limitrophe des Deux-Sèvres et qui atteint la Péruse au NE, propose une Maison du val de Péruse dans une maison du 16e s., avec un observatoire de la faune et de la flore et un jardin des sens; transports Morisson (20 sal.). Au sud du finage sinue une vallée sèche affluente de la Péruse, bordée de hameaux.

La partie occidentale du Val de Charente s’étend sur les campagnes ouvertes du plateau jurassique à terre de groie.

La Forêt-de-Tessé (200 Tesséens, 1 070 ha dont 157 de bois), 12 km NO de Ruffec, en limite des Deux-Sèvres, a plusieurs hameaux, dont Tessé au sud, mais pas de vrai village; un vallon sec sinueux descend vers la Péruse.

Villiers-le-Roux (140 Villelarosiens, 484 ha), 9 km ONO de Ruffec, est écornée à l’est par la LGV.

La Magdeleine (130 Magdéléniens, 668 ha), 12 km ONO de Ruffec, a quelques hameaux sans village, une église classée du 12e s.

Theil-Rabier (180 Rabitheillois, 743 ha), 16 km ONO de Ruffec, est limitrophe des Deux-Sèvres et a un habitat assez concentré au sud, une église du 12e s.

Paizay-Naudouin-Embourie (390 Paizéens, 2 542 ha), 18 km à l’ouest de Ruffec en limite du département, résulte d’une fusion de 1973 entre Paizay-Naudouin et Embourie, mais compte un troisième village, Saveille, au NO; église du 12e s. et chantier de fouilles sur un site gallo-romain à Embourie tout à l’est du finage; château de Saveille, entouré de douves, en partie gothique et renaissance (15e-16e s.), à deux tours rondes en poivrières; camping. Le premier nom s’est d’abord écrit Paisais (1793) puis Pesay-Naudouin (1801-1972).

Longré (200 Longréens, 1 473 ha dont 239 de bois), 19 km OSO de Ruffec, est aussi à la limite des Deux-Sèvres; au sud, hameau du Vivier et château dit Logis de Charconnay (15e s.).

Empuré (100 Empuréens, 837 ha), 13 km à l’ouest de Ruffec, a une petite église romane classée, et une maison du 16e s.

Brettes (180 Brettois, 1 221 ha), 14 km OSO de Ruffec, comprend le hameau de Marsillé tout au sud.

Souvigné (220 Soussinois, 1 037 ha), 15 km OSO de Ruffec sur la D19, a l’essentiel de son habitat au centre, plus le hameau de Villeret à la limite de Brettes au NO.

Villefagnan (1 030 Villefagnanais, 2 365 ha) est un ancien chef-lieu de canton, 10 km à l’ouest de Ruffec à une étoile de routes; le nom équivaut à «domaine fangeux». Le village a un collège public, un château des évêques de Poitiers, à deux tours rondes, une église à trois nefs des 12e et 15e s., un musée rural des arts et traditions; le moulin à vent des Pierres Blanches, restauré, se visite comme un écomusée. La LGV écorne le finage au NE. La population a peu varié depuis 1950, mais a connu un creux autour de 1980 (970 hab.) et a légèrement repris depuis.

Raix (150 Raixois, 687 ha), 9 km OSO de Ruffec, conserve une église romane du 12e s. et un château du 16e s. avec jardin à la française. La LGV traverse le finage.

Courcôme (420 Courcômois, 1 944 ha), 8 km SO de Ruffec, conserve une église ancienne (11e s.) classée avec un gros clocher, une couverture de lauzes et des chapiteaux ornés. Le finage est traversé par la voie ferrée Paris-Bordeaux à l’est du village, par la LGV à l’ouest, qui flanquent la vallée du Bief.

Tuzie (190 Tuziciens, 24 ha), 8 km SSO de Ruffec, est au NE de son petit finage, travers par le Bief et la voie ferrée.

Salles-de-Villefagnan (340 hab., 1 283 ha) est à 11 km SSO de Ruffec et donne à l’ouest sur la vallée du Bief; au centre s’alignent neuf éoliennes Nordex (21MW) d’un parc de l’allemand ABO-Wind. À l’est, la D812 double la N10 et a fixé des hameaux, dont les Nègres.

Verteuil-sur-Charente (650 Verteuillais, 1 424 ha dont 296 de bois), 7 km SSE de Ruffec, autre «village de charme», occupe un site agréable dans la vallée encaissée de la Charente, que domine son château à grosses tours de 1459, avec parc, remanié au 19e s., longtemps propriété de la famille de La Rochefoucauld; dans l’église, mise au tombeau du 16e s. en terre cuite polychrome; moulin rénové. Sur le plateau juste à l’ouest de Verteuil, quelques restes d’une ancienne commanderie de templiers; la N10 fixe la limite du finage à l’ouest. La commune a perdu 80 hab. depuis 1999.

Saint-Georges (60 hab., 225 ha), à l’est de Verteuil, 11 km SE de Ruffec, est sur le versant droit de la vallée de l’Argentor; église du 12e s.

Poursac (200 Poursacais, 1 139 ha dont 235 de bois), 12 km SSE de Ruffec, est sur la rive gauche de l’Argentor, qui conflue juste à l’ouest avec la Charente.

Couture (160 Couturois, 1 061 ha dont 170 de bois) est à 16 km SSE de Ruffec sur le versant droit de la Tiarde, affluent du Son-Sonnette; haut clocher carré médiéval, inscrit.

Saint-Sulpice-de-Ruffec (31 hab., 238 ha), 18 km SE de Ruffec, est traversée par la Tiarde en amont de Couture.

Saint-Gourson (140 Saint-Goursonnais, 1 009 ha dont 411 de bois) est à 17 km SE de Ruffec, aux sources de la Tiarde dans un finage boisé.

Nanteuil-en-Vallée (1 370 Nanteuillais, 6 885 ha dont 1 750 de bois), 12 km ESE de Ruffec, se tasse dans la vallée encaissée de l’Argentor. C’est un village-centre, au sein d’une contrée un peu accidentée que l’on nomme parfois «Suisse charentaise»; on y voit quelques restes de l’ancienne abbaye (classée), dont une tour abritant le trésor de l’abbaye. Nanteuil est un village fleuri à maisons à colombage, doté d’une maison des arts et du patrimoine et des collections d’archéologie, un arboretum et un jardin aquatique; cela en fait un «village de charme». La commune doit sa grande étendue à une fusion de plusieurs communes en 1973: Nanteuil, devenue Nanteuil-en-Vallée en 1962, et qui avait 560 hab. en 1968 contre 1 500 vers 1850; Aizecq (200 hab.) à l’ouest sur le plateau, avec un manoir du 17e à pigeonnier remarquable; Pougné (160 hab.) au sud-ouest sur le versant droit de l’Argentor; Moutardon (340 hab.) au nord dans la vallée de la Lizonne, relayée vers l’est par des hameaux dont Braillicq; Messeux (200 hab.) au nord-est sur le plateau; Saint-Gervais (300 hab.) à l’est juste au sud de l’Argentor. Au sud-ouest, chapelle classée au hameau de Boisaugeais (15e s.). La population avait ainsi atteint 1 550 hab. en 1975.


Ruffec

(3 790 Ruffécois, 1 337 ha dont 337 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Charente dans l’arrondissement d’Angoulême, 44 km au nord de la préfecture. La ville est sur le couloir de circulation de Poitiers à Angoulême, avec voie ferrée et N10 à 4 voies; elle est un peu à l’écart de la vallée de la Charente, au bord du Lien qui est une résurgence de la vallée de la Péruse, dont les eaux se perdent en amont. Ruffec était poitevine avant la délimitation des départements, et le chef-lieu de la marche encore boisée qui sépare Poitou et Angoumois. Elle conserve des ruelles et des maisons à colombage, une église des 12e et 15e s. à façade romane très illustrée, sans clocher; un château, surtout du 18e s.

La ville, foyer de services et de commerce assez actif, a un centre hospitalier, un collège public et un privé, un lycée professionnel public, un centre Leclerc (110 sal.) et un Intermarché (30 sal.), habillement Styl Charentes (30 sal.), La Poste (65 sal.); fromagerie From A Cœur (70 sal.), quelques ateliers dont la SNRI (Société nouvelle de robinetterie industrielle, 150 sal.), mécanique Valco (45 sal.), l’atelier protégé IDTA (droguerie, 40 sal.); travail temporaire Ereica (130 sal.). La Scachap (centrale d’achats des centres Leclerc) emploie 260 personnes; trois zones industrielles équipées. Une base de loisirs est au bord de la Charente à Rejallant. La commune avait 3 000 hab. en 1845, 3 500 en 1900 et sa population est lentement montée à 4 250 en 1975, avant de diminuer de 600 hab. jusqu’en 1999; elle a crû de 130 hab. depuis 1999. La ville est bureau distributeur du nouveau canton Charente-Nord et le siège de la communauté du Val de Charente; v. Charente (Val de).