Communauté de communes des Vallées du Clain

Clain (Vallées du)

Highslide JS

communauté de communes au centre de la Vienne, 16 communes, 25 800 hab., 37 300 ha. Le siège est à La Villedieu-du-Clain. Nieuil-l’Espoir, Iteuil, Smarves, Vivonne, Nouaillé-Maupertuis et Roches-Prémarie-Andillé ont plus de 2 000 hab.

La Villedieu-du-Clain (1 620 Villedieusois, 716 ha dont 284 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Vienne dans l’arrondissement de Poitiers, 15 km au sud de la préfecture sur la D741. La commune est sans rapport direct avec le Clain, qui coule 5 km à l’ouest du village et que son petit finage est loin d’atteindre; cette appellation un peu fallacieuse ne date que de 1961. Le bourg a une église romane à portail classé, quelques commerçants et artisans; bois de la Vayolle à l’est. La commune n’avait que 440 hab. en 1962 et a crû ensuite, dans la mouvance de Poitiers; elle a gagné 270 hab. depuis 1999.

Gizay (390 Gizayens, 2 076 ha dont 625 de bois) est à 19 km SSE de Poitiers au SE de La Villedieu. La Miosson sert de douves au château de Chambonneau, des 14e et 17e s., précédé d’un châtelet et de jardins d’agrément. La commune a une part du grand bois de la Vayolle au nord.

Vernon (710 Vernonais, 3 838 ha dont 904 de bois) est à 21 km SE de Poitiers. Le village se double au sud du gros hameau de Chiré-les-Bois; à l’est, un grand bois (350 ha); sa population n’a un peu repris que très récemment; elle était passée de 920 hab. en 1891 à 430 en 1975 et a regagné120 hab. depuis 1999.

Dienné (570 Diennois, 1 656 ha dont 557 de bois), 23 km SE de Poitiers, 6 km à l’est de Vernon, est la commune la plus orientale de la communauté. Son finage occupe une partie de la forêt de Verrières; parc d’attraction du Domaine de Dienné (45 sal.). Une ancienne voie romaine traverse le finage en direction de Poitiers. La commune a gagné 180 hab. (+45%) depuis 1999.

Fleuré (1 070 Fleuréens, 1 668 ha dont 160 de bois), qui est à 19 km SE de Poitiers sur la N147, où était un passage de la ligne de démarcation de 1940, a une petite zone d’activités au NO. Elle abrite une fabrique de meubles (Sofams, 35 sal.) et la grosse entreprise de transports Jammet (240 sal.); isolation Aris (35 sal.) et Maupin (25 sal.), plomberie Cornet (20 sal.). Sa population s’est accrue de 270 hab. depuis 1999 (un tiers). La N147 contourne à présent le village par l’est (accès); la voie ferrée de Poitiers à Limoges traverse le finage au SO.

Aslonnes (1 130 Aslonnois, 2 300 ha dont 163 de bois) est à 18 km au sud de Poitiers, au au SO de La Villedieu. Son finage est bordé à l’ouest par le cours du Clain. Au nord, le hameau de Laverré, au pied du coteau droit du Clain, se signale par un jardin et un dolmen. À l’ouest du village sur le rebord du plateau, gros hameau de Vaintray. Tout au SO, plusieurs grottes dans le coteau, sous le promontoire du Camp Alaric;+230 hab. depuis 1999.

Château-Larcher (1 030 hab., 1 535 ha), 5 km à l’est de Vivonne au bord de la Clouère, est une «petite cité de caractère» appréciée pour son site sur un étroit promontoire de méandre, son château fort et son donjon ruinés, son église du 12e s. à tour ronde et beau portail roman, sa lanterne des morts du 12e s. en forme de crayon de 5 m de haut; dolmen d’Arlait sur le plateau au nord de la Clouère; deux campings. Le finage contient trois gros hameaux: Baptresse au NO sur un autre promontoire, en rive gauche de la Clouère; le Breuil tout au sud; Fontrable à la pointe ouest au ras de Vivonne. Le Clain borde le finage au NO, jusqu’au confluent avec la Clouère. La commune a gagné 180 hab. depuis 1999.

Marnay (700 Marnaisiens, 4 510 ha dont 1 092 de bois), 10 km ESE de Vivonne, est au bord de la Clouère sur un lob de méandre, rive gauche; châteaux de la Touche et du Gué au sud, sur les deux versants de la Clouère. Au NO, le Château Maugué et celui du Colombier se font face de façon similaire. Le finage, traversé au NE par la D741, va jusqu’au bois des Coussières au SO. Marnay a 160 hab. de plus qu’en 1999 (+30%).

Marçay (1 180 hab., 3 032 ha dont 808 de bois) est à 7 km NO de Vivonne. Le finage est traversé du NO au SE par le Palais, qui rejoint le Clain à Vivonne, et du nord au sud par la LGV Paris-Bordeaux. Plusieurs châteaux sont au bord de la Rune, affluent du Plais, qui passe aussi au village. Elle a 470 hab. de plus qu’en 1999, soit un gain de 65%.

Marigny-Chemereau (620 Marigniens, 1 151 ha) est sur la rive droite de la Vonne à 4 km à l’ouest de Vivonne; hameau de la Roche sur le coteau de rive gauche au NE du village, hameau de Fouilloux tout au nord, partagé avec Marçay. La Longève traverse le finage au sud et y conflue avec la Vonne; la LGV le traverse à l’ouest, en franchissant la Vonne; +200 hab. depuis 1999 (+46%).


Iteuil

(2 980 Iteuillais, 2 205 ha dont 411 de bois) est une commune de la Vienne à 12 km SSO de Poitiers, 9 km NNE de Vivonne sur la rive gauche du Clain (Clain (Vallées du)). Elle est un élément du suburbain poitevin, avec une gare; deux cartonneries, Richard-Laleu (70 sal., emballages papier) et Sleeve ex-Otor (20 sal.); nettoyage urbain Veolia (50 sal.). maçonnerie Moreau-Lathus (40 sal.), négoce de matériel agricole Auriau (20 sal.). Sur le rebord du plateau, châteaux néogothique d’Aigne et néoclassique de la Troussaye, du 19e s.; château de la Gruzalière, du 16e; grottes dans le coteau du Clain au sud de la commune. Celle-ci n’avait plus que 900 hab. en 1921 et croît surtout depuis 1962 (1 100 hab.); elle a passé le cap des 2 000 hab. vers 1978 et a gagné 120 hab. après 1999.


Nieuil-l’Espoir

(2 680 Nieullois, 2 064 ha dont 475 de bois) est une commune du département de la Vienne dans les Vallées du Clain (Clain (Vallées du)), 17 km au SE de Poitiers. C’est un ancien village de défrichement monastique, qui eut jadis une fabrique d’épées réputée dont le nom même garde la mémoire; Nieul signifie novale, terre neuve; l’Espoir serait une déformation de spada, l’épée. Elle a plus que triplé sa population depuis 1962 (620 hab.), et augmenté de 750 hab. depuis 1999 (+39%); plomberie Beaujaneau (25 sal.), aide à domicile A2micile (30 sal.), centre de réadaptation du Moulin-Vert (45 sal.); château de la Grenouillère (17e s.); parc de loisirs avec étangs sur le Miosson. La voie ferrée vers Limoges et la N147 traversent le NE du finage.


Nouaillé-Maupertuis

(2 820 Nobiliens, 2 213 ha dont 631 de bois) est une commune de la Vienne dans la communauté des Vallées du Clain (Clain (Vallées du)), 11 km au SE de Poitiers au bord de la petite vallée sinueuse et encaissée du Miosson, affluent du Clain. La population a progressé avec l’étalement périurbain de la métropole poitevine: elle n’était que de 710 hab. en 1954, 1 000 hab. en 1975, et a passé les 2 000 en 1988. Elle a encore gagné 370 hab. depuis 1999. La bourgade a quelques commerces et services, et un atelier de mécanique (Idemeca, 35 sal.).

Nouaillé est aussi un site patrimonial réputé, dans un environnement boisé, qui la fait classer parmi les «petites cités de caractère». L’ancienne abbaye bénédictine, créée en 780, est protégée par une enceinte fortifiée à douves et tours; elle conserve une église romane à clocher-donjon avec porche, des cryptes et un logis abbatial du 15e s.; jardin médiéval et fêtes médiévales. En 1356, le royaume de France perdit près de Nouaillé contre les Anglais une bataille aux graves conséquences, épisode majeur de la Guerre de Cent ans, où le roi Jean le Bon fut fait prisonnier par le Prince Noir. En conséquence le Poitou, et bien d’autres provinces, passèrent à l’Angleterre au traité de Brétigny (1360).


Roches-Prémarie-Andillé

(2 060 Rocprémaliens, 2 237 ha dont 553 de bois) est une commune de la Vienne dans la communauté des Vallées du Clain (Clain (Vallées du)), 13 km au sud de Poitiers. Issue de de la réunion de trois communes en 1819, elle s’est appelée longtemps Andillé et n’a pris son nom actuel qu’en 1905; elle avait alors 700 hab., et moins de 600 en 1954, et s’est mise à croître après 1970, en s’étirant le long de la D741; elle a augmenté de 490 hab. depuis 1999 (+31%). Au centre, le château de la Planche s’entoure d’un grand parc boisé; dolmen et ancien prieuré à Andillé aux abords du Clain, dont le cours borne le finage à l’ouest; dolmen de Pouzac à l’est du village principal, restes d’un château avec donjon du 14e s.; métallerie (Métal Bac Acier, 40 sal.).


Smarves

(2 820 Smarvois, 2 009 ha dont 708 de bois) est commune de la Vienne dans les Vallées du Clain (Clain (Vallées du)), 8 km au sud de Poitiers, voisine de Ligugé sur le plateau à l’est du Clain, qui fixe la limite occidentale du finage. L’habitat, attiré à l’est par la D741 rectiligne, est complété au nord par l’urbanisation des Pierres Brunes. Le finage inclut à l’est une partie de la vallée sinueuse et encaissée du Miosson, dans un paysage boisé. La commune avait 870 hab. en 1962, 1 500 en 1975 et a augmenté de 630 hab. depuis 1999 (+29%). La Poste a un centre de tri (50 sal.). Elle est surtout résidentielle et héberge plusieurs centres aérés. À l’est, château et le bois de Saint-Pierre (248 ha), avec un parc de loisirs aménagé de 75 ha contenant un parc animalier de 5 ha et un centre aéré pour 400 enfants, l’ensemble appartenant à la ville de Poitiers depuis 1968.


Vivonne

(4 410 Vivonnois, 4 116 ha dont 757 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Vienne dans l’arrondissement de Poitiers, 21 km au SSO de la préfecture dans la communauté des Vallées du Clain; v. Clain (Vallées du). La ville est sur le versant gauche du Clain, au confluent de la Vonne et du Palais et un peu en amont du confluent de la Clouère, au passage de la N 10 et de la voie ferrée Paris-Bordeaux (gare). Le centre est juché sur l’étroit promontoire entre Vonne et Palais; restes d’un château des 12e et 16e s., une église gothique à clocher carré; collège public, centre d’aide par le travail et institut médico-éducatif, centre de loisirs.

Le parc de Vounant est au bord de la Vonne, avec un Village du Monde lors du Festival international de musique de printemps; il s’y tient aussi un festival d’art lyrique en octobre. L’habitat s’est étendu de part et d’autre du promontoire, surtout vers le NO, le fond de vallée du Clain restant vide hormis la voie ferrée et un camping. La N10 court sur le plateau en longeant l’habitat, offrant tout au sud-ouest l’aire de repos des Brandes de Cercigny. Au SE, le faubourg de Jorigny est sur le plateau de rive droite. Le finage s’étend largement vers le sud de part et d’autre du Clain; allant au SE jusqu’au Bois de Coussière. Il est un peu moins étendu au nord, où il englobe néanmoins le hameau de Danlot (centrale électrique) et, tout au nord sur la N10, la zone d’activités du Marchais.

La ville est «station verte de vacances». Vivonne a quelques ateliers: viandes Vonne Saveurs (50 sal.) réseaux électriques Ancelin (35 sal.), drainage Sire (20 sal.); un supermarché U (120 sal.), vins Fromaget (25 sal.), négoce de matériaux Terrasson (Gedimat, 20 sal.). La ville a eu 3 500 hab. en 1851 et s’est dépeuplée jusqu’en 1936 (2 100 hab.) puis s’est étoffée à nouveau après 1960 avant de se stabiliser; elle s’est accrue de 1 350 hab. depuis 1999 (+44%).

Le nouveau canton est presque égal à l’intercommunalité (26 300 hab., 16 communes).