Communauté de communes Rurales de l’Entre-deux-Mers

Entre-Deux-Mers (Rurales de l’)

Highslide JS

communauté de communes à l’est de la Gironde, siégeant à Sauveterre-de-Guyenne et associant 51 communes et 16 500 hab., sur 44 600 ha. Les communes sont petites, en pays de collines, avec des vignes et des bois. Seule Targon excède 2 000 hab.

Sauveterre-de-Guyenne (1 810 Sauveterriens, 3 175 ha dont 1 730 de vignes et 501 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon à 24 km NE de la ville (14 km au nord de La Réole). C’est une bastide forte anglaise, fondée en 1281, dont il reste deux portes du 13e et une église classée du 14e; un collège public, plastiques Roc Pvc (50 sal.), conditionnement LGS (40 sal.), supermarché U (40 sal.), vins La Guyennoise (30 sal.); maison de retraite (40 sal.). Elle tient un carrefour routier où se croisent les D672, 670 et 230. La vallée de la Vignague traverse le finage, passant au pied du hameau de Saint-Romain. La commune, qui n’avait alors que 26 ha (660 hab.), a intégré avec succès en 1965 ses voisines Le Puch au NO, Saint-Léger-de-Vignague à l’est et Saint-Romain-de-Vignague au sud-est, passant ainsi à 1 700 hab. et devenant la commune la plus étendue de l’Entre-Deux-Mers, et la celle qui en a le plus grand vignoble, le deuxième de la Gironde en superficie. Sa population était alors passée de 660 à 1 680 hab.; elle n’a guère augmenté depuis 1999. Les trois villages conservent des églises des 11e-12e s.; celle du Puch est classée; quelques châteaux se dispersent.

Blasimon (920 Blasimonais, 2 976 ha dont 840 de vignes), 7 km NNE de Sauveterre, a son village au-dessus du cours de la Gamage qui, au pied, offre un étang fourchu de 5 ha avec base de loisirs et camping (domaine départemental de sports et loisirs). Un peu en aval sont les restes classés d’une abbaye fondée au10e siècle, dont subsistent une église à beau portail roman et une tour carrée. Un peu plus loin au NE, moulin de la Barthe sur la Gamage; un musée municipal, église classée du 12e au village. La D680 traverse le finage à l’ouest. La commune a gagné 190 hab. depuis 1999.

Frontenac (750 Frontenacois, 1 440 ha dont 180 de bois), 9 km NO de Sauveterre et 9 km à l’est de Targon, cultive 390 ha de vignes; église romane, restes d’une ancienne chapelle au sud, d’une commanderie à Sallebruneau à l’est, où est aussi le dolmen des Trois Pierres; fabrique de pierre reconstituée (Pierres de Roches, 25 sal.). La plus grande partie de l’habitat est à l’ouest, au-dessus de la vallée de l’Engranne; hameau de Souviolle au nord; camping; +90 hab. depuis 1999.

Lugasson (300 Lugassonnais, 632 ha dont 290 de vignes), 11 km NO de Sauveterre, est également bordée par l’Engranne à l’ouest; église du 12e, plusieurs hameaux, allée couverte et restes fortifiés de Roquefort au-dessus de l’Engranne; +60 hab. depuis 1999.

Bellefond (230 Bellefontois, 319 ha), 14 km NO de Sauveterre, a un finage restreint, traversé par la vallée de l’Engranne. Sur le coteau à l’est, s’accrochent le petit village et, un peu au nord, l’allée couverte de Peyrelevade.

Courpiac (120 Courpiacais, 221 ha), 13 km NO de Sauveterre, est sur le coteau de rive gauche de l’Engranne; église classée du 12e.

Cessac (190 Cessacais, 365 ha), 11 km NO de Sauveterre, est face à Frontenac à l’ouest de l’Engranne; au nord, lacs de Laubesc dans un vallon sous le château de même nom (18e s. sur un site fortifié du 14e).

Romagne (470 Romagnons, 515 ha) est à 16 km NO de Sauveterre et a deux hameaux perchés, Romagne et Montadet; église classée du 12e, château de Sauvagnac (16e) au nord de l’autre coté du vallon du Vacher, affluent de gauche de l’Engranne. La population a augmenté de 210 hab. depuis 1999 (+81%).

Faleyras (430 Faleyracais, 1 044 ha dont 340 de vignes, 240 ha de bois), 6 km NE de Targon, est sur un large plateau viticole; église du 12e à beau portail roman; +120 hab. depuis 1999 (+39%).

Bellebat (250 Bellebatais, 487 ha dont 254 de bois), 12 km ONO de Sauveterre, 6 km à l’est de Targon, est sur la D671, avec110 hab. de plus qu’en 1999 (+79%). Elle a plus de bois que de vignes.

Baigneaux (430 Baigneaudais, 793 ha dont 258 de bois, 110 de vignes), 10 km ONO de Sauveterre, 6 km ESE de Targon, a son village sur la D671 dans un vallon affluent de l’Engranne; celle-ci limite le finage à l’est. La commune a gagné 180 hab. depuis 1999 (+72%).

Montignac (150 Montignacais, 648 ha dont 220 de vignes, 210 de bois), 11 km ONO de Sauveterre, 5 km SE de Targon, est une commune sans village, avec une église isolée du 12e s.

Ladaux (200 Ladauciens, 429 ha), 4 km SSE de Targon, est bordée à l’ouest par le cours de l’Euille, qui passe au pied des châteaux d’Hories (17e) au sud et Hauret (18e) au nord. Le village est plus à l’est, complété au nord par le hameau du Hourc; ses vignerons déclarent 1 040 ha de vignes.

Porte-de-Benauge (520 hab., 1 674 ha dont 500 de bois) est une commune nouvelle, née en 2019 de la fusion de Cantois avec Arbis. Arbis (280 Arbissois, 874 ha dont 320 de vignes et 276 de bois), 8 km SSE de Targon, a son finage à l’est de l’Euille; château du Vert (18e) au nord, gros château de Benauge (13e-14e et 17e-18e) isolé au SO sur le relief; circuit motocross à l’ouest, de 1 850 m, 5 000 places, lancé dès les années 1930. Cantois (240 Cantoisiens, 800 ha dont 230 de vignes, 224 de bois), 6 km SSE de Targon, est dans un vallon affluent de l’Euille qui passe aussi à Ladaux; anciennes carrières de Mayssan à l’est, avec étangs; +60 hab. depuis 1999 (+33%).

Soulignac (440 Soulignacais, 1 149 ha dont 730 de vignes, 240 de bois), 5 km SSO de Targon, bornée à l’est par l’Euille, a un habitat dispersé dans les collines, et son petit village dans un vallon; château de Graveyres (19e) à l’extrême ouest.

Escoussans (320 Escoussanais, 511 ha), 7 km au sud de Targon, est bordée à l’est par l’Euille, qui s’enfonce vers le sud. Le village s’étire en arc en épousant un méandre de l’Euille; +70 hab. depuis 1999 (+28%), 540 ha de vignes déclarés.

Saint-Pierre-de-Bat (320 Pétrusquins, 895 ha dont 150 de bois, 130 de vignes), 10 km SSE de Targon, 15 km OSO de Sauveterre, est juste à l’est d’Arbis dans le même vallon de Saint-Pierre qui descend vers l’Euille à l’ouest; +40 hab. depuis 1999.

Mourens (390 Mourennais, 1 063 ha), 13 km OSO de Sauveterre sur la D230, est très viticole (780 ha) et a un habitat de crêtes; église du 12e.

Gornac (440 Gornacais, 835 ha dont 530 de vignes), 10 km OSO de Sauveterre, juche ses maisons sur une suite de trois buttes reliées portant d’anciens moulins, dont celui de Haut Benauge au nord, assorti d’un musée; en contrebas, plusieurs châteaux dont Cazeau au nord, Poulit à l’ouest, Martinon au SO; +70 hab. depuis 1999.

Castelviel (230 Castelvieillois, 802 ha dont 310 ha de vignes), 6 km OSO de Sauveterre, est à la source de l’Engranne et donc dans le bassin de la Dordogne. Son village est également perché, sur l’une des buttes qui ornent le finage dans sa partie centrale; église classée du 12e.

Coirac (210 Coiracais, 576 ha dont 200 de bois), 7 km à l’ouest de Sauveterre a son village sur la rive droite de l’Engranne; église du 12e.

Saint-Genis-du-Bois (90 Saint-Génissois, 234 ha), 8 km à l’ouest de Sauveterre, est au nord de Coirac mais de l’autre côté de l’Engranne.

Martres (120 Martrais, 303 ha), 8 km ONO de Sauveterre, a son village au-dessus de l’Engranne, à l’est; la D671 traverse son finage.

Daubèze (150 daubéziens, 563 ha), 6 km ONO de Sauveterre, a 310 ha de vignes; église du 12e.

Saint-Brice (320 Saint-Brissois, 576 ha) 6 km à l’ouest de Sauveterre sur la D671, a un centre d’aide par le travail (conserves alimentaires); 260 ha de vignes.

Saint-Sulpice-de-Pommiers (230 Saint-Sulpiciens, 982 ha), 3 km SO de Sauveterre, cultive 460 ha de vignes; le finage est traversé par la D672 et bordé à l’est par la Vignague; +40 hab. depuis 1999.

Saint-Félix-de-Foncaude (300 hab., 1 033 ha dont 540 de vignes, 265 de bois), 5 km SSO de Sauveterre, est traversée par la Vignague et la D672. l’habitat est dispersé. La commune est issue d’une fusion de 1848; Saint-Félix est au nord, Foncaude au sud, mais comme lieux-dits avec églises quasi isolées; la mairie est à Planeau au NE, près du château de Pommiers (13e-14e s.), bien rénové. Les sources d’eau chaude du Fontet, au sud, sont captées. La commune a 40 hab. de plus qu’en 1999.

Saint-Laurent-du-Bois (260 Saint-Laurentais, 741 ha), 8 km SO de Sauveterre, est sur la D672; +40 hab. depuis 1999; 460 ha de vignes.

Saint-Hilaire-du-Bois (80 Saint-Hilairiens, 450 ha), 4 km au sud de Sauveterre, a 160 ha de vignes; la D670 traverse le finage à l’est, le GR6 au milieu; église du 12e s., isolée avec la mairie sous le hameau de Serizier, principal habitat.

Saint-Martin-du-Puy (200 Martinois, 910 ha dont 230 de bois), 6 km ESE du chef-lieu, a 670 ha de vignes et un habitat dispersé. Le finage est bordé à l’est par la vallée encaissée du Ségur et touche au NE à Castelmoron-d’Albret. La commune a 40 hab. de moins qu’en 1999; elle avait plus de 400 hab. dans les années 1830.

Saint-Martin-de-Lerm (140 Hermois, 702 ha dont 200 de bois, 160 de vignes), 7 km SE de Sauveterre, est également bordée par le Ségur à l’est. Le petit village est relayé au sud par le hameau de Gabouriaud; châteaux Villepreux au nord, Larose au SE. Le Ségur conflue au SE avec le Dropt, qui limite le finage au sud.

Landerrouet-sur-Ségur (100 Landerrouetiens, 314 ha), 8 km SE de Sauveterre, a un finage étroit, allongé sur le coteau gauche du Ségur jusqu’à son confluent avec le Dropt; l’habitat suit le coteau.

Mesterrieux (220 Mesterriais, 359 ha), 9 km SE de Sauveterre, déploie son habitat sur le coteau droit du Dropt; moulin dans la plaine, quelques vignes sur le plateau.

Neuffons (160 Neuffonais, 467 ha), 12 km SE de Sauveterre, disperse son habitat sur le plateau et sur le coteau du Dropt, dont le cours borne le finage au sud. Neuffons est au nord sur le relief, les Moureaux le principal hameau sur le coteau, et la mairie est à la Misère au SE; un étang rond endigué orne la plaine du Dropt au SE (lac des Neuf Fontaines). Le nom de Neuffons vient de novo fundus, terre neuve, réinterprété ultérieurement en neuf fontaines…

Coutures (100 hab., 340 ha) est à 14 km ESE de Sauveterre sur le coteau du Dropt; église du 12e, 110 ha de vignes.

Saint-Sulpice-de-Guilleragues (230 Saint-Sulpiciens, 689 ha), 4 km SO de Monségur, s’orne du château de Guilleragues (16e s.), sur le coteau de droite de l’Andouille, qui traverse le finage et rejoint le Dropt, rive gauche, à son angle NO. La commune possède ainsi une partie de la plaine du Dropt, sur 2 km de long.

Sainte-Gemme (200 Saint-Gemmois, 955 ha) est encore viticole (290 ha de vignes); son embryon de village est sur la colline qui domine la confluence de l’Andouille et de la Cigogne.

Le Puy (400 Podiens, 815 ha), 14 km ESE de Sauveterre, juste au nord de Monségur, se déploie dans la plaine du Dropt au nord de la rivière, plus un triangle de collines au nord. L’habitat s’y disperse en hameaux; celui du Bourg est sur le coteau du Dropt mais se réduit à peu près à l’église; la mairie est à celui de Bordepaille à l’est dans la plaine. La commune a 170 ha de vignes. La population a augmenté de 110 hab. depuis 1999 (+38%).

Trois communes sont à l’est de Monségur et limitrophes de la Dordogne.

Cours-de-Monségur (280 Coursois, 964 ha), 20 km ESE de Sauveterre, juste à l’est de Monségur, est également sans village. Elle possède au nord une partie de la plaine du Dropt, prolongée vers le NE par une longue queue jusqu’au confluent de la Dourdèze, sur le tracé de la D668, ce qui assure à Cours plus de 5 km de longueur de plaine, compte non tenu des multiples sinuosités de la rivière; 140 ha de vignes. La mention de Montségur a été ajoutée à Cours en 1927.

Taillecavat (320 Loubatons, 949 ha, dont 180 de vignes), 24 km de Sauveterre à l’est de Cours, a son village sur le relief, et inclut une partie de la plaine du Dropt mais n’atteint pas la rivière, dont elle est séparée par la queue de Cours; elle a gagné 50 hab. depuis 1999.

Dieulivol (340 dieulivolais, 1 047 ha dont 270 de vignes), 21 km ESE de Sauveterre, perche mairie, église et peu de maisons sur le haut du coteau droit du Dropt. Le nom, «dieu le veut» est le même que le cri de guerre des Croisés, mais a pu n’être choisi que comme par défi, pour un site escarpé et défendu. Le finage se partage entre des serres au nord et la plaine du Dropt au sud, et atteint à l’est le cours et le confluent de la Dourdèze; à l’ouest, il atteint le cours de la Lone et son confluent avec le Dropt; +70 hab. depuis 1999.

Une dizaine de communes encore sont au nord-est de Sauveterre, sans atteindre la limite départementale.

Saint-Ferme (360 Saint-Fermois, 2 009 ha dont 461 de bois, 330 de vignes), 14 km à l’est de Sauveterre, a un vrai village sur un bas plateau viticole, et un finage relativement étendu. À l’ouest, le château du Parc est flanqué d’un assez grand bois (120 ha) aménagé en parc à allées rayonnantes; à l’est, le finage est bordé par la Lone.

Rimons (190 Rimonais, 1 438 ha dont 350 de bois et 430 de vignes), 9 km ESE de Sauveterre, est bordée à l’ouest par le Ségur et contient au sud le bois de Sainte-Émilienne. Le finage est traversé par la Gouraude, affluent du Ségur, qui passe au pied du maigre village.

Castelmoron-d’Albret (53 Castelmoronais, 4 ha seulement), 7 km à l’est de Sauveterre, a le plus petit territoire des communes de France, au bord de la D230. C’est un intéressant «village de caractère» avec tour, porte et remparts, agrippé sur le coteau de rive droite du Ségur. La mention d’Albret a été ajoutée en 1957: le village fut une possession de la famille d’Albret du 14e au 16e s. Il était deux fois plus peuplé en 1962.

Caumont (150 Caumontois, 758 ha dont 230 de bois, 110 de vignes), 7 km à l’est de Sauveterre, est une commune sans village au nord de Castelmoron, bordée à l’est par le Ségur.

Cazaugitat (250 Cazaugitais, 1 435 ha dont 320 de bois et 690 de vignes), 9 km ENE de Sauveterre, étend son finage du Ségur à l’est (ici ruisseau de Doulens) à la Vignague au NO; +40 hab. depuis 1999.

Cleyrac (160 Cleyracais, 607 ha), 5 km NE de Sauveterre, a un petit village sur la D672, au-dessus de la Vignague, château de Bergeran au SO; 240 ha de vignes.

Mauriac (260 Mauriacais, 1 002 ha dont 190 de bois, 490 de vignes), 8 km NE de Sauveterre, a 442 ha de vignes et un lac collinaire de 8 ha dans un vallon affluent de la Gamage.

Soussac (190 Soussacais, 661 ha dont 610 de vignes) est à 11 km ENE de Sauveterre.

Saint-Antoine-du-Queyret (70 Saint-Antoinais, 685 ha dont 530 de vignes) , 14 km au NE de Sauveterre, est à la limite du Pays Foyen, sans village. L’Escourch limite le finage au nord.


Targon

(2 090 Targonnais, 2 588 ha dont 620 de vignes et 1 000 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon, 28 km au nord de celle-ci, dans le pays de Benauge; vins de l’Entre-Deux-Mers. Sa population augmente depuis 1962 (1 100 hab.) et s’est accrue de 380 hab. après1999 (+22%). C’est la plus peuplée de la communauté des Communes rurales de l’Entre-Deux-Mers (Entre-Deux-Mers (Rurales de l’)), à l’extrémité occidentale du territoire communautaire. La bourgade est aux sources de l’Euille. La D671 y traverse une partie du finage au nord, près de l’église ruinée de Montarouch; châteaux de Vermont et de Bruffaneau (16e au 19e) au sud; transports Picaud (40 sal.).