Communauté de communes Charente-Arnoult-Cœur de Saintonge

Charente-Arnoult-Cœur de Saintonge (communauté de communes de)

Highslide JS

groupement intercommunal de Charente-Maritime, formé par 18 communes autour de Saint-Porchaire, où est le siège; 16 200 hab., 27 200 ha; le nom est fourni par la rivière Arnoult, affluent de la Charente, assortie d’une mention supplémentaire à fonction publicitaire. Seule Pont-l’Abbé-d’Arnoult y atteint 2 000 hab.

Saint-Porchaire (1 890 Saint-Porcherois, 1 740 ha dont 275 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Charente-Maritime dans l’arrondissement de Saintes, 16 km au NO de Saintes sur la N137. C’est un village-centre assez bien équipé, avec un collège public; métallerie Bouquet (35 sal.); La Poste (55 sal.); golf de la Valade à la pointe SE; étang d’anciennes carrières au SE du bourg; grottes du Bouil Bleu au nord dans la vallée du Bruant. Un peu plus loin, à 1 500 m au nord du bourg dans les marais du Bruant, que ce ruisseau de 9 km draine tant bien que mal vers la Charente, le château de la Roche-Courbon a été édifié en 1475, agrandi au 17e s., remanié au 18e. À l’abandon, il fut repris en 1920 à la suite d’un appel de Pierre Loti et rénové, mais sa situation dans le marais rend son entretien difficile; il possède une grande façade à deux tours rondes, des pièces d’eau et de beaux jardins à la française, un petit musée de préhistoire. La population communale augmente depuis le minimum de 1931, à 930 hab. Elle a gagné 530 hab. depuis 1999 (+39%). Le nouveau canton de Saint-Porchaire a 20 communes et 19 500 hab.

Plassay (730 Plassayens, 1 687 ha dont 580 de bois) est 5 km à l’est de Saint-Porchaire; l’A837 longe la limite orientale du finage, sans accès mais avec un écomusée sur l’aire de repos de la Pierre de Crazannes; +240 hab. depuis 1999 (+49%).

Port-d’Envaux (1 190 Port-d’Envallois, 2 255 ha dont 732 de bois), 9 km ENE de Saint-Porchaire sur la rive gauche de la Charente, fut un actif port de batellerie et conserve un alignement de belles façades sur le quai. Au nord, se voit le château de Panloy (ou Panloie), de 1773 avec un beau parc et une fuie de 2 500 boulins qui date du 17e siècle. Au sud, s’offrent la belle place du village de Saint-Saturnin-de-Séchaud (ancien nom de la commune avant 1853), le château de Mouillepied du 15e et du 18e s., rénové et garni de jardins en terrasses par un intendant de la Royale et actuellement hôtellerie, et le bois de la Vallée; grottes et tumuli. Au nord, parcours artistique des Lapidiales dans d’anciennes carrières. L’A837 longe le finage à l’ouest, l’A10 le traverse au SE; +180 hab. depuis 1999.

Crazannes (450 Crazannais, 481 ha), 8 km au NE de Saint-Porchaire, fut réputée pour ses carrières de pierre calcaire à grain très fin, dont l’histoire est rappelée dans une Maison de la Pierre de Crazannes (sur le territoire de Plassay); mais l’extraction s’est achevée en 1955; château du 15e et du 18e s. avec donjon, porte flamboyante et boiseries. La Charente borde le finage à l’est; camping au village.

Geay (760 Geayais, 1 590 ha), 6 km NNE de Saint-Porchaire, sur le rebord d’une terrasse de la Charente, se signale par sa haute église, issue d’un prieuré lié à un hôtel des templiers; château à l’est. La Charente borde le finage au nord mais le rivage est désert; dans la vallée subsiste un canal latéral. La D137 rectiligne traverse le finage au SO; +180 hab. depuis 1999.

Romegoux (620 Romégousiens, 1 325 ha) est à 7 km NNO de Saint-Porchaire, avec un château, sur un rebord de terrasse; au nord, canal et Charente; à l’est, marais du Bruant, qui conflue avec la Charente au NE; +100 hab. depuis 1999.

La Vallée (700 Vallois, 1 637 ha), 11 km N0 de Saint-Porchaire, a un habitat dispersé. La Charente limite le finage au nord, laissant une plaine vide où passe le canal. La N137 (D137) traverse le finage au SO; +40 hab. depuis 1999.

Beurlay (1 060 Beurlaisiens, 971 ha dont 243 de bois), sur la N137 à 6 km de Saint-Porchaire, semble avoir un nom très assorti aux spécialités locales, mais qui viendrait d’un patronyme gaulois en Burius ou Burelius. Le plus curieux est que deux de ses anciennes fabriques, une laiterie et une biscuiterie, sont devenues des monuments classés; reste un atelier de biscuiterie et pâtisserie industrielle (Beurlay, 30sal.); constructions Bernard (35 sal.). Le village est à l’étranglement d’un finage qui s’étend un peu au NO et au sud; +290 hab. depuis 1999 (+37%).

Trizay (1 520 Trizayens, 1 413 ha), 12 km NO de Saint-Porchaire, a des restes d’une abbaye, avec des peintures murales du 15e s.; maison de retraite Jardins des Tilleuls (35 sal.). Au NO, le finage atteint le canal de la Seudre au hameau de Monthérault; non loin au Bois Fleuri, base de loisirs avec plan d’eau de 5 ha dans une ancienne carrière; entre les deux passe une voie verte sur un ancien tracé ferroviaire. La limite occidentale du finage suit le canal de Pont l’Abbé au fond d’une vallée sinueuse aux marais drainés; le hameau du Petit Village y occupe un promontoire de méandre; +380 hab. depuis 1999 (un tiers).

Sainte-Radegonde (600 Sainte-Radegondais, 1 114 ha dont 334 de bois), 10 km NO de Saint-Porchaire, a la même bordure occidentale que Trizay; au sud, le finage jouxte Pont-l’Abbé et a reçu une partie de son habitat; au NE, le finage atteint les maisons de Beurlay; +210 hab. depuis 1999 (+54%).

Saint-Sulpice-d’Arnoult (850 Saint-Sulpiçois, 1 612 ha dont 361 de bois) est à 9 km OSO de Saint-Porchaire, en amont de Pont-l’Abbé sur la rive gauche, redoublée rive droite par le hameau des Guillons. À la pointe sud du finage, tour de l’Isleau sur une petite butte du marais. Tout au NE, le finage dépasse la D137, qui croise la D18 au carrefour du Fief de Foye; +350 hab. depuis 1999 (+70%).

Sainte-Gemme (1 320 Sainte-Gemmois, 4 091 ha dont 469 de bois), à 13 km SO de Saint-Porchaire, touche à l’extrémité des anciens marais de Brouage, où subsiste le lac de Cadeuil (36 ha), aménagé et doté d’une base de loisirs, entouré d’autres étangs; centre d’aide par le travail agricole de Magné (120 sal.). La D728, traverse le sud-ouest du finage; parc animalier à Cadeuil, ferme pédagogique plus à l’est à Magné; +410 hab. depuis 1999 (+45%).

Nancras (800 Nancrassiens, 306 ha) est a 15 km SO de Saint-Porchaire, au carrefour des D728 et D117, mais n’a qu’un étroit finage; église inscrite du 14e s.; +370 hab. depuis 1999 (+86%).

Balanzac (550 Balanzacais, 1 275 ha), 14 km SSO de Saint-Porchaire, disperse ses maisons aux abords de la D728; +190 hab. depuis 1999 (+53%).

Soulignonne (720 Soulignonnais, 1 431 ha dont 175 de bois), 7 km au sud de Saint-Porchaire, est sur la rive droite de l’Arnoult et son habitat s’étale de part et d’autre de la vallée; château de Ransanne (15e s.) au NO; +170 hab. depuis 1999 (+31%).

Les Essards (710 Essartais, 966 ha), a un petit village 4 km au SE de Saint-Porchaire, et d’assez nombreux hameaux; +210 hab. depuis 1999 (+42%).

Nieul-lès-Saintes (1 240 Nieulais, 2 041 ha dont 370 de bois) est à 10 km SE de Saint-Porchaire; le finage atteint l’Arnoult à l’ouest, la D728 le traverse au sud, où sont quelques bois. Belle église romane du 12e s., château des 14e et 17e à l’ouest; +240 hab. depuis 1999 (+24%).


Pont-l’Abbé-d’Arnoult

(2 020 Pontilabiens, 1 241 ha), commune de la Charente-Maritime (Charente-Arnoult, 8 km à l’ouest de Saint-Porchaire, est sur la rive droite de l’Arnoult canalisé, avec sur la rive gauche le faubourg de la Chaume. Elle conserve un ancien prieuré bénédictin du 11e s. dont le portail roman est très sculpté; collège et lycée catholiques, maison familiale rurale, camping; quelques très petites entreprises de meubles, matériel agricole, travaux publics; négoce de matériel agricole Chambon (20 sal.), un supermarché Carrefour (30 sal.). La population communale est passé par un creux en 1962 (1 230 hab.) puis a repris, mais s’est stabilisée après 1999; elle avait atteint 1 400 hab. au 19e s. Le nom était simplement Pont-l’Abbé avant 1962.