Communauté de communes de l’Estuaire

Estuaire (communauté)

Highslide JS

intercommunalité de la Gironde au nord du département, dont le nom complet est «communauté de communes de l’Estuaire-canton de Saint-Ciers-sur-Gironde», bien compliqué et périmé puisque le canton de Saint-Ciers-sur-Gironde n’existe plus. Elle siège à Braud-Saint-Louis et associe 15 communes, 15 600 hab. sur 24 800 ha. Seule Saint-Ciers-sur-Gironde dépasse 2 000 hab.

Braud-et-Saint-Louis (1 610 Braudiers, 4 924 ha dont 1 964 de bois, 220 ha de vignes), 5 km SSO de Saint-Ciers, a accueilli au bord de la Gironde la centrale nucléaire du Blayais (1981, 4 groupes de 910 MW chacun, 1 330 employés); mécanique Endel (75 sal.), chaudronnerie Sigedi (65 sal.), constructions Sogea (50 sal.), gardiennage Main (45 sal.), éditions CVSI-EA (40 sal.). Elle avait 990 hab. en 975, 1 750 en 1982, a diminué ensuite puis a regagné 320 hab. après 1999. Le finage n’a qu’une petite partie de basses collines au SE: il se déploie dans la plaine à polders et, au sud, dans la vallée marécageuse de la Livenne; un camping, parc animalier des Nouvelles Possessions à l’extrême NO.

Saint-Palais (520 Saint-Palaisiens, 976 ha dont 161 de bois), 3 km NE de Saint-Ciers à la limite de la Charente-Maritime, cultive 330 ha de vignes et a 90 hab. de plus qu’en1999. Le finage est tout entier dans les basses collines; église du 12e s., un camping.

Pleine-Selve (230 Selvois, 423 ha), 5 km NE de Saint-Ciers, est une petite commune limitrophe de la Charente-Maritime, dans les basses collines, traversées par la D137; église classée du 12e, deux petits lacs dans la vallée de Taillé à l’est; 125 ha de vignes, +40 hab. depuis 1999.

Saint-Aubin-de-Blaye (860 Saint-Aubinois, 1 154 ha dont 220 de vignes et 233 de bois), 5 km SE de Saint-Ciers, est sur la route nationale vers Saintes (D137); chaudronnerie (A2M, Assistance Maintenance Métallurgie, 80 sal.), métallerie Orys (60 sal.), télécom TSM (20 sal.); ingénierie Onet TI (190 sal.). Le finage est traversé au sud par la Livenne; elle y reçoit le ruisseau de Ferchaud, qui limite le territoire à l’est; hameaux du Champ des Chailles à l’ouest, des Pajots au sud. La commune a 150 hab. de plus qu’en 1999.

Val-de-Livenne (1 770 hab., 3 740 ha dont 1 242 de bois) est une commune nouvelle, née en 2019 de la fusion entre Marcillac et Saint-Caprais. Marcillac (1 170 Marcillacais, 3 223 ha dont 1 228 de bois et 850 de vignes), 9 km ESE de Saint-Ciers et limitrophe du département de Charente-Maritime, est bordée au sud par la Livenne et traversée à l’ouest par l’A10; église classée du 12e. Elle a plusieurs hameaux et, tout à l’est dans les bois près de Montendre, un hippodrome et un aérodrome, dit de Montendre-Marcillac, ou Marcillac-Estuaire, code LFDC, avec une piste gazonnée de 800 m et un aéroclub à Montendre (Charente-Maritime); vins de Tutiac (50 sal.), distillerie DVB (25 sal.). La population communale a décliné (1 500 hab. vers 1930) mais a repris 150 hab. depuis 1999; la société EBV produit de l’électricité (12,5 MW) avec les déchets de la vigne.

Saint-Caprais-de-Blaye (600 Saint-Capraisiens, 517 ha dont 160 de vignes), 4 km à l’est de Saint-Ciers, est aussi en limite du département. Le finage est traversé par la vallée de Ferchaud, flanquée à l’ouest de la D137, à l’est de l’A10, qui offre au nord une aire de repos. Le village est juste à l’est de la rivière, complété au NO par le hameau de Ferchaud. La population a augmenté de 190 hab. depuis 1999 (+46%).

Reignac (1 620 Reignacais, 3 743 ha dont 1 650 de bois et 550 de vignes), 11 km SE de Saint-Ciers, occupe le sud-est du territoire intercommunal; centre de formation multi-métiers; gros hameau de Verdot au SE. L’A10 traverse le finage, avec un échangeur au NO; la Livenne le borde au nord, dans une partie très boisée; base autoroutière ASF (30 sal.), maçonnerie Neveu (45 sal.), négoce de cosmétiques Natural Santé (25 sal.). La population a augmenté de +360 hab. depuis 1999 (+29%).

Étauliers (1 510 Étaulois, 1 298 ha dont 270 de bois), à 9 km SSE de Saint-Ciers sur la D137, a profité aussi de la centrale de Braud; elle avait 750 hab. en 1975, 1 500 en 1982 et a encore gagné 100 hab. depuis 1999, mais elle n’est pas viticole. La moitié occidentale du finage est dans la plaine à marais drainés, avec de nombreux petits étangs; Intermarché (35 sal.), constructions ECG (50 sal.).

Anglade (960 Angladais, 1 382 ha dont 220 de vignes), 10 km SSO de Saint-Ciers, quoique plus occidentale qu’Étauliers, est au contraire un village viticole des basses collines; toutefois, le marais drainé s’étend au nord du finage et au NO, occupant une bonne moitié du finage; plusieurs hameaux dans les vignes au sud, +180 hab. depuis 1999.

Saint-Androny (570 Andronyciens, 1 165 ha dont 310 de vignes), 13 km SSO de Saint-Ciers 8 km au nord de Blaye, a son village et des hameaux dans les vignes au SE du finage, mais la plus grande partie de celui-ci est dans la basse plaine sillonnée de canaux. Le finage s’étend même sur près de 7 km le long de la Gironde et englobe l’île de Patiras, habitée et dotée d’un phare.

Eyrans (760 Eyranais, 428 ha dont 176 de vignes), 14 km au sud de Saint-Ciers, est à l’écart des palus. Le petit village est à l’ouest, mais bien moins peuplé que le hameau du Pontet, à l’est sur la D137 à la fonction de la D937; service des eaux Saur (40 sal.); +170 hab. depuis 1999 (+29%).

Cartelègue (1 290 Cartelèguais, 1 145 ha dont 281 de bois), 15 km SSE de Saint-Ciers et 10 km au NE de Blaye, cultive 220 ha de vignes et a gagné 390 hab. depuis 1999 (+43%). Au NO, le hameau de Ganache est près de la D137.

Mazion (540 Mazionnais, 371 ha), 18 km au sud de Saint-Ciers, 6 km NE de Blaye, a gagné 130 hab. depuis 1999 (+32%); 290 ha de vignes. Le village est tout au SO près de la D937; camping .

Saint-Seurin-de-Cursac (770 Severinois, 236 ha), 5 km NE de Blaye, traversée par la D937, concentre son habitat au NE du finage, en continuité avec celui de Mazion; moulin à vent à Peylon au sud (16e s.); maison de retraite (70 sal.).


Saint-Ciers-sur-Gironde

(3 080 Saint-Cyriens, 3 834 ha dont 3 000 de bois, 640 de vignes) est un ancien chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Blaye, à l’est de l’estuaire de la Gironde à la limite du département, 20 km au nord de Blaye, dans la communauté de l’Estuaire (Estuaire (communauté)). Elle fut Saint-Ciers-Lalande jusqu’en 1902. La bourgade partage avec Braud-et-Saint-Louis un grand marais semi-circulaire, drainé depuis le 17e s. par des Hollandais à l’initiative du duc de Saint-Simon; spécialité de légumes; musée archéologique, collège public; magasin Super-U (35 sal.), négoce de matériaux MNB (35 sal.), installations électriques Sietel (35 sal.); maison de retraite (70 sal.) . Le reste du finage s’étend à l’est dans les premières basses collines viticoles. La population communale, descendue de 2 900 hab. en 1876 à 2 000 en 1975, a fait peu après un saut durable de près d’un millier d’habitants avec la construction de la proche centrale nucléaire; elle a baissé de 60 hab. depuis 1999.