Communauté de communes Bassin Auterivain Haut-Garonnais

Auterivain Haut-Garonnais (Bassin)

Highslide JS

communauté de communes de la Haute-Garonne, associant 19 communes, 30 900 hab. sur 30 300 ha. Auterive (siège), Cintegabelle, Lagardelle-sur-Lèze, Miremont, Venerque et Vernet ont plus de 2 000 hab.

Auragne (430 Auragnais, 1 363 ha), 9 km NNE d’Auterive, se perche sur une butte au sein des collines du Terrefort, au-dessus de la vallée du Tédelou; la commune a gagné 110 hab. depuis 1999 (+34%).

Labruyère-Dorsa (280 Labruyérois, 219 ha), 10 km au nord d’Auterive, ne contient que deux petites collines; le Tédelou limite le finage au NE. La population a doublé depuis 1999.

Grépiac (1 010 Grépiacois, 818 ha) est sur la rive droite de l’Ariège, 8 km au NNO d’Auterive. Le finage déborde un peu sur la rive gauche mais est surtout dans les collines du Terrefort. Au NE, la Hise limite le finage et reçoit le Tédelou. Au sud, un lobe de méandre de l’Ariège offre étangs et peupleraies; petit village annexe de Gaillard Tournié sur la rive droite. La population a augmenté de 210 hab. depuis 1999.

Beaumont-sur-Lèze (1 580 Beaumontais, 2 631 ha dont 240 de bois), 11 km ONO d’Auterive et à 27 km de Toulouse, conserve quelque autonomie de services et de commerces; maçonnerie Renaille (25 sal.), charpentes BST (20 sal.). De 1 500 hab. en 1861, sa population était descendue à moins de 800 en 1962, mais elle augmente depuis et s’est accrue de 150 hab. après 1999. Le finage est traversé par la vallée de la Lèze, qui est longée par la D4. Le village s’étire au pied du coteau droit; plusieurs châteaux, dont celui de Vignoles (16e-17e, inscrit) près du village au NO, et celui de la Pescadoure, perché sur le coteau au sud.

Auribail (210 Auribaillais, 894 ha), commune sans village, dans les collines à 10 km à l’ouest d’Auterive, à la source du Taillefer, qui devient l’Esquerre en aval; +40 hab. depuis 1999.

Lagrâce-Dieu (590 Gracieux-Divins, 852 ha dont 170 de bois), 4 km OSO d’Auterive, a son petit village originel dans la petite vallée encaissée du Rouze, mais son habitat récent au-dessus, sur une ancienne terrasse de l’Ariège. Au nord, Magrens est la trace d’un ancien village réuni vers 1800. Le finage s’étire vers le SO; jardin d’agrément signalé. La population a plus que doublé depuis 1999 (280 hab.).

Puydaniel (500 Puydaniélains, 738 ha dont 190 de bois), 3 km OSO d’Auterive, a son village sur le talus de la terrasse de l’Ariège, et un finage également allongé vers le SO, limité au NE par le cours de la Mouillonne; église inscrite du 14e s. Elle a gagné 180 hab. depuis 1999 (+56%).

Mauressac (520 Mauressacois, 452 ha), 4 km SO d’Auterive, est sur le versant gauche en pente douce de la terrasse de l’Ariège et a plus que doublé sa population depuis 1999 (240 hab.).

Grazac (580 Grazacois, 717 ha dont 190 de bois), 5 km SSO d’Auterive, est aussi en rebord de terrasse, augmentée de nombreux pavillons, avec 130 hab. de plus qu’en 1999.

Caujac (850 Caujaccois, 1 082 ha dont 200 de bois), 6 km au sud d’Auterive, a son village serré sur un promontoire du rebord de terrasse, avec des lotissements au pied; le finage s’étend vers le SO dans les collines. La population a augmenté de 410 hab. depuis 1999 (+91%).

Esperce (260 Esperçois, 1 642 ha dont 279 de bois), 10 km SO d’Auterive, a son village perché au milieu des collines du Terrefort; château avec jardin d’agrément signalé; +40 hab. depuis 1999.

Gaillac-Toulza (1 270 Gaillacais, 4 040 ha dont 559 de bois), 12 km au sud d’Auterive dans la petite vallée du Calers, fut au 12e siècle une création de l’abbaye de Calers, dont les restes sont à 2 km en aval du village, puis reconstruit en bastide et à nouveau détruite, mais en garde un plan régulier et de belles maisons; écomusée du pays. Le finage s’étend surtout dans les collines du Terrefort. Le château de Verdaich, au NE du village, accueille une clinique de rééducation de 146 lits (270 sal.). La population communale est passée de 2 000 hab. vers 1860 à 610 en 1982, mais croît depuis, dont 350 hab. après 1999 (+38%).

Marliac (140 Marliacois, 720 ha), 16 km au sud d’Auterive, au sud de Gaillac-Toulza, est une commune du Terrefort sans village.


Auterive

(9 720 Auterivains, 3 654 ha) est un ancien chef-lieu de canton de la Haute-Garonne, 20 km au SE de Muret et 30 km au sud de Toulouse. La commune se partage entre collines du Terrefort à l’est et plaine de l’Ariège à l’ouest. Le bourg se tient de part et d’autre de l’Ariège et contient une île allongée avec sports, parc de loisirs, camping et petite centrale électrique. L’ancien bourg est sur la terrasse de rive droite du fleuve, mais la croissance s’est faite sur les deux rives, avec de nombreux pavillons sur les premiers reliefs au SE, et un vaste complexe d’habitations et d’entreprises à l’ouest, le long de l’axe de circulation formé par la D820 (ex-N20) et la voie ferrée vers l’Ariège. La proximité relative de Toulouse (33 km) a multiplié les petits ateliers et fait croître la population communale, qui était déjà toutefois de 3 000 hab. vers 1960, plus de 5 000 en 1975; elle a augmenté de 3 090 hab. (+47%) depuis 1999.

La ville a un collège public, une maison de retraite (Belles Rives, 50 sal.). Le bourg avait reçu une manufacture de drap au 18e s.; ses bâtiments ont été transformés en hôtellerie Auterive est le siège de la communauté de communes de l’Auterivain. Elle a un supermarché Carrefour (70 sal.), et un petit ensemble de fabrications: peintures Reca (110 sal.); traitements de surfaces Procolor (50 sal.), matériels électriques HBF (Inotech, 130 sal.), mécanique LPF (30 sal.) et Noval (35 sal.); menuiserie Labastère (35 sal.), menuiserie-miroiterie Aftal (20 sal.), volets et armatures Fermetures du Lauragais (20 sal.); une fabrique d’huiles et graisses Soleval (45 sal.); maçonnerie Pérusin (25 sal.); installations électriques Brunet (30 sal.). En outre, gardiennage Lancry (85 sal.), nettoyage TFN (600 sal.); restauration collective Elres (25 sal.), secrétariat Matières à Penser (20 sal.); La Poste (50 sal.); négoce de matériaux Terrang (35 sal.).

Le nouveau canton d’Auterive a 47 communes, 48 300 hab. Il inclut Carbonne et toute la communauté de communes du Volvestre.


Cintegabelle

(2 960 Cintegabellois, 5 292 ha dont 436 de bois) est un ancien chef-lieu de canton de la Haute-Garonne à 26 km SE de Muret, 40 km au SSE de Toulouse, sur la rive droite de l’Ariège juste après le confluent avec l’Hers Vif (communauté de l’Auterivain). La commune s’étend au nord sur les collines du Terrefort, à l’ouest et au sud dans la large plaine de l’Ariège; son nom signale probablement une limite ancienne de gabelle, mais un document de 948 évoque un loci Sanctae Gabellae, allusion à une sainte qui reste bien mystérieuse…

Sur les collines lauragaises, le manoir de Bouissou s’accompagne d’un curieux pigeonnier de briques à clochetons. La grande église du 15e s. à clocher toulousain renferme une des plus belles orgues de France, datant du 18e s. Le site et de gros bâtiments du 17e s. de l’ancienne abbaye de Boulbonne, fondée en 1129, sont juste au confluent, à 2 km du bourg. Au sud sur la rive gauche de l’Ariège, le château d’Ampouillac, du 18e s. et bien restauré, appartient aux anciens élèves de l’École Centrale. La N20 et la voie ferrée passent à proximité du bourg, rive gauche; en aval, parc de loisirs du Secourieu, près d’un grand château bourgeois toulousain du 18e s. bien entretenu. Cintegabelle a eu plus de 4 000 hab. au milieu du 19e s., moins de 1 800 en 1962; elle croît lentement depuis et a gagné 580 hab. depuis 1999 (+24%); fabrique de peinture Wilalex Magbel (35 sal.).


Lagardelle-sur-Lèze

(3 040 Lagardellois, 1 378 ha) est une commune de la Haute-Garonne dans la communauté de l’Auterivain, 13 km au sud de Portet et 9 km SE de Muret sur la rive droite de la Lèze à son arrivée dans la plaine de l’Ariège, 22 km SSO de Toulouse; polyclinique Clinea (130 sal., 100 lits), travaux agricoles Stat (20 sal.). Le finage se limite au tracé de la D4 à l’ouest et monte au sud sur la pointe d’interfluve de la terrasse Lèze-Ariège. La commune n’avait que 900 hab. en 1975 et s’est encore accrue de 840 hab. depuis 1999 (+38%).


Miremont

(2 470 Miremontais, 2 240 ha), commune de la Haute-Garonne dans le Bassin Auterivain, 5 km au nord-ouest d’Auterive, dans la plaine de l’Ariège au bord de la terrasse de rive gauche. Le finage, traversé par la voie ferrée et la D820, atteint la rive de l’Ariège au NE devant Grépiac, parmi les étangs de gravières de la Mazade. Peuplée de 1 400 hab. en 1856, elle n’en avait pas 900 en 1975; mais depuis elle a bien profité de la croissance péritoulousaine, et a encore gagné 1 020 hab. (+70%) après 1999. Elle est surtout résidentielle; peinture en bâtiment (Peinture et Enduits, 30 sal.), verger à Prémare au sud-est.


Venerque

(2 630 Venerquois, 1 467 ha) est une commune de la Haute-Garonne dans l’Auterivain, 11 km au nord d’Auterive et 21 km au sud de Toulouse, au bord des reliefs du Terrefort toulousain sur la rive droite de l’Ariège au confluent de la Hise. Elle a une puissante église fortifiée, une base de loisirs nautiques; un Intermarché (50 sal.). Le finage est largement étendu à l’est et au nord dans les collines du Terrefort. L’habitat a gagné dans la vallée de la Hise au SE, où est la zone d’activités de la Tuilerie. La population était de 700 hab. dans les années 1920, 1 000 en 1962, et croît surtout depuis 1970; elle a augmenté de 260 hab. depuis 1999. Le bourg forme une conurbation avec Veret.


Vernet

(2 840 hab., 1 053 ha) est une commune de la Haute-Garonne en Auterivain, dans la plaine de l’Ariège juste face à Venerque et au confluent de la Hise. La bourgade est desservie par une gare et l’ancienne N20 (D820N). Elle a un collège public et un institut médico-éducatif, un Intermarché (60 sal.), un camping. Le finage est traversé à l’ouest par une voie rapide en rocade (D820) avec trois ronds-points, et contient de vastes étangs de gravières au sud-ouest. La population était de 750 hab. en 1954 et a augmenté de 900 hab. depuis 1999 (+49%).