Communauté de communes de la Ténarèze

Ténarèze (communauté de communes de la)

Highslide JS

groupement intercommunal du Gers siégeant à Condom et associant 26 communes (14 900 hab., 49 800 ha). Seule Condom dépasse 2 000 hab.

La Ténarèze est une contrée au nord-ouest du département du Gers et appellation du vignoble d’armagnac, principalement autour de Condom. La Ténarèze fut également le nom d’une route, d’origine préromaine, , qui aurait té nommée terrena car elle n’était pas chaussée, mais chemin de terre; une inversion des consonnes r et n est un phénomène classique. Ce chemin suivait la ligne de partage des eaux entre Adour et Garonne, ce qui lui permettait en principe de ne franchir aucun pont et donc d’être dépourvue de péage; elle passait par Sos, Lupiac, Miélan et Capvern, l’hospice de Rioumajou. Le nom, longtemps quelque peu oublié, a repris vigueur et prestige avec la publicité de l’armagnac et la promotion touristique.

Ligardes (220 Ligardais, 1 130 ha dont 182 de bois) est à 15 km NE de Condom à la limite du Lot-et-Garonne sur la D931; château du 18e. Elle a perdu 40 hab. après 1999.

Gazaupouy (310 Gazaupouyais, 2 094 ha) est à 11 km NE de Condom, perchée sur une forte colline dominant le cours du Grand Auvignon, qui borde le finage à l’ouest; 75 ha de vignes, hameau et ancienne paroisse de Nautéry au NE; bois de Broustès, grottes de Mauvezin et du Sinaï à l’est. Le finage atteint le Petit Auvignon au NE. Il est bordé au NO par la limite départementale, près de l’ancien village d’Estrépouy, qui conserve une tour ruinée du 13e s. La D931 de Condom à Agen traverse le finage au NO.

Castelnau-sur-l’Auvignon (160 hab., 1 022 ha), 9 km ENE de Condom, est un village fortifié du 11e siècle, conservant quelques restes d’enceinte et une tour de l’ancien château, sur un éperon dominant la vallée du Grand Auvignon et au passage du GR65; un menhir au pied. Au SE et également au-dessus de l’Auvignon, hameau et ancienne paroisse d’Aurens, commune absorbée en 1836.

Caussens (640 Caussensois, 1 327 ha dont 175 ha de vignes), 5 km SE de Condom, est un village-rue de crête et a gagné 70 hab. depuis 1999. Le beau château de Mons, sur une butte à l’est, précédé d’une grande allée de chênes, appartient à la Chambre d’agriculture et sert de lieu de réunions, avec une boutique, un centre d’expérimentation et un centre de formation aux métiers de la vigne; surgelés Gercaugel (40 sal.). Au nord dans la vallée du Gardillon qui traverse le finage, Caussens a la partie amont du lac de barrage du Bousquétard (Condom). La Béoudy limite le finage au SO, le Grand Auvignon au NE.

Blaziert (140 Blaziertois, 1 097 ha), 10 km ESE de Condom, est un village fleuri (4 fleurs) avec chemin des senteurs et cadrans solaires. Le Grand Auvignon borde le finage à l’ouest.

Roquepine (42 Roquepinois, 377 ha) est une très petite commune dans les collines à 11 km SE de Condom, donnant à l’est sur l’Auvignon.

Saint-Orens-Pouy-Petit (190 Saint-Orinois, 1 131 ha dont 159 de bois), 9 km SE de Condom, a son village tassé en rond sur un replat de mi-versant; +40 hab. depuis 1999. Le château de la Plagne est proche au nord, sur un promontoire. Tout au sud, Pouy Petit est un reste de hameau sur un autre promontoire, venant d’une commune absorbée en 1841. La Gèle limite au sud-ouest le finage, que traverse ici la D654.

Béraut (350 Bérautois, 1 243 ha), 7 km SSE de Condom, est sur le versant droit de la Gèle au passage de la D654, qui traverse tout le finage. La commune abrite un musée d’art naïf et, au château d’Ensoulès au NE, un laboratoire fabriquant parfums et produits de toilette du groupe français Gernetic (20 sal.); travaux viticoles SPV (40 sal.); château de Malaussane dans un bois au bord de la Gèle au NO.

Maignaut-Tauzia (270 Maignautois, 1 114 ha) est à 11 km SSE de Condom et à l’est de Valence-sur-Baïse; pigeonnier inscrit au village. Maignaut et Tauzia-Grand ont fusionné en 1837; Tauzia ne figure plus que comme château ruiné (13e s.) au NO. Le finage, bordé à l’ouest par l’Auloue, atteint au NE la vallée de la Gèle. La commune a 70 ha de vignes et a augmenté de 90 hab. depuis 1999 (+50%).

Saint-Puy (610 Saint-Pouyards, 3 688 ha), 14 km SE de Condom, 7 km à l’est de Valence, occupe un oppidum. Son large finage est borné au SO par l’Auloue et traversé par la Gèle; il a 193 ha de vigne. Au village, château de Monluc (16e s.) avec caves et production d’armagnac, spécialité de pousse-rapière.

Valence-sur-Baïse (1 150 Valenciens, 2 760 ha dont167 ha de vignes) est un ancien chef-lieu de canton du Gers dans l’arrondissement de Condom, 10 km au sud de Condom, sur une butte au confluent de la Baïse et de l’Auloue. C’est une bastide du 1274, fondée par paréage entre l’abbaye de Flaran et le comte d’Armagnac. L’abbaye cistercienne de Flaran avait elle-même été installée dans la vallée, en 1151; située juste en aval de Valence, elle appartient à présent au département, qui en entretient les bâtiments et en a fait un centre culturel, abritant entre autres un Institut Culturau de Gasconha; église du 12e s., cloître des 14e-15e s., salles des 15e-17e s. Elle est flanquée d’un hippodrome.

Le village, perché sur un long éperon dominant la rive droite de la Baïse, montre les restes d’une porte et de remparts, et des maisons anciennes. La Baïse est navigable pour la plaisance à partir de Valence, et la première écluse se trouve à Flaran; base de loisirs nautiques sous le village. Au SO, au-dessus de la vallée du Pouchet, hameau et ancienne paroisse d’Ampeils, commune absorbée en 1839.

Valence, en position de carrefour sur la D930 d’Auch à Condom, a quelques entreprises de travaux publics et agricoles: Touja (100 sal.), Eurovia (45 sal.), Eurotravi (20 sal.). Le déterminant -sur-Baïse a été ajouté au nom du village en 1958. La commune a culminé à 1 700 hab. en 1881 et s’est dépeuplée jusque dans les années 1930, avant de stabiliser à peu près sa population.

Larroque-Saint-Sernin (170 Larroquois, 1 796 ha) est à 22 km SE de Condom au SE de Valence. La commune a été créée en 1851 à partir de Saint-Puy. Le finage est bordé à l’ouest par la Baïse, avec un hippodrome rive droite. Le très petit village est en fond de vallon.

Beaucaire (270 Beaucairiens, 1 614 ha) est juste au sud de Valence, à 15 km au sud de Condom sur la rive gauche de la Baïse et la D839. Le finage s’étend des deux côtés de la rivière.

Lagardère (80 Lagardérois, 495 ha dont 116 de vignes), 6 km OSO de Valence, 17 km SSO de Condom, est sur une échine entre les vallons du Grésillon à l’ouest, du Pouchet à l’est; plusieurs restes de châteaux du 13e s., dont la grande enceinte et le donjon de Pardeilhan.

Mansencôme (49 Mansencômois, 405 ha), 3 km à l’ouest de Valence-sur-Baïse, 14 km SSO de Condom, a un petit finage E-O presque entièrement enclavé dans celui de Valence. Le village, à l’est, domine le versant droit du Pouchet, avec un château. De l’autre côté à l’ouest se tient le château de Busca-Maniban, du 17e s., l’un de ceux qui ont la réputation d’avoir 365 fenêtres. La commune a 115 ha de vignes.

Mouchan (430 Mouchanais, 1 311 ha), 10 km au SO de Condom sur la route d’Eauze, est au pied du versant droit de l’Osse. Le village conserve une église romano-gothique d’origine bénédictine. La population s’est accrue de 60 hab. depuis 1999; 192 ha de vignes et musée viticole de la Gascogne d’autrefois à la Salle, juste au SE du village; grotte du Padanet au SE. Le finage s’allonge du nord au sud; il est traversé par la D931, dépasse au NO la vallée de l’Osse, et le cours du Pouchet le borne au SE.

Cassaigne (230 Cassaignais, 858 ha), 7 km SSO de Condom, a un château des 13e, 15e et 18e s. qui propose à la visite de grands chais d’armagnac et un musée de la vigne. La commune a 100 ha de vignes sur un finage de basses collines, qui atteint à l’est le cours de la Baïse. Elle s’est accrue de 40 hab. depuis 1999.

Larressingle (220 Larressinglois, 855 ha), à 6 km OSO de Condom, est l’un des villages les plus connus du Gers, classé «village de charme», car il se présente en forme de petite citadelle ronde, à une seule porte. Le nom vient d’ailleurs de cingula, ceinture. Il a remarquablement conservé ses 270 m d’enceinte et dos de maisons du 13e siècle, sur une petite colline dominant la vallée de l’Osse, entourant un donjon central de quatre étages. Il offre aussi un parc de loisirs, une collection de machines reconstituées de la «cité des machines du Moyen-Âge», et son armagnac apprécié. Le finage est limité à l’ouest par le cours de l’Osse et jouxte à l’est celui de Condom; château de Beauhas à la limite, au NE.

La partie occidentale de la Ténarèze s’organise autour de la grande commune de Montréal.

Beaumont (150 Beaumontois, 756 ha), 8 km à l’ouest de Condom, fait face à Larressingle de l’autre côté de l’Osse sur le relief. Le village est flanqué d’un beau et grand château à terrasses, achevé en 1620. Au hameau de Vopillon au sud de la commune au bord de l’Osse, une chapelle est issue d’un ancien monastère de femmes de Fontrevraud (1140); pont roman d’Artigues sur l’Osse, classé au titre des chemins de Saint-Jacques, où passe le GR65.

Larroque-sur-l’Osse (250 hab., 1 507 ha), 8 km ONO de Condom, cultive 510 ha de vignes. Le petit village est sur un promontoire. Le finage, limitrophe du Lot-et-Garonne au nord, est borné à l’est par le cours de la Baïse; ancienne tour au sud sous Bourdalat; château Stauzis et ancienne paroisse de Heux au nord.

Fourcès (270 Fourcésiens, 2 372 ha dont 378 de bois et 340 de vignes), 12 km ONO de Condom et 6 km au NNE de Montréal, est aussi limitrophe du Lot-et-Garonne. Le village, sur la rive droite de l’Auzoue, parfois présenté comme une bastide, est issu d’un castelnau de fond de vallée, attesté au 11e s. Il est construit en rond, autour d’une place ronde plantée de platanes sur l’ancienne motte castrale, entourée de maisons à colombages et couverts. Il conserve des restes substantiels en partie rénovés du château des 15e-16e s. (hôtel), une tour de l’horloge; arboretums, marché aux fleurs renommé, musée des vieux outils qui contribuent à en faire un «village de charme».

Montréal (1 210 Montréalais, 6 305 ha dont 557 de bois et 1 200 de vignes) est un ancien chef-lieu de canton du Gers dans l’arrondissement de Condom, 16 km à l’O de Condom. C’est une bastide de 1255 à plan régulier, qui fut édifiée en paréage entre le comte de Toulouse et le roi, d’où son nom, à l’emplacement d’un oppidum celtibère dominant la rive droite de l’Auzoue, et qui fut ceinte de remparts. Elle est dotée d’une place à puissantes arcades, d’une église fortifiée à trois nefs et d’une vieille porte de ville; maison de retraite (30 sal.).

Un musée archéologique est issu de la découverte d’une belle villa gallo-romaine à mosaïques, thermes et piscine près du hameau de Séviac, 2 km au SO du bourg. La commune a aussi un écomusée du foie gras au hameau d’Arquizan, ainsi qu’une base de loisirs avec un plan d’eau de 2,5 ha au bord de l’Auzoue, un camping au NO. Montréal figure parmi les «villages de charme» et même parmi les «plus beaux villages de France». Le finage, limitrophe du Lot-et-Garonne au NO, est borné à l’ouest par le cours de l’Izaute; église de Luzanet au NO, restes de l’église de Génens au SE, et de la paroisse de Balarin au NE avec un château ruiné. Au sud, le château Montaut domine un lac collinaire dans un vallon affluent de l’Auzoue, dont s’approche le GR65. Une extension à l’est, suivie par le GR65, va jusqu’aux abords de Beaumont. La population communale avait dépassé 2 700 hab. au début du 19e s. et n’a cessé de diminuer ensuite, perdant encore 60 hab. après 1999.

Cazeneuve (140 Cazeneuvois, 831 ha), 9 km SSO de Montréal, étire son finage le long de l’Izaute et a 240 ha de vignes. Le village n’est qu’un petit hameau au sud; au nord, sur le relief du coteau droit de l’Izaute, restes d’une tour et gîte d’étape de Lamothe sur le GR65.

Lagraulet-du-Gers (550 Lagraulétois, 2 722 ha dont 267 de bois), 7 km SSE de Montréal, a gagné 160 hab. depuis 1999 (+41%) et cultive 460 ha de vignes. Le finage est traversé par l’Auzoue. Le village est sur une échine à l’est, dominant un vallon doté d’un long lac collinaire allant jusqu’au château de Montaut à Montréal. Au SO dans les basses collines, grand village de vacances Azureva (20 sal.), non loin de la D931. Le finage s’étend vers le SO jusqu’à l’Izaute et au gros château de la Pouche qui la domine; hameau de la Pélinguette, partagé avec Cazeneuve, avec haras. La mention «du Gers» est de 1921.

Lauraët (260 Lauraëtois, 1 271 ha), 5 km ESE de Montréal, 14 km OSO de Condom, cultive 200 ha de vignes et a gagné 50 hab. depuis 1999. Au sud, voie verte cyclable sur un ancien tracé ferroviaire, de Condom à Lagraulet.


Condom

(6 820 Condomois, 9 737 ha dont 653 de bois et 674 de vignes) est une sous-préfecture du Gers, 43 km au NNO de la préfecture dans la vallée de la Baïse. Le nom évoque soit un domaine partagé (condominium) soit un confluent avec marché (condomagus), mais Condom n’est pas vraiment sur un site de confluent, si ce n’est avec un court ruisseau de rive droite, la Gèle. La ville est le chef-lieu de la Ténarèze et depuis longtemps un gros bourg-marché; elle a des maisons anciennes et hôtels particuliers, surtout du 17e s.; ancienne cathédrale du 16e s. à clocher-tour carré et cloître flamboyant; musée de l’armagnac, festival international de bandas (fanfares). Jouant sur son nom, Condom a cru bon d’avoir aussi un musée du préservatif. Un petit port de plaisance s’offre sur la Baïse, qui avait été aménagée au 19e siècle pour la navigation.

La ville a un centre hospitalier de 60 lits (dont 20 en médecine) avec maison de retraite, et un institut médico-éducatif (maison d’enfants de Moussaron, 75 sal.), un collège public et un privé, un lycée public; des commerces agricoles et coopératifs, des distilleries d’armagnac dont Ducastaing (20 sal.) et de dérivés (apéritifs et liqueurs Aurian, 25 sal.), les grands moulins, mais peu d’industrie, sinon l’abattage de volailles du groupe Gastronome au domaine de Maridan (Fermiers du Gers, 200 sal., ex-BSAD), la chocolaterie la Patelière (70 sal.), une caisserie-cartonnerie de 30 emplois (Cartonneries de Gascogne); négoces de matériel agricole CAT (Armagnacaise de tracteurs, 20 sal.), de matériaux Sarremejean (75 sal.); Intermarché (65 sal.) et supermarché Carrefour (50 sal.).

Cette sous-préfecture s’est également voulue «station verte de vacances». Au sud dans la vallée, à 6 km, l’aérodrome dit de Condom-Valence (code LFID), au Herret, est assorti d’un aéroclub et d’une école d’ULM et dispose d’une piste gazonnée de 850 m. Un lac de barrage agrémente la bordure orientale de la commune près du château du Busca. À l’extrême NE du finage près de la limite départementale, le château de Mothes (14e s., très remanié aux 18e et 19e) voisine avec la chapelle classée de Lialorès (12e au 18e s.).

Condom a eu 8 600 hab. en 1881 avant de descendre à 6 200 en 1936, puis a repris un peu de croissance jusqu’en 1975 (plus de 8 000 hab.) mais a perdu 600 habitants ensuite, et encore 740 depuis 1999. La ville est le siège de la communauté de communes de la Ténarèze, qui groupe 21 communes (12 000 hab.). L’arrondissement a 67 100 hab., 162 communes. Le nouveau canton se nomme Baïse-Armagnac.