Communauté de communes Nebbiu - Conca d’Oro

Nebbiu-Conca d’Oro

Highslide JS

communauté de communes de Corse au nord, associant 15 communes et 7 200 hab. sur 38 720 ha. Le siège est à Oletta; aucune commune n’atteint 2 000 hab.

Oletta (1 730 hab., 2 661 ha) fut le chef-lieu de l’ancien canton de la Conca-d’Oro, 21 km au SO de Bastia. Le village s’étage au pied des reliefs du Cap Corse Le finage monte à 955 m à la cima di u Zuccarellu; il s’étend vers le nord-ouest où il arrive aux portes de Saint-Florent et jusqu’à 650 m de la mer mais sans aller jusqu’au rivage. Les plaines et collines portent des vignes (48 ha). L’étang de barrage de Padula y a été aménagé au début des années 1990 pour l’irrigation et la lutte contre les incendies; ancien couvent Saint-François. La commune a plus que doublé sa population depuis 1999 où elle était de 840 habitants; un centre Leclerc (60 sal.), maison de retraite la Palmola (50 sal.).

Poggio-d’Oletta (Poghju d’Oleta) (220 Poggiolais, 1 616 ha dont 700 de bois), a son village à 1 km au nord d’Oletta à 300 m. Elle associe les pentes de la montagne du Cap Corse, qui vont jusqu’à 852 m au Monte a u Torra, à une portion de la plaine du Nebbio, où l’on produit de bons vins (64 ha de vignes); chapelle ruinée de San Quilico. La population a augmenté de 80 hab. depuis 1999 (+57 %).

Barbaggio (Barbaghju) (310 hab., 1 086 ha dont 610 de bois), 8 km au nord d’Oletta, a un petit village sur la D38 juste au SE de Patrimonio; sans accès à la mer, elle associe une petite partie de plaine viticole et les reliefs qui mènent au col de Teghime (536 m), à 10 km de Bastia, assorti de sites d’escalade et de vol libre; quelques vignerons (45 ha de vignes); station protégée (site Natura 2000) de choux insulaires sur 32 ha (avec Poggio-d’Oletta). La population a augmenté de 150 hab. depuis 1999 (+94 %).

Patrimonio (Patrimoniu) (850 hab., 1 746 ha), 10 km au nord d’Oletta, a un habitat très éparpillé au bord du relief du Cap Corse. Elle possède une petite partie, rocheuse, de la côte orientale du golfe de Saint-Florent marquée par la Punta Vecchiaia, qu’avoisine un camping au débouché du petit Fium’Albino. À l’opposé, elle monte à 961 m au Pigno (site de vol libre). La grande affaire de Patrimonio est le vignoble (300 ha dans la commune), dont elle est sans doute le nom le plus connu à l’extérieur de la Corse. On y a défini dès 1968 une appellation de vin de cru, puis en 1976 une AOC vin de corse-patrimonio fondée sur le cépage niellucio, bien adapté aux molasses calcaires qui font l’originalité de ce terroir. Une Maison des Vins a été inaugurée en 2003; le village propose aussi un festival international de guitare; installations électriques AET (25 sal.). La population a augmenté de 200 hab. depuis 1999 (+31 %).

Farinole (Ferringule) (240 Farinolais, 1 476 ha), 16 km au nord d’Oletta, est une commune du Cap Corse, avec village intérieur et Marina, et un finage perpendiculaire à la côte occidentale; +60 hab. depuis 1999 (un tiers). Sur la côte longée par la D80, sont une tour génoise, deux campings, la grotte du Bandit, mais la Marina n’a que quelques maisons éparses. Le village est à moins de 2 km de la côte à vol d’oiseau, en plusieurs petits hameaux, desservis par la D333; ancien couvent de Marianda au sud. Le relief culmine au NE à 1 082 m. Farinole fut une piève au 16e s.

Saint-Florent (San Fiurenzu) (1 680 Saint-Florentais, 1 798 ha), 8 km NO d’Oletta, 23 km à l’ouest de Bastia par le col de Teghime, est la station littorale du Nebbio. Elle fut chef-lieu de canton de 1790 à 1973. La bourgade est surtout aujourd’hui un port de plaisance et une station balnéaire, au fond de son golfe. Elle y succède à un établissement romain du nom de Cersunum, victime des invasions barbares, et aussi à une ancienne ville située un peu à l’est, mais abandonnée au 16e s. à la suite des incursions répétées de Barbaresques, et de l’insalubrité de la petite plaine du Poggio. Il en reste une cathédrale isolée, faite de pierre calcaire claire à grain fin, ce qui est rarissime en Corse. Estimant le lieu stratégique, compte tenu de la bonne réputation agricole du Nebbio, les Génois ont alors édifié une citadelle, mais les remparts ont été abattus au 17e s., et le peuplement a encore décliné. Un effort de réhabilitation au 19e s. ne l’a pas vraiment rétabli, et seuls l’arrivée du tourisme et le développement de la plaisance ont redonné vie à la bourgade, depuis l’ouverture du port en 1970. La population a faiblement augmenté de 180 hab. depuis 1999 (+12 %).

La bourgade se divise en trois parties: la citadelle au nord sur un promontoire, dominée par un donjon circulaire; le vaste port de plaisance de 800 places à son pied, juste au sud au débouché de l’Aliso, creusé d’un long bassin; puis la longue plage courbe de la Roya, bordée par les villas et hébergements touristiques de la Foce, au SO, et de Fromontica sur le relief. Une autre plage, l’Ospedale, se trouve au nord de la citadelle, avec de nombreuses villas et la nécropole nationale des Tabors. Animée par ses petites rues, ses boutiques et ses visiteurs, très prisée des touristes italiens, Saint-Florent passe aujourd’hui pour le «Saint-Tropez» de la Corse, également site de pêche et de plongée. De là, il est facile d’aller jusqu’aux plages discrètes des Agriates, qui ne sont guère accessibles que par bateau.

La proximité de Bastia, du Cap Corse et du vignoble de Patrimonio contribuent au succès de la commune, qui a aussi un collège public et une maison de retraite. Son territoire dessine un grand arc de cercle qui tient les deux rives du golfe. Au NO se trouvent le cap, le phare et la tour Mortella; les ruines de celle-ci témoignent de la sévérité du bombardement auquel elle fut soumise par la flotte anglaise en 1794: sa solidité aurait même convaincu Londres de s’en inspirer pour défendre les côtes anglaises… contre Napoléon, ce qui fait que l’on trouve en Angleterre encore 73 tours de même inspiration, dénommées Martello towers.

Santo-Pietro-di-Tenda (Santu Pietru di Tenda) (350 hab., 12 566 ha), 13 km OSO d’Oletta, a son village à la limite SE de son très vaste finage, sur un promontoire à 405 m. Elle fut chef-lieu de canton de 1790 à 1973. Elle cultive des vignes (97 ha), mais surtout elle possède la plus grande partie du désert des Agriates et de son littoral, entre la plage du Loto à l’est et la marina d’Alga à l’ouest, incluant la grande plage de Saleccia. Le monte Genova (423 m), noyau de gneiss au milieu des granulites, trône comme un inselberg au milieu du finage, parmi d’anciennes bergeries. Le site préhistorique du monte Revincu compte plus de 40 mégalithes de la fin du 5e millénaire avant notre ère; vaste champ de tir militaire de Casta au nord-est. Le relief culmine à 648 m au-dessus du village au Monte Brumica, dont le nom évoque les brumes comme l’ensemble du Nebbio. La population a peu changé depuis 1999.

San-Gavino-di-Tenda (San Gavinu di Tenda) (62 hab., 5 044 ha dont 50 de bois), 15 km OSO d’Oletta, a son village juste au SE de Santo-Pietro sur un échine voisine, à 400 m d’altitude. Son finage s’allonge extraordinairement vers le NO en plein désert des Agriates, jusqu’au littoral où se trouvent la marine d’Alga, partagée avec Santo-Pietro, et la baie de l’Acciolu plus à l’ouest; soit 23 km d’un bout à l’autre, pour à peine 1 km de large au milieu. Le point culminant est au SO du village à 1 431 m près du Monte Astu.

Sorio (Soriu) (140 hab., 1 556 ha), 17 km OSO d’Oletta est une petite commune dont le village est à 400 m, juste au sud de San-Gavino, et dont le finage va à l’ouest jusqu’au mont Astu (1 345 m).

Pieve (110 hab., 1 970 ha dont 300 de bois), 14 km OSO d’Oletta, a son village juste à l’est de Sorio, 8 km à l’ouest de Murato, à 450 m. Son territoire s’élève à 1 427 m à l’extrême SO (punta di Paganella). Le village est connu pour son église classique à campanile séparé, assortie de statues-menhirs du 2e millénaire avant notre ère; un peu au sud dans le maquis se trouve l’«église noire» du 13e s. (Chiesa nera), faite de schiste vert sombre. Le finage a une forme étrange en arc de cercle très étroit, long de 16 km pour une largeur qui n’excède guère le kilomètre, avec un étranglement de 170 m au NE. En outre, une enclave de la commune longe vers l’est la commune voisine de Santo-Pietro-di-Tenda en dessinant une étroite lanière de 5 km de long, sur la rive gauche de l’Aliso. Elle est accompagnée à l’est par le finage de Rapale, moins long mais de même nature. Ces dessins originaux sont la trace d’anciens accords pastoraux complexes.

Rapale (160 hab., 1 016 ha dont 800 de bois), 11 km SO d’Oletta, a son village à l’est de Pieve, 5 km au NO de Murato, à 400 m; elle se distingue par un menhir et par les restes classés de la chapelle San Cesaro, des 13e-14e s., de schiste vert et de calcschiste gris clair; foire en juin. La commune projette vers le nord une très longue et très étroite lanière de plus de 10 km dans la plaine, le long du finage de Pieve, jusqu’aux abords de Saint-Florent.

Murato (600 Muratais, 2 038 ha), 9 km SO d’Oletta, est un ancien chef-lieu du canton, 26 km au SSO de Bastia au-dessus de la vallée du Bevinco, à 500 m, le long de la D5. Là se trouve la plus curieuse église romane polychrome de Corse, San Michele, à haute façade étroite à deux colonnes, en alternance de pierres vertes et blanches, parfois ocre clair, qui date du 12e s. La commune exploite des vignes; Paoli y avait installé son atelier de la monnaie (1762-1767). Elle n’a gagné que 40 hab. depuis 1999.

Rutali (380 Rutalais, 1 711 ha), 10 km au sud d’Oletta, a son village sur le plateau à 550 m. Le finage est bordé au nord par le Bevinco. Le relief monte à 1 177 m à la cima di Taffoni au SE, mais la commune touche presque à la Plaine Orientale au débouché du défilé de Lancone. L’habitat est quelque peu dispersé; centre aéré de la Caisse d’allocations familiales. La population a augmenté de 130 hab. depuis 1999 (+52 %).

Vallecalle (140 Vallecallais, 691 ha), 6 km SSO d’Oletta, a son village perché mais seulement à 320 m et le finage n’excède guère 500 m d’altitude. Il a eu jusqu’à 500 hab. vers 1920; quelques collines viticoles au pied de la montagne.

Olmeta-di-Tuda (520 Olmetais, 1 740 ha), 3 km au sud d’Oletta, est au pied des reliefs du Cap Corse, sur la D82, avec une forme de citadelle et un château. Une urbanisation annexe s’est développée au col de San Stefano, au sud à 370 m. Son finage lance une pointe dans la plaine viticole à l’ouest, tandis qu’à l’est, au-delà du col de San Stefan0, s’ouvre le pittoresque défilé de Lancone, drainé vers Biguglia par le Bevinco. La population a augmenté de 230 hab. depuis 1999 (+79 %).