Armentières

25 800 hab. (Armentiérois) dont 400 à part, 628 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Lille, 16 km ONO de la préfecture. La ville est sur la rive droite de la Lys, à la frontière belge; elle a un hôtel de ville avec beffroi de 1934 en brique, et une grande église reconstruite en 1929, également en brique, avec un clocher montant à 83 m. Un établissement public de santé mentale de 500 places occupe un parc de 33 ha; une école nationale professionnelle du 19e s., devenue lycée Gustave Eiffel, conserve une façade de briques colorées et vernissées. La monumentale brasserie Motte-Cordonnier (19e s.), devenue Sébastien Artois puis Interbrew, et qui occupait encore 1 000 salariés en 1991 avant d'être peu à peu désaffectée, devrait abriter une Cité mondiale de la bière, avec un musée de la bière, vieille tradition de la ville où l'on fêtait le géant Gambrinus, dit prince du houblon et roi de la bière, dont le nom est porté par de nombreux débits de boisson.

Armentières fête les nieulles, un biscuit que les riches jetaient au peuple jadis, avec des géants, et propose une base de loisirs au lac (44 ha) des Prés du Hem sur la rive gauche de la Lys, avec une école de voile. Elle a une scène de danse (le Vivat), deux collèges publics et deux privés, quatre lycées publics dont trois professionnels, trois lycées privés dont deux professionnels; et, outre l'établissement psychiatrique, un centre hospitalier (200 lits médicaux, 550 en tout), un institut médico-éducatif de 120 places et un institut de rééducation psychologique, deux centres d'aide par le travail, une maison de retraite (60 places).

Armentières fut un grand centre de tissage de toiles, très affecté par les deux guerres mondiales. Cette activité a presque disparu et l’éventail d’activités s’est diversifié : mécanique et boulonnerie Beck-Crespel (310 sal.) à l’emplacement de l’ancien tissage Dubois, menuiserie métallique Loison (180 sal.), Générale de Robinetterie (Griss, 250 sal., groupe Lyco), chaudronnerie Tôlerie du Nord (45 sal.), génie thermique Beaudeux (95 sal.) et Delannoy-Dewailly (750 sal.), équipements aérauliques Solaronics (65 sal.) ; plastiques Ceta (40 sal.). Dans le secteur tertiaire, supermarchés Match (40 sal.) et Carrefour (90 et 80 sal.), Maisons d’En Flandre (35 sal.), travaux publics VPN (60 sal.), assainissement Descamps (35 sal.) ; placements TRP Charvet (60 sal.), banque CIC (35 sal.), comptabilité In Extenso (40 sal.).

La ville avait 7 500 hab. au début du 19e s., et a crû surtout de 1850 (9 000 hab.) à 1900 (29 500 hab.); tombée à 21 000 hab. en 1926, sa population a repris ensuite, jusqu'à 27 000 hab. en 1968, puis a diminué avant de se stabiliser. Pour l'Insee, l'«unité urbaine» d'Armentières aurait 76 000 hab., comme l'«aire urbaine»… La municipalité a une majorité de gauche; le maire est Bernard Haesebroeck, socialiste, économiste, également conseiller général, dont le père Gérard a été maire de 1959 à 1999 et fut député.

Le canton a 53 600 hab., 8 communes, 6 232 ha; il est situé à l'étranglement du département du Nord, large de 6 km seulement entre la frontière de la Belgique et la limite du Pas-de-Calais; la bordure nord-ouest du canton suit approximativement le cours de la Lys. La voie ferrée de Lille à Dunkerque et la LGV Lille-Calais, la route de Lille à Cassel et Dunkerque, l'autoroute A 25 passent par cet étroit. Les communes de Frelinghien et Houplines au nord-est, La Chapelle-d'Armentières et Erquinghem-Lys au sud-ouest, Prémesques au sud-est de la ville sont les plus peuplées.

Bois-Grenier (1 560 hab., 725 ha) est à 4 km au sud du chef-lieu, traversée par la LGV. eElle a une fabrique de mobilier inox pour hôtellerie Sofinor (80 sal.), une de portes et fenêtres Secoferm (35 sal.). Elle accueille aussi une base des supermarchés Aldi (100 sal.), le négoce de fruits et légumes Charlet (75 sal.); transports Houssoye (45 sal.), récupération de déchets Van Gansewinkel (50 sal.). La commune a été créée en 1854 avec 1 200 hab., à partir d’Erquinghem-Lys et La Chapelle-d’Armentières. Sa population a ensuite diminué jusqu’à 650 hab. en 1962, mais augmente depuis. Un peu plus loin, la petite Capinghem (1 600 Capinghemmois, 186 ha) jouxte par Lomme la commune de Lille. Elle a une fabrique de plastiques Sofira (Sicad, 85 sal.), un négoce d'électroménager Electro-Dépôt (30 sal.). Sa population se limitait à 350 hab. en 1926, 720 en 1954 ; elle croît toujours mais lentement (+100 hab. de 1999 à 2010.