Asnières-sur-Seine

83 000 hab. (Asniérois) dont 690 à part, 482 ha, chef-lieu de canton des Hauts-de-Seine dans l'arrondissement de Nanterre, 8 km au nord-est de la préfecture. La commune est située sur la rive gauche de la Seine, entre Clichy et Bois-Colombes. Son nom, qui vient des ânes, était simplement Asnières jusqu'en 1968. Son territoire est borné à l'ouest par le faisceau de voies ferrées issu de la gare Saint-Lazare, doté de la gare d'Asnières et d'une gare de marchandises. Il s'allonge en bord de Seine jusqu'à la pointe amont de l'île Saint-Denis, englobant ainsi la gare des Grésillons, la Tour d'Asnières et leurs zones industrielles, entre la Seine et le finage de Gennevilliers. La cité-jardin des Grésillons, des années 1930 et en brique rouge, y contient 730 logements; un centre universitaire (langues germaniques et orientales, Paris-3 et Inalco) est dans le quartier ainsi qu'un centre de distribution et un centre d'instruction d'EDF.

Entre les deux, la ville bénéficie des ponts d'Asnières et de Clichy, ce dernier flanqué par la ligne de métro 13 qui offre la station Gabriel-Péri, et du pont de Gennevilliers où commence l'autoroute A 15. Le territoire communal comporte également un appendice à l'ouest au-delà des voies ferrées, de part et d'autre de l'avenue Faidherbe. Dans le sens sud-nord, il va jusqu'au tracé de l'A 86, mais en s'étrécissant dans le quartier des Courtilles et jusqu'au quartier des Fleurs. Ce Quartier Nord d'Asnières forme une «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» de 16 000 hab. sur 76 ha.

Le centre-ville est au centre-sud du territoire, dominant la rive de la Seine, le long de laquelle s'étirent le cimetière des Chiens, créé en 1899 sur l'ancienne île des Ravageurs, et le parc de Robinson sur une autre île un peu en amont. Le port de plaisance Van Gogh a été aménagé en aval du pont de Clichy; le château d'Asnières (18e s.) appartient à la commune et propose des expositions d'art; la maison-musée Vuitton rappelle que l'industriel s'est installé dans la commune en 1860, la société y conservant des ateliers.

La ville a quatre collèges publics et deux lycées publics dont un professionnel, un établissement d'enseignement adapté (erea), trois collèges et un lycée privés, le centre médico-chirurgical privé du Val-Notre-Dame (70 lits, 50-100 sal.) et une autre clinique (60 lits), deux instituts médico-éducatifs. Les principaux établissements de production sont l'usine de peintures Basileum Paints Deco du groupe ICI (peintures Corona, 200-500 sal.), des ateliers Vuitton du groupe LVMH (200-500 sal.), les imprimeries Impression France (grandes affiches, 100-200 sal.) et Sira (groupe Sego, 50-100 sal.), les transmissions Continental Automotive (50-100 sal.) et le matériel électrique Atoll (50-100 sal.).

Dans les services à forte valeur ajoutée figurent l'ingénierie Laborde (200-500 sal.), les informaticiens Orsid Laser (100-200 sal.), Ilex (50-100 sal.), Meta4 (50-100 sal.), la postproduction de cinéma-vidéo Kei (Ciap, 50-100 sal.); assurances BCA Expertise (100-200 sal.) et Cifassur (50-100 sal.), production de chaleur Enerchauf (50-100 sal.), immobilier CEP Julien (50-100 sal.), banque Société Générale (50-100 sal.) et BNP (50-100 sal.).

Dans les commerces, Monoprix (100-200 sal.) et un supermarché Casino (100-200 sal.), les négoces d'habillement Oakley (100-200 sal.), de pharmacie Procter&Gamble (100-200 sal.), d'équipements industriels Combibloc (50-100 sal.); nettoyages Net et Bien (1 000 à 2 000 sal., groupe Interclean) et Aceni (200-500 sal.), gardiennage Uni Sécurité (50-100 sal.), agence France-Télécom (50-100 sal.), publicités BW (100-200 sal.), Code (50-100 sal.) et Editeo (50-100 sal.); constructions HP BTP (50-100 sal.), maison de retraite MDF Château de Chambourcy (Maisons de Famille, 50-100 sal.).

Desservie par le chemin de fer dès 1837, le tramway en 1875, la commune a connu une croissance précoce: de 900 hab. en 1846, elle était déjà passée à 3 200 en 1861, 8 300 en 1875, 31 300 en 1901. Sa population a culminé à 81 800 hab. en 1962 puis est officiellement descendue à 71 000 hab. en 1982; elle augmente à nouveau depuis; l'estimation de 2006 lui accorderait un saut de près de 8 000 hab. entre 1999 et 2006. La municipalité a été longtemps à droite, notamment sous la direction de Maurice-Bokanowski de 1959 à 1994; mais, depuis 2008, le maire est Sébastien Pietrasanta, socialiste, professeur d'histoire. Les deux conseillers généraux sont de l'UMP.