Aspres (les)

petite contrée des Pyrénées-Orientales sur la bordure orientale du massif du Canigou, entre Vallespir et Conflent. Le mot évoque un terrain «âpre», difficile, du moins vu de la plaine du Roussillon, mais qui a en même temps le sens de terre sèche, non irriguée, par opposition à la même plaine; il a aussi bien un sens générique qu'un sens toponymique. Mais il existe deux styles d'aspres. Les Aspres tout court sont de hautes terrasses anciennes formées de cailloutis grossiers issus de l'érosion de la montagne, aux sols assez profonds portant des vignobles soignés par des villages actifs, dont Thuir est le principal centre de service. Les Hautes Aspres correspondent à un haut glacis taillé par l'érosion à partir de talus de failles dans la roche du massif ancien, des schistes surtout, et défoncé par les torrents; ces Hautes Aspres sont largement en friche et parsemées de petits villages dépeuplés environnés de maquis. Ce qui reste du monastère de Serrabone en est en quelque sorte le fleuron. Le seul village à se dire «des Aspres», Banyuls-dels-Aspres, est en fait dans la plaine, à l'extrémité orientale. La communauté de communes des Aspres regroupe 19 communes (18 100 hab.) autour de Thuir.