Aubervilliers

74 000 hab. (Aubervillariens) dont 530 à part, 576 ha, chef-lieu de canton de la Seine-Saint-Denis dans l'arrondissement de Bobigny, juste au nord de Paris. Le territoire forme un trapèze dont le petit côté, au sud, va de la porte de la Villette, à l'est, un peu au-delà de la Porte d'Aubervilliers à l'ouest. La N 2, ici avenue Jean-Jaurès, marque sa limite orientale à l'est, à l'exception du fort d'Aubervilliers, qui est dans une extension de la commune à l'est de la route, et flanqué de 8 ha de jardins familiaux. La ligne 7 du métro suit la N 2, avec deux stations Aubervilliers-Pantin et Fort-d'Aubervilliers. À l'angle nord-ouest, le territoire dépasse un peu l'autoroute périphérique A 86 et le faisceau de voies ferrées issu de la gare du Nord. À l'ouest, la rue des Fillettes le sépare de la Plaine Saint-Denis. Le canal Saint-Denis traverse la commune en oblique du SE au NO; trois ponts le traversent.

La voirie est structurée par deux grandes croisées, la D 20 presque parallèle au canal plus à l'est (avenue de la République) et la N 301 qui va du SO au NE (avenue Victor Hugo-boulevard Anatole-France). La mairie est juste à leur intersection. La ligne 12 du métro devrait être prolongée jusqu'à ce carrefour central, avec une station intermédiaire à la Plaine (Aimé-Césaire) et la station Pont-de-Stains juste au-delà du canal Saint-Denis.

La ville est divisée en huit quartiers: Centre Ville-Victor Hugo; Landy-Plaine-Marcreux-Pressensé qui tient toute la partie occidentale; Firmin Gémier-Sadi Carnot au sud du centre, Villette-Quatre Chemins au sud-est, les deux jouxtant Paris; Paul-Bert au centre-est; Maladrerie-Émile Dubois au nord-est, incluant le fort; Vallès-la Frette entre le précédent et le centre, Robespierre-Cochennec-Péri à l'extrême nord-est. Le fort d'Aubervilliers devrait être l'objet d'une rénovation urbaine complète portant sur 27 ha, de 1 000 logements, en écoquartier «durable» et énergies renouvelables, selon les plans de Philippe Madec. La tour de la Villette, également appelée tour Daewoo ou tour Olympe, dresse ses 35 étages (125 m) à l'angle sud-est de la commune; construite en 1974, rénovée en 1995, elle appartient depuis 2007 au groupe immobilier Renta de Barcelone, qui loue ses bureaux. À côté, s'étend la «zone urbaine sensible» Villette-Quatre Chemins, partagée avec Pantin et qui va presque jusqu'au centre-ville et au fort; elle contient 25 600 hab. sur 106 ha. À l'angle nord-ouest du finage, la «zone urbaine sensible» du Landy, partagée avec Saint-Denis, est beaucoup plus petite (27 ha, 2 000 hab.).

Un plan de rénovation est engagé, sur les plans de l'architecte Antoine Grulbach, du côté de la Porte d'Aubervilliers et du canal sur 17 ha d'entrepôts et de friches, comprenant un grand centre commercial et un musée de la télévision. La zac (zone d'aménagement concerté) Canal-Porte d'Aubervilliers se dessine sur le site des anciens Magasins généraux et du Bassin de l'Entrepôt, une darse du canal de Saint-Denis partagée entre Paris et Aubervilliers. Un peu plus au nord, la Plaine devrait héberger à partir de 2012, sur la place du Front Populaire près de la future station de métro Aimé-Césaire, le Campus Condorcet, prévu pour accueillir l'EHESS (École des hautes études en sciences sociales, actuellement boulevard Raspail à Paris), l'EPHE (École pratique des hautes études) et des éléments des universités de Paris I, VIII et XIII, plus l'École des Chartes et probablement l'INED (Institut national d'études démographiques). La société Saint-Gobain envisage également de créer à proximité, au bord du canal Saint-Denis, son propre campus de formation. La firme Icade (filiale de la Caisse des Dépôts) prépare de son côté une extension de son «écoparc» de bureaux du Millénaire, à cheval sur le 18e arrondissement de Paris et sur le sud-ouest d'Aubervilliers.

La ville a une église du 15e s.; elle accueille le théâtre de la Commune depuis 1965, le théâtre équestre Zingaro depuis 1989, animé par Bartabas près du fort. Dans le même quartier sont les Laboratoires d'Aubervilliers, qui forment un centre culturel diversifié propice aux expérimentations, et la Villa Mais d'Ici (2003). Aubervilliers est dotée de 5 collèges publics et 4 collèges privés, 4 lycées publics dont un professionnel et 6 lycées privés, un institut médico-éducatif, deux centres d'aide par le travail, l'Hôpital Européen de Paris (360 lits) également nommé La Roseraie (500-1 000 sal.), créé en 1961 et conventionné, et quatre maisons de retraite dont le centre de gérontologie Constance Mazier (105 places).

La ville enregistre 28 000 emplois mais très disséminés: elle n'a pas de zone d'activités à proprement dire. Les principales entreprises sont une fabrique de transformateurs électriques Precilec (100-200 sal.), en informatique Atos Origin (200-500 sal.), Cellfish (100-200 sal.) et Lapeyre (250-400 sal.), en ingénierie Saint-Gobain Recherche (200-500 sal.), les gestions et promotions immobilières Icade (200-500), Omnium de Gestion (200-500 sal.) et OPH (100-200 sal.), le fournisseur de chaleur Elyo (Suez, 100-200 sal.), l'étanchéification Deschamps (100-200 sal.), les installations électriques Entra (100-200 sal.), les ascenseurs Thyssenkrupp (100-200 sal.), les constructions Lefaure et Rigaud (100-200 sal.), les travaux publics Eurovia (200-500 sal.). Dans les commerces et services apparaissent la Fnac (100-200 sal.), les négoces de matériaux La Plateforme du Bâtiment (100-200 sal.), Distrilap (100-200 sal.) et KDI (100-200 sal.), de vêtements Kookai (siège, 200-500 sal.), les huiles Motul (100-200 sal.); InterRoutage (100-200 sal.), le gardiennage Loomis (250-400 sal.), les publicités RNP (100-200 sal.) et Téléshopping (100-200 sal.); France-Télécom (200-500 sal.), la RATP (500-1 000 sal.).

Aubervilliers avait 2 600 hab. en 1851 et déjà 31 200 en 1901, 56 000 en 1936: elle avait accueilli toute une série de vagues d'immigrés venus chercher du travail dans l'agglomération parisienne, et sa population est d'origines particulièrement complexes. Le nombre d'habitants a culminé à 73 700 en 1968, serait descendu à 63 100 en 1999 avant que l'estimation pour 2006 ne le replace au niveau maximal ancien... La commune s'est proclamée «hors AGCS» en 2003 pour marquer sa désapprobation de la politique de l'Organisation mondiale du commerce, jugée ultralibérale. Aubervilliers a eu des maires de grande notoriété comme Pierre Laval avant la dernière guerre, Charles Tillon et Jack Ralite après. La municipalité était tenue par le Parti communiste depuis la Libération; mais le maire actuel est Jacques Salvator, socialiste, ancien médecin, élu en 2008 contre la liste menée par le PC, arrivée cependant en tête au premier tour. La commune est divisée en deux cantons. Un conseiller général est communiste, l'autre socialiste.