Auteuil-Sud

quartier du 16e arrondissement de Paris, à la pointe sud du territoire. Il est limité au nord par une ligne ouest-est qui va de la porte d'Auteuil au pont Mirabeau en suivant la rue d'Auteuil et la rue Antoine-Roucher. Il est bordé par la rive droite de la Seine à l'est, que longent les quais Louis-Blériot et Saint-Exupéry, et sur laquelle se branchent le pont du Garigliano et le viaduc du périphérique. Il atteint au sud la rue du Jour-se-lève et l'avenue Ferdinand-Buisson, qui marquent la limite avec la commune de Boulogne-Billancourt.

Il est traversé en courbe par le boulevard Exelmans, et en diagonale par l'avenue de Versailles et les rues Mirabeau et Molitor, tandis que les rues Chardon-Lagache, Boileau et Michel-Ange sont plus ou moins parallèles à la Seine. Vers l'ouest et le sud, la partie décalée du boulevard des Maréchaux porte le nom de Murat. Deux alignements d'avenues flanquent le périphérique, qui est partiellement enterré: avenue du Général-Sarrail et avenue du Parc-des-Princes à l'intérieur, avenue Ferdinand-Buisson, rues du Commandant Guilbaud et Nungesser-et-Coli à l'extérieur.

Entre ces deux alignements mais outre-périphérique, ont pris place toute une série d'installations de sports. Le stade Pierre-de-Coubertin, créé en 1937, dispose au sud de la Porte de Saint-Cloud d'une salle de 4 000 à 4 900 places et accueille divers sports et réunions. Le centre sportif Géo-André, transformé en 1998, est géré par le club omnisports du Stade Français. Le grand stade fermé du Parc des Princes, réalisé en 1972 par Roger Taillibert sur un emplacement qui avait déjà connu trois aménagements successifs, accueille de grandes manifestations de football et de rugby, ainsi que des concerts; mesurant 251 m sur 191, il offre jusqu'à 44 000 places sous la gestion de l'états-unien Colony Capital, propriétaire du club PSG (Paris-Saint-Germain), ainsi que le siège d'un musée national du sport dont les collections ont été transférées avenue de France dans le 13e arrondissement.

Le stade Jean-Bouin, juste au nord du précédent, offre 12 000 places et sert au Stade Français pour le rugby; ouvert en 1925, doté partiellement de tribunes, il a été rénové en 1975 et appartient à la Ville de Paris; il est flanqué d'autres installations de sports. À l'ouest de la Porte Molitor s'étendent le jardin des Poètes (1,3 ha) et le jardin des Serres d'Auteuil, de 6 ha; celui-ci fait partie du Jardin Botanique de Paris et en abrite le siège; son origine remonte à 1781, mais les principaux aménagements actuels sont de la fin du 19e s. Les projets de rénovation de la piscine Molitor, de 1929, abandonnée en 1989, n'ont pu encore aboutir.

Juste à l'ouest de ces jardins se succèdent les 24 terrains de tennis du stade Roland-Garros, en terre battue, et son musée Tenniseum, juste au sud du Bois de Boulogne à l'angle nord-ouest du quartier; l'ensemble, propriété de la Ville de Paris concédée à la Fédération française de Tennis, a été plusieurs fois réaménagé et offre 15 000 places au court central, 10 000 au court Suzanne-Langlen, 3 500 au court n°1.

Le quartier accueille au nord-est le siège du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), rue Michel-Ange; le lycée Jean-Baptiste Say (980 élèves dont 240 en classes préparatoires plus 710 au collège) et un IUFM avec école d'application; le centre hospitalier Chardon-Lagache, Rossini et Sainte-Périne, qui dispose de 610 places dont 575 en moyen et long séjour de personnes âgées, pour 850 employés dont 50 de personnel médical, et bénéficie d'un grand jardin; le centre médical Edouard-Rist (180 lits, surtout en soins de suite et réadaptation) et la clinique Jouvenet (100 lits); un IUT de l'Université Paris-5 René-Descartes, avenue de Versailles, créé en 1968 (six départements tertiaires, 1 800 étudiants).

Il héberge également le lycée Enio (École normale israélite orientale) et l'institution catholique féminine réputée Notre-Dame des Oiseaux (600 élèves au collège, 430 au lycée). L'église Notre-Dame d'Auteuil (1892, au style vaguement byzantin) jouxte l'hôpital Sainte-Périne au nord. Le quartier contient de beaux hôtels particuliers et, notamment, le hameau Boileau, site classé à l’entrée duquel l’hôtel Dunois (art nouveau) est devenu le siège de l’ambassade d’Algérie, ou la villa de la Réunion d’Hector Guimard (1908).

Au nord-ouest, le lycée public Jean-de-La Fontaine accueille 750 élèves plus 890 au collège, et le lycée public Claude-Bernard 800 (plus 440 au collège). L'église Saint-François de Molitor (2005) est de formes contemporaines, aux parois de marbre clair. Au sud, près du petit cimetière d'Auteuil, l'hôpital Henri-Dunant de la Croix-Rouge dispose de 250 places, essentiellement en gériatrie. Une caserne de gendarmerie borde le boulevard Exelmans. L'église Sainte-Geneviève relève de la communauté polonaise, et Tous-les-Saints-de-la-Terre-russe est une église orthodoxe qui jouxte la villa Mulhouse; à la porte de Saint-Cloud se voit l'église Sainte Jeanne-de-Chantal, à coupole et haut clocher séparé, construite de 1933 à 1962.

Au sud-est sont le lycée public d'enseignement commercial René-Cassin (390 élèves), le trinquet et le fronton de pelote basque Chiquito de Cambo (1924, modernisé en 1988), des terrains de sports et tennis avec centre d'animation et maison des jeunes, le port et la porte du Point-du-Jour. Le quartier est desservi par les stations de métro Exelmans et Porte-de-Saint-Cloud au sud, Porte-d'Auteuil, Michel-Ange-Molitor et Michel-Ange-Auteuil, Chardon-Lagache, Église-d'Auteuil et Mirabeau au nord.

La station de métro Chardon-Lagache, sur la ligne 10 à sens unique ouest-est, date de 1813. La rue Chardon-Lagache court sur 950 m de l'église d'Auteuil à l'avenue de Versailles et, ancienne rue du Point-du-Jour, a été nommée en 1894 en souvenir de la famille de ce nom, héritière du docteur Chardon et fondatrice de la maison de retraite en 1863. Le boulevard Exelmans va, sur 1 200 m, du quai Louis-Blériot à la Porte d'Auteuil et occupe le tracé du chemin de fer de Petite Ceinture, construit en même temps et qui circulait en son milieu. Il a été nommé en 1867 du nom de Rémi Exelmans (1775-1852), général en 1807, fait comte par Napoléon, proscrit sous la Restauration mais pair de France en 1831 et nommé maréchal par la Deuxième République en 1851. La station de métro Exelmans de la ligne 9 est au croisement du boulevard et de la rue Michel-Ange, depuis 1922. La station de métro Porte-de-Saint-Cloud est sur la même ligne, à la hauteur du boulevard Murat; elle a pour sous-titre Parc des Princes; elle a été une station terminus de 1923 à 1934.

Le boulevard Murat a 1 900 m de long et va de la Porte d'Auteuil à la Seine, à la jonction des quais Louis-Blériot et Saint-Exupéry; partie du boulevard des Maréchaux, il a été nommé en 1864 du nom de Joachim Murat (1767-1815), qui fut général en 1896, maréchal en 1804, roi de Naples, grand-duc, prince, grand amiral, et aussi beau-frère de Napoléon — puis exécuté en Italie. Le quai Louis-Blériot est l'ancien quai d'Auteuil, nommé en 1937 du nom de l'aviateur et constructeur (1872-1936) qui réussit la première traversée de la Manche en 1909. Il va du pont de Grenelle au boulevard Murat, sur 1 620 m.

Le quai Saint-Exupéry est l'ancien quai du Point-du-Jour, nommé en 1976 du nom de l'écrivain et aviateur (1900-1944); il va du boulevard Murat à la limite de Boulogne-Billancourt (630 m). L'avenue du Parc-des-Princes, nommée en 1926, longe les stades et le périphérique sur 370 m. L'avenue du Général-Sarrail, juste au nord, est un ancien tronçon de la précédente sur 560 m commençant à la Porte d'Auteuil, rebaptisé en 1931 en hommage au général (1856-1929) qui commanda l'armée d'Orient de 1915 à 1917.