Avesnes-le-Comte

2 100 hab. (Avesnois), 838 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement d'Arras, 20 km à l'ouest de la préfecture. Il a une église en partie du 12e s. à clocher-porche fortifié du 16e s., et un ancien cimetière classé. Il accueille un collège public, un centre d'aide par le travail, un entrepôt des laines Phildar (80 sal.) du groupe Mulliez, un supermarché Carrefour (35 sal.) et les travaux publics Balestra (40 sal.). La population d’Avesnes a été stable autour de 1 500 hab. entre 1850 et 1975, avec toutefois un léger creux dans l’entre-deux-guerres, puis a augmenté jusqu’en 1990.

Le canton a 9 300 hab., 31 communes, 17 745 ha dont 1 245 de bois. Quatre petites communes sont à l’est du chef-lieu et leurs eaux descendent vers la Scarpe par l’Ugy : Noyelle-Vion (260 Noyellois, 536 ha) à 2 km NE (motte féodale) dont le nom prit jadis un s (Noyelles-Vion) et qui n'a cessé de se dépeupler de 1962 à 1999 ; Lattre-Saint-Quentin (250 hab., 765 ha) à 4 km ENE ; Noyellette (190 Noyellettois, 202 ha) à 6 km NE, dont la population a presque doublé entre 1975 et 1990 avant de se stabiliser ; et Hauteville (320 Hautevillois, 406 ha) à 3 km ESE, en léger progrès récent (+70 hab. de 1999 à 2010).

Six communes forment la partie sud-est du canton. Barly (230 Barlysiens, 615 ha) est à 4 km SSE du chef-lieu et a un château de Varlemont, dit aussi de Barly (18e s., avec parc), des jardins, une église en partie du 12e s., une nécropole nationale. Sa population est plutôt stable depuis 1950, mais elle dépassait 500 hab. dans les années 1820 et 1830. Bavincourt (380 Bavincourtois, 754 ha), dont l'évolution a été assez semblable, est à 4 km au-delà; elle est le siège de la communauté de communes des Deux Sources, qui réunit 50 communes et 13 100 hab. La N 25 d'Arras à Doullens passe au sud de la commune, comme au sud de Saulty (720 hab., 1 275 ha). Le village de Saulty est à 8 km au sud d'Avesnes. Son finage contient au sud-ouest le château de Saternault, ainsi qu'un très vaste verger planté en 1947 (famille Dalle)avec négoce de fruits (Saulty Fruits, 20 sal.), transports Dhot (25 sal.). Saulty a assez bien maintenu le nombre de ses habitants, qui a culminé à 830 en 1851, et augmenté de 90 hab. après 1999.

Couturelle (100 Couturellois, 210 ha) est à 2 km à l'ouest de Saulty, Coullemont (110 Coullemontois, 404 ha) à 2 km plus loin dans le vallon de la Grouche, qui descend vers Doullens et y rejoint l'Authie. Sombrin (240 Sombrinois, 661 ha) et Warluzel (250 Warluzelois, 402 ha) sont à 5 et 8 km au SO d'Avesnes. Leur population a évolué comme celles de Barly et Bavincourt et reste à peu près stable. Saulty, Couturelle, Coullemont et Warluzel sont limitrophes de la région Picardie.

Quatre communes se partagent le sud-ouest du canton, dont trois sont également limitrophes de la Picardie. Sus-Saint-Léger (330 Léodégariens, 731 ha) est la plus orientale, à 9 km au sud-ouest du chef-lieu; elle avait 740 hab. en 1851 et s'est constamment dépeuplée jusqu'en 1999. Sus est dérivé de sylva, la forêt, et le gentilé se rapporte au nom du saint. Beaudricourt (100 Beaudricourtois, 458 ha) et Ivergny (270 hab., 734 ha) sont respectivement à 2 km au nord-ouest et 2 km à l'ouest de Sus. Ivergny, qu'il faut distinguer de Gennes-Ivergny dans le canton d'Auxi-le-Château, gagne des habitants depuis 1975, dont une cinquantaine entre 1999 et 2010; mais elle en eut 550 en 1831. Le Souich (180 hab., 511 ha) est plus éloignée, à 15 km au SO d'Avesnes.

Une dizaine de communes à l'ouest et au nord-ouest sont liées à la haute vallée de la Canche. La plus occidentale est Rebreuve-sur-Canche (220 Rebreuvois, 828 ha), 15 km à l'ouest du chef-lieu; son finage s'étire sur 7 km du nord au sud de part et d'autre de la Canche. Rebreuviette (270 hab., 842 ha) est juste en amont, mais rive gauche, et a une église inscrite du 16e s. Canettemont (60 Canettemontois, 179 ha) lui fait face, mais sur le plateau. Estrée-Wamin (180 Estrée-Waminois, 520 ha dont 166 de bois) est à 11 km à l'ouest du chef-lieu en fond de vallée, et a aussi une église inscrite (15e-16e s.). Elle se dépeuple depuis les 470 hab. de 1841; son finage s'étend des deux côtés du fleuve. Il en est de même pour Berlencourt-le-Cauroy (380 Berlencourtois dont 140 à part, 748 ha) qui est à 2 km au NE, grâce à l'intégration du Cauroy, hameau de plateau au sud, doté d'un château du 18e s. avec parc, et d'une maison familiale rurale. Berlencourt a complété son nom en 1927; elle avait 640 hab. en 1851 et s'est dépeuplée jusqu'en 1982.

Denier (70 Deniérois, 310 ha), Sars-le-Bois (70 Sarsois, 239 ha) et Magnicourt-sur-Canche (110 Magnicourtois, 457 ha) sont dans les vallons du berceau de la Canche, à 7, 8 et 10 km ONO du chef-lieu, très dépeuplées par rapport aux années 1850; l'hémorragie est toutefois arrêtée. Houvin-Houvigneul (240 Houvinois, 866 ha) est 2 km à l'ouest de Magnicourt et associe depuis 1856 deux villages qui ne forment guère qu'une rue et avaient 580 hab. peu après leur réunion; un clocher-tour du 15e s. est inscrit.

Restent cinq communes au centre-nord du canton. Le village principal de Beaufort-Blavincourt (440 Beaufortins, 798 ha dont 168 de bois) est à 2 km à l'ouest d'Avesnes; Blavincourt, intégrée en 1859, est à l'ouest de la commune, où se voient les restes d'une motte castrale. De 620 hab. en 1861, la population était tombée à 300 hab. en 1975, mais elle augmente depuis et a encore gagné une cinquantaine d'habitants de 1999 à 2010. Grand-Rullecourt (400 Grand-Rullecourtois, 1 071 ha) est à 5 km OSO d'Avesnes et a un château des 17e-18e s. La commune a eu jusqu'à 800 hab. au début du 19e s. mais sa population, stabilisée après 1968, s'est accrue de 60 hab. depuis 1999 ; constructions de maisons individuelles Fiédor (100 sal.).

Liencourt (280 Liencourtois, 336 ha) est à 6 km à l'ouest du chef-lieu, Lignereuil (150 Linerolois, 292 ha) à 5 km ONO, Givenchy-le-Noble (150 Givenciens, 252 ha) est à 4 km au nord-ouest du chef-lieu. Liencourt a gagné 60 hab. entre 1999 et 2010. Les deux dernières possèdent deux châteaux du 18e s. avec parc, reliés sur 1 800 m par une allée de tilleuls du 19e s. Manin (190 Maninois, 407 ha) est un peu plus proche d'Avesnes (3 km NNO) et a un autre château du 18e s.