Bâtie-Neuve (La)

1 700 hab. (Bastidons), 2 799 ha dont 600 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Alpes dans l'arrondissement de Gap, 10 km à l'est de la préfecture, à 855 m. Son finage, piqueté de petits hameaux sur les pentes, s'étend vers le nord où il atteint le Piolit à 2 464 m; une petite route rejoint Ancelle par le col de Moissière (1 573 m). La population communale, qui avait atteint 900 hab. en 1846 et à nouveau en 1881, était descendue à 470 hab. en 1954; elle a sensiblement augmenté depuis, et s'est encore accrue de près de 300 hab. de 1999 à 2006 (+17%), atteignant presque 2 000 hab. La commune apparaît donc de plus en plus comme une banlieue résidentielle de Gap; elle a peu de services, et de petites entreprises: ingénierie Amte (35 sal.), fabrique d'éléments en béton Sapb (60 sal.), couverture Ceas (35 sal.). Elle est le siège de la communauté de communes de l'Avance, qui groupe 9 communes (5 600 hab.) des cantons de Chorges et La Bâtie.

Le canton a 3 700 hab., 8 communes, 11 656 ha dont 3 528 de bois. Il s'appuie sur la divergence des cours de la Luye, qui va vers l'ouest, et de l'Avance, qui court vers le sud-ouest; il atteint au sud-ouest la Durance. La Rochette (380 hab., 1 034 ha dont 205 de bois), 6 km au nord-ouest de La Bâtie-Neuve à 1 100 m, est traversée par une branche du canal du Drac; son finage monte au nord à la butte du puy de Manse (1 636 m), le village étant dominé par le Chapeau de Napoléon (1 426 m). Sa population est stable depuis 1980.

Le finage de Saint-Étienne-le-Laus (220 hab., 866 ha dont 404 de bois), 9 km au sud du chef-lieu, s'étire de part et d'autre du cours de l'Avance, au fond duquel affleurent des terrains du trias au centre d'un dôme éventré. Au nord sont le hameau et les chapelles du Laus, où une basilique et un sanctuaire avec équipement hôtelier ont été édifiés sous le Second Empire pour un pèlerinage marial, lancé en 1665; le site est réputé attirer 100 000 visiteurs par an. Le village est à 735 m, de l'autre côté de l'Avance. Il se nommait Saint-Étienne d'Avançon, mais a changé de nom en 1914. La population communale était descendue à 150 hab. dans les années 1960 et augmente depuis: elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2006, soit +28%.

Valserres (200 Valserrois, 1 192 ha dont 546 de bois), dans un site boisé où l'Avance s'enfonce entre le Puy Cervier au nord (1 244 m) et la montagne de Saint-Maurice au sud (1 412 m), est la commune la plus méridionale du canton. Son nom évoque bien son site: le village, à 860 m, est à la sortie d'un défilé de l'Avance. La commune cultive 19 ha de vignes (2e du département); elle a eu jusqu'à 530 hab. au milieu du 19e s., moins de 150 autour de 1980.