Batz-sur-Mer

3 190 hab. (Batziens), 927 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Croisic, 2 km à l'ESE du Croisic. La ville est au centre de l'ancienne île de Batz, rattachée au continent par les deux cordons de sable de la baie du Croisic et de la baie du Pouliguen, qui enferment les marais de Guérande. La commune inclut la moitié sud des marais, et les vasières du Grand Traict jusqu'à la pointe de Pen Bron; aussi a-t-elle longtemps vécu des marais salants et un peu de la pêche; elle a même un musée des marais salants, et un petit village de paludiers aux hautes maisons jointives, au bord du marais près de la gare (Kervalet).

Elle est aujourd'hui principalement une station balnéaire, bénéficiant d'une bonne situation entre La Baule, Guérande et Le Croisic, bien que son espace constructible soit assez réduit; la Côte sauvage au sud lui laisse quelques petites plages dans les anfractuosités (plage Valentin à l'ouest). Du haut de la tour de l'église flamboyante (début du 15e s.), qui monte à 60 m, on dispose d'une vue exceptionnelle sur l'ensemble de la presqu'île; un moulin restauré se visite.

Batz offre deux hôtels, deux campings (350 places) et 2 300 résidences secondaires (59% des logements). Elle abrite les bureaux et entrepôts de la Compagnie des Salins du Midi (20 sal.). Le nom était simplement Batz jusqu’en 1931; Le Pouliguen en a été détachée en 1854. Batz avait 3 000 hab. en 1860 puis est descendue à moins de 1 800 en 1936, avant d’entamer une lente croissance. Elle n'a gagné qu'une soixantaine d'habitants de 1999 à 2009.