Beaucens

440 hab. (Beaucinois), 3 682 ha, commune des Hautes-Pyrénées dans le canton d'Argelès-Gazost, 5 km au SE du chef-lieu, au pied du versant de rive droite de la plaine du Gave. La commune a un dessin très compliqué issu d'un difficile passé de partages pastoraux dans l'ancienne communauté de Davantaygue; son territoire s'allonge vers le SE sur plus de 16 km en direction du pic du Midi de Bigorre, et se divise en trois parties distinctes.

Seuls les environs du village, dans la vallée du Gave et sur les premières pentes, sont peuplés; une station thermale, avec hôtel des thermes et parc, y a été aménagée; c'est la plus petite des stations thermales haut-pyrénéennes, avec environ 600 curistes par an (10 000 nuitées); elle a un hôtel (30 chambres), un camping (90 places), un quart de résidences secondaires. Juste au-dessus sont les restes du château du 11e s., avec ruines de bâtiments des 13e et 16e s., très bien défendus avec force chicanes, et donjon des aigles où a été aménagée une volerie, plus un petit parc animalier.

La deuxième partie, à l'est, dominée par le pic de Nerbios, a accueilli la station de ski d'Hautacam, sur une ombrée dénudée; une route donne accès à la crête qui domine, à l'est, la profonde vallée de Gazost. Au pied du Nerbios côté sud, grotte et ancienne abbaye ou prieuré de Saint-Orens.

Après un étranglement, le territoire de la commune se redéploie en hauteur au sud-est dans un ensemble de cirques jalonnés de lacs, dont le joli lac d'Isaby (6 ha, à 1 589 m) et plus haut le lac Bleu, à 1 944 m, qui est en fait à la tête de la vallée de Lesponne, donc sur le versant de Bagnères; c'est l'un des plus grands lacs «bleus» (naturels) des Pyrénées (51 ha), et des plus profonds (116 m). Beaucens avait atteint les 1 000 hab. en 1841 puis s'est dépeuplée; sa population était assez stable depuis 1975, puis a gagné 80 hab. de 1999 à 2009 (+22%).