Bellac

4 600 hab. (Bellachons) dont 230 à part, 2 442 ha dont 427 de bois, sous-préfecture de la Haute-Vienne, à 40 km au NO de Limoges La ville est sur le plateau de Basse-Marche, un peu au-dessus de la vallée du Vincou, affluent de la Gartempe; la commune englobe au SO la forêt des Bois du Roi. Bellac est un lieu de marchés et de foires aux moutons, avec une fête de l'agneau, une foire nationale des reproducteurs ovins et un salon Tech-ovin. La ville, «petite cité de caractère», a conservé des maisons anciennes, des restes de fortifications; la mairie occupe un hôtel particulier du 16e s. restauré, la sous-préfecture un autre hôtel de 1776 avec parc. Plus connue est la maison natale de Jean Giraudoux, né en 1882 et auquel est consacré un festival annuel; théâtre du Cloître depuis 2002, musée de la tannerie.

Bellac a collège, lycées général et professionnel publics, centre de formation agricole d'adultes, hôpital (14 lits). Parmi ses activités se signalent une fabrique de chaînes (Chaîneries limousines, 80 sal.), les viandes Limovin (30 sal.); couverture et plomberie SECB (35 sal.); supermarchés Carrefour (50 sal.) et Intermarché (30 sal.), Bricomarché (20 sal.).; transports par cars Lavalade (40 sal.). La population communale était de près de 5 000 hab. vers 1890 et a beaucoup baissé dans les années 1930 (3 700 hab.), remonté jusqu’en 1975 (5 400) mais elle décline depuis et a encore perdu quelque 300 hab. de 1999 à 2008. La majorité municipale est passée de droite à gauche en 1008. Le maire est Jean-Michel Doumeix, socialiste, proviseur de lycée. Bellac est le siège de la communauté de communes du Haut-Limousin (18 communes, 12 800 hab.). L’arrondissement a 40 600 40 100 hab., 8 cantons, 63 communes, 177 991 ha.

Le canton a 7 400 hab., 6 communes, 19 891 ha dont 3 574 de bois; il est limité au nord par le cours de la Gartempe, et englobe au sud la plus grande partie des monts de Blond. Blond (780 hab., 6 469 ha dont 1 772 de bois) est à 10 km au sud de Bellac, au pied des monts de Blond qui ferment au sud le canton, et à la source de l’Issoire; le village, ancien Blatomago (sans doute marché aux blés) a une église fortifiée du 16e s.; sa population a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2008; mais la commune avait atteint 2 500 hab. au 19e siècle et dépassait encore les 2 000 en 1911, chutant jusqu’en 1999. Les «monts de Blond», boisés et découpés en grosses collines, n’excèdent pas 515 m.

Saint-Bonnet-de-Bellac (540 hab., 3 451 ha dont 563 de bois), 11 km au NO de la ville à la pointe nord-ouest du canton, sur la N 147, domine la rive gauche de la Gartempe et inclut la forêt des Coutumes; châteaux de Bagnac et de Montagrier (19e s.). Peyrat-de-Bellac (1 160 Peyrachons, 3 120 ha dont 283 de bois), 2 km au NO de la ville, couronne le promontoire de la confluence Gartempe-Vincou; vieux pont à Beissat au NE du village. Blanzac (470 Blanzaniers, 2 350 ha dont 244 de bois), 6 km ENE de Bellac, qui a gagné 40 hab. depuis 1999, a quelques industries: atelier de mécanique Secome (Société d’études et de constructions mécaniques, 45 sal.), menuiserie des Gâtines (20 sal.). Saint-Junien-les-Combes (200 hab., 2 059 ha dont 285 de bois), 7 km au SE de Bellac, s'orne du manoir 18e s. de Sannat.