Boulonnais (le)

contrée des environs de Boulogne, que l'on peut considérer soit comme un ancien comté, soit comme l'arrondissement de Boulogne, soit comme un pays bocager en relief et en creux prolongeant les collines de l'Artois. Son relief correspond à un bombement du socle, qui a porté en hauteur sa couverture sédimentaire; mais ce bombement a été affouillé et en partie effondré localement, ce qui a créé le fossé ou fosse du Boulonnais (les deux termes sont employés), en partie boutonnière et en partie fossé d'effondrement, au fond duquel apparaît le socle - le terme de boutonnière du Boulonnais est également employé, notamment par le Parc régional. L'affleurement de terrains houillers a permis une petite exploitation de houille et de marbres vers Marquise, tandis que la variété des affleurements a multiplié les carrières de pierre à bâtir, de chaux et d'argiles comme celles des faïences de Desvres.

Ce fossé est d'axe ouest-est, de forme triangulaire largement ouvert sur le littoral sur quelque 30 km, et se termine en pointe à Lottinghem, 30 km à l'est de Boulogne. Toutefois, les accidents de terrain permettent de lui attribuer le petit bassin qui, au nord-est, va de Licques aux abords de Lumbres et qui est drainé vers l'Aa, ce qui l'étendrait de 10 km vers l'est. Il a son correspondant de l'autre côté de la Manche dans le Weald anglais, également une «boutonnière». Il fait partie du parc régional des Caps et marais d'Opale. Trois villes animent et desservent ce Bas-Boulonnais: Marquise au nord, Desvres au centre, Samer au sud. L'affleurement de marnes et argiles dans le fossé contribue à son aspect verdoyant et bocager; les forêts de Desvres, Hardelot et Boulogne y conservent une grande place. Le fossé est drainé par la Liane au sud, le Wimereux et la Slack au nord.

Il est encadré par des talus assez marqués en forme de côte ou d'escarpement de faille, modelés dans les couches de craie de l'Artois. Les hauteurs du Haut-Boulonnais restent toutefois modérées, dépassant à peine 200 m d'altitude et culminant à 211 m au mont Hulin, au-dessus de Desvres. Le revers septentrional est court, car il domine directement la plaine de Flandre; le revers méridional est en pente douce vers la Canche et se confond vers l'est avec les collines de l'Artois. Le cap Gris Nez, au nord, est dans le prolongement du talus bordier septentrional; au sud, le talus se termine par la butte-témoin du mont Saint-Frieux à Neufchâtel-Hardelot.

Le Boulonnais a été à l'origine d'une race de cheval de trait particulièrement puissant: le boulonnais, ainsi nommé dès le 17e s., de robe blanche ou gris pommelé clair, a été spécialement préparé pour les travaux agricoles en sols lourds. Encore distingue-t-on un «petit boulonnais», dit mareyeur, d'environ 600 kg, qui a beaucoup servi jadis au transport du poisson entre la Manche et Paris, et un «grand boulonnais», plutôt de 800 kg ou même une tonne, utilisé pour le débardage des bois et les travaux agricoles. Les effectifs, assez stables, sont d'environ 600 juments et une soixantaine d'étalons en France, avec 250 à 300 naissances par an, pour un peu plus de 200 élevages.

Boulogne-sur-Mer est le siège de la communauté d'agglomération du Boulonnais, qui rassemble 22 communes et 119 900 hab. Le pays officiel du Boulonnais a 74 communes et 162 500 hab. sur 634 km2, soit une densité de 257 hab. au km2, élevée pour la France mais inférieure à la moyenne régionale (322). Le taux de fécondité et le taux d'accroissement de la population sont nettement supérieurs à la moyenne régionale, le taux de chômage et la proportion de foyers fiscaux non imposables un peu supérieurs. Ce Boulonnais associe la communauté d'agglomération du Boulonnais et trois communautés de communes, celle du pays de la Faïence de Desvres, celle de Samer et environs, celle de la Terre des Deux Caps; son siège est à Samer. Un scot du Boulonnais (schéma de cohérence territoriale) est en préparation pour le même territoire. Le Boulonnais est également une «petite région agricole» de la statistique officielle.