Boussois

3 300 hab. (Beuxéidiens), 629 ha, commune du département du Nord dans la vallée de la Sambre, où passe la N 49 devenue voie rapide. Le nom vient du buis. La commune conserve un fort de la défense de Maubeuge et des cités ouvrières. Elle est surtout connue par sa verrerie, qui fut à l’origine du groupe BSN (Boussois-Souchon-Neuvesel,1966), devenu Danone par la suite. L’usine a commencé en 1899 comme glacerie, filiale d’un groupe de Charleroi. Elle a fusionné en 1906 avec la glacerie de Jeumont, qui n’a pas été reconstruite après les destructions de la dernière guerre, puis a été cédée en 1982 à Pittsburgh Plate Glass, au belge Glaverbel en 1998, enfon au japonais Asahi Glass Co (AGC). Elle fabrique du verre plat par flottage, et emploie 280 personnes (contre 600 en 2005).

Le seul autre atelier notable est celui des carreaux de céramique et colles Cofrac (35 sal., contre 95 en 2005). L’église a été reconstruite en 1928 en briques de verre. La voie ferrée est hors Boussois, mais en face à Recquigny sur la rive droite ; toutefois l’usine bénéficie d’un embranchement avec pont. La commune n’avait encore que 500 hab. dans les années 1870 puis a doublé sa population au début du 20e s., et l’a encore doublée en 1954 (2 900 hab.) avant de culminer à 3 600 hab. en 1968 ; une légère érosion s’observe depuis (-230 hab. de 1999 à 2010).