Bracieux

1 300 hab. (Braciliens), 295 ha, chef-lieu de canton du Loir-et-Cher dans l'arrondissement de Blois, 18 km ESE de la préfecture, en Sologne au bord du Beuvron. Le village, qui ne dispose que d'un très petit territoire, n'avait pas 800 hab. en 1962, contre 1 200 dans la seconde moitié du 19e s.; sa population a un peu augmenté depuis, et gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2007. La commune, «station verte de vacances», a un collège public et une maison de retraite; elle accueille un négoce de cigares (Henri Wintermans, 65 sal.) et un garage Renault (75 sal.), transports Navarre (40 sal.). Elle est le siège de la communauté de communes du pays de Chambord, qui réunit 16 communes et 17 900 hab., ainsi que du pays des Châteaux.

Le canton a 16 500 hab. (15 100 hab. en 1999), 13 communes et 34 856 ha dont 17 888 de bois, plus de la moitié; il est très étendu, puisqu'il s'étire sur près de 40 km du SO au NE, mais formé de deux partes distinctes, que séparent le parc de Chambord et la forêt domaniale de Boulogne. Le sud, avec Bracieux, est enfoncé en Sologne; à 5 km du chef-lieu, Fontaines-en-Sologne (590 hab., 4 625 ha dont 2 615 de bois) a une spécialité de culture de fraises, avec marché de vente au cadran. Son finage comporte de nombreux étangs et plusieurs châteaux, dont celui de la Ravinière, de 1500, refait aux 19e et 20e s. Juste à l'ouest de Bracieux, dans la commune de Tour-en-Sologne (900 hab., 2 634 ha dont 1 313 de bois) et au bord du Beuvron, le château renaissance de Villesavin, en brique et pierre, a été construit entre 1527 et 1537; il sert de centre d'accueil et attire aussi les visiteurs par une collection de costumes de mariage et un musée de voitures hippomobiles et de voitures d'enfants; l'ensemble reçoit 19 000 visiteurs par an.

Neuvy (330 hab., 3 128 ha dont 2 400 de bois), 6 km à l'est de Bracieux au bord du Beuvron, englobe une part de la forêt de Boulogne, les étangs de Montperché et de la Courtellière à l'est, le château renaissance d'Herbault à l'ouest (vers 1540, remanié aux 17e et 18e s.); le château de la Hardonnière, à cheval sur la limite de la commune de Dhuizon dans le canton voisin, est du 19e s.; entreprise de transport Satas (180 sal.). Un peu au sud à 6 km ESE de Bracieux, Bauzy (270 hab., 2 470 ha dont 1 349 de bois) s'orne des châteaux de la Lande et de Veillenne, du 19e s., et d'une église en partie du 11e s.

Toute la partie nord, sur 30 km de long, s'éloigne peu de la Loire, de la limite du Loiret près de Beaugency à la banlieue de Blois. L'extrême nord est dominé par Saint-Laurent-Nouan, qui inclut une centrale nucléaire; l'ouest est partagé entre les deux bourgs de Mont-près-Chambord et Huisseau-sur-Cosson. Au centre-nord autour de Chambord, sont encore quatre communes. La plus proche de Chambord est Maslives (650 hab., 735 ha), 4 km au nord-ouest; biscuiterie de Chambord (25 sal.); le finage communal atteint au sud le Cosson, et comporte au nord un étroit secteur de la rive gauche de la Loire entre Saint-Dyé et Montlivault. Crouy-sur-Cosson (550 hab. dont 50 à part, 2 837 ha dont 1 452 de bois) est plus isolée à l'est dans les bois de Sologne, à 18 km au NE de Bracieux; pépinières Bauchery (35 sal.), plusieurs châteaux dont celui des Fontaines au nord (19e s.), qui abrite un établissement hospitalier pour déficients mentaux et handicapés (175 places), motte de l'ancien château fort disparu de Bréviande; le nom de Crouy a été complété en 1918.

Saint-Dyé-sur-Loire (1 100 Déodatiens, 551 ha) et Muides-sur-Loire (1 350 Muidois, 915 ha) sont sur la rive gauche du fleuve, au nord de Chambord et face à Mer. Saint-Dyé n'a allongé son nom qu'en 1958; elle avait 510 hab. en 1962, croît depuis et a gagné 150 hab. de 1999 à 2007. Elle a longtemps tenu une position de pont sur la Loire et de port, notamment au moment de la construction de Chambord, ce qui lui avait valu tout un équipement hôtelier; des manufactures de cotonnades fonctionnaient aux 17e et 18e s. La commune a conservé quelques restes de remparts et de vieilles maisons, dont des auberges classées, et aménagé une Maison-musée de la Loire; elle a aussi des maisons de retraite au manoir de la Motte et aux Tourelles (30 sal. chacune). Mais le pont emporté par les eaux a été refait un peu en amont à Muides, devenue «sur-Loire» en 1952. Muides a un château à douves des 16e et 19e s. (les Marais) au sud, et un autre du 18e s. (Colliers) à l'ouest, ainsi que des maisons anciennes protégées; la commune n'avait que 530 hab. en 1954 et poursuit sa croissance.