Bruay-sur-l'Escaut

12 400 hab. (Bruaisiens), 670 ha, commune du département du Nord dans le canton de Valenciennes, 4 km au nord du chef-lieu sur la rive gauche de l’Escaut. La commune est entièrement urbanisée et touche à la forêt de Raismes-Saint-Amand. Bien que les fosses lui aient été extérieures, les premiers forages ayant été décevants et noyés, elle fut un centre minier par ses voies ferrées et sa gare de triage, qui permettaient de rassembler et de réorienter les extractions de communes voisines ; la compagnie des mines d’Anzin y fit construire plusieurs cités. La cité Thiers est classée en «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» sur 89 ha et 4 000 hab. partagés avec Escautpont.

Bruay est à présent une ville principalement résidentielle, dotée d’un collège public, un centre d’aide par le travail. Elle n’a que de petites entreprises, d’où émergent une maison de retraite Medica (40 sal.), la métallerie Val Industrie (50 sal.), l’imprimerie-papeterie Valetiq (45 sal.), un magasin Super-U (45 sal.); peinture Duvivier (40 sal.) et Lecroart (25 sal.). Le nom de la commune, d’abord Bruay, a été précisé en 1902. Sa population est passée de 1 400 hab. au début du 19e s. à 7 000 à la fin, et a continué à croître jusqu’en 1968 (12 500 hab.). Elle a diminué ensuite, mais a repris 460 hab. de 1999 à 2010.