Cambrin

990 hab. (Cambrinois), 177 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement de Béthune, 8 km à l'est de la ville. Le village a une ancienne brasserie coopérative et une maison de retraite. Un marais protégé de 22 ha, avec étangs, est partagé avec le nord d'Annequin et l'ouest de Cuinchy, et ses eaux ont servi naguère au refroidissement de la centrale thermique de Violaines. La population de Cambrin était de 400 hab. vers 1880; elle croît lentement mais continûment depuis.

Le canton a 20 000 hab., 8 communes, 5 288 ha; il a une forme très étirée du nord au sud et plutôt contournée, en raison du détachement du canton de Douvrin en 1991. Ses villages ont été détruits lors de la Première Guerre mondiale. La partie septentrionale est formée par la commune de Richebourg. À l'est et au sud, Auchy-les-Mines, Vermelles, Noyelles-lès-Vermelles et Annequin ont également plus de 2 000 hab.

Cuinchy (1 800 Cuinchynois, 415 ha) est juste à l'ouest de Cambrin et traversée par le canal de La Bassée et la N 41, et par la voie ferrée entre Béthune et Lille. Elle a une gare et une halte fluviale, une maison de retraite. Son finage entoure celui de Cambrin au nord et à l'est; le château à Diable est au nord. Cuinchy avait déjà plus de 1 500 hab. en 1911; la population a fortement fluctué ensuite, puis s'est à peu près stabilisée.

Festubert (1 340 Festubertins, 764 ha) est à 4 km au nord du chef-lieu, 7 km ENE de Béthune. Elle a un marais protégé avec la znieff (zone d'intérêt floristique et faunistique) des Fontaines, et des cimetières britanniques. La commune a eu plus de 1 500 hab. de 1830 à 1875, culminant à 1 630 hab.; puis elle s'est vivement dépeuplée, jusqu'à 670 hab. en 1975. Elle croît depuis, gagnant encore 200 hab. de 1999 à 2010.