Canal du Midi (le)

voie d'eau de 240 km due à Pierre-Paul Riquet. Commencé en 1667, il a été ouvert en 1681, un après après la mort de son inventeur. Il relie Toulouse à l'étang de Thau et compte 328 ouvrages d'art, dont 64 écluses. Il ne sert plus qu'à la navigation de plaisance depuis 1989, et a été classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1997. Il est le plus fréquenté des canaux de plaisance français et de nombreuses haltes et ports y ont été aménagés. Il est alimenté de plusieurs côtés, mais principalement par la Rigole du Canal du Midi, qui descend de la Montagne Noire (lacs-réservoirs du Lampy et de Saint-Ferréol) vers Revel puis Naurouze.

Bordé de beaux arbres et d'un commode chemin de halage sur tout son trajet très sinueux, il est également propice aux randonnées pédestres et aux promenades à bicyclette. Plusieurs sites sont particulièrement appréciés, comme le parc de Naurouze au point de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, l'aqueduc du Répudre à Palaza, le village du Somail à Saint-Nazaire-d'Aude, créé au temps de Riquet, le tunnel du Malpas à Nissan, le pont-canal et les écluses de Fonsérannes à Béziers, le croisement avec l'Orb à Agde, le port des Onglous sur l'étang de Thau. À Sallèles-d'Aude, le canal communique avec celui de la Roubine qui mène à Narbonne et à Port-la-Nouvelle. Le canal va de Toulouse à Sète, où il est relayé par le canal de Sète au Rhône, assez différent: plus large et plus profond, moins plaisancier. Environ 9 000 passages annuels de bateaux sont comptés entre Fonsérannes et Portiragnes; treize sociétés de location disposent de 450 bateaux et occupent 500 personnes. Trois intercommunalités ont tenu à se référer au canal: la communauté de communes Canal-Lirou (naguère Entre Lirou et Canal du Midi) dans l'Hérault (Puisserguier, 8 communes, 10 300 hab.), la communauté de communes du Canal du Midi en Minervois (Ginestas, 12 communes, 12 600 hab.) et celle du Cabardès-Canal du Midi (Alzonne, 9 communes, 6 000 hab.) dans l'Aude.