Capesterre-de-Marie-Galante

3 600 hab. (Capesterriens) dont 100 à part, 4 619 ha, commune de la Guadeloupe et canton dans l'arrondissement de Pointe-à-Pitre, occupant la partie orientale de l'île de Marie-Galante. Le bourg est sur la côte à 15 km à l'est de Grand-Bourg, immédiatement dominé par l'escarpement du Gros Morne qui dépasse 140 m. Il bénéficie de la belle plage de la Feuillère au sud-ouest; le reste du littoral, exposé aux alizés, est assez vide, et précédé d'une frange d'écueils. Sur le plateau, subsistent des plantations et s'affichent quelques curiosités: la distillerie Bellevue, première de Marie-Galante par sa production, le moulin Bézard reconstitué et muni de quatre ailes, quelques autres restes d'anciens moulins, la ravine souterraine du Trou à Diable. L'habitat est très dispersé, hors de petits hameaux comme Bourgelot au nord, Vidon à l'ouest, ou Bézard au centre-nord.

La population de la commune a décliné: elle dépassait 5 000 personnes dans les années 1960 et 1970; elle s'est tout juste maintenue entre 1999 et 2006. Le bourg a un petit collège (200 élèves) et la commune accueille trois petits hôtels et une résidence touristique non classés. C'est à Capesterre, au Morne Constant et à Petite Place, qu'ont été édifiées en 1997 et 2000 les 48 éoliennes qui fournissent à l'île l'essentiel de son énergie (3 MW, 4 GWh/an). La commune a 640 emplois; ses 970 travailleurs en occupent 550 et trouvent les autres à l'extérieur; le taux de chômage est de 29%. Le revenu est faible comme dans toute la petite île ( 8 700 € par an et par ménage, dont seulement 15% sont imposés). La commune abrite 300 résidences secondaires (13% des logements). Sur 1 500 ha agricoles, 880 sont en canne à sucre et 85 en légumes; il n'y a guère qu'une dizaine d'exploitations à temps complet sur 600 enregistrées. Les échanges maritimes avec Pointe-à-Pitre sont très actifs; ils dépasseraient 500 000 passagers par an, l'île recevant de nombreux visiteurs.